12/03/2007

..Quand les compères se rencontrent enfin..

11/03/07 21h32 GMT+1  Dépêche AFP  Par Laurent Lozano

 

‘…Le président américain George W. Bush a fait dimanche à Bogota une halte sous haute protection policière qui n'a pas empêché de nouvelles manifestations et de nouveaux heurts, comme depuis le début de sa tournée en Amérique latine….

Il a traversé très vite la ville de Bogota surveillée par plus de 21000 policiers,

pour se rendre à la Casa de Narino, la résidence présidentielle  du jeune dictateur de la Colombie privatisée  Alvaro Uribe   .. 

‘..Les gouvernements colombiens ont été en lutte pendant des décennies avec les guérillas de gauche ( résistants quoi.. ) , les cartels de la drogue ( souvent complices des gouvernements successifs.; )  et plus récemment les groupes paramilitaires d'extrême-droite  ‘ …AUC …( , ibit..  + fabrication Al Qaida américaine quoi. NDR . ) ..

   ‘ En dépit des difficultés persistantes et du scandale des liens entre de hauts responsables et des paramilitaires d'extrême droite, l'administration Bush loue les efforts de M. Uribe pour rétablir l'ordre sur tout le territoire

( se défaire de la résistance des FARC au plus vite pour s’occuper du Venezuela voisin et de ses champs pétroliers surtout.( 1 ) . NDR ) , combattre le narco-terrorisme( Ibis ) , mais aussi dynamiser et libéraliser l'économie  et l'ouvrir aux investissements étrangers( Comme pour l’Argentine par exemple . , pays maintenant exsangue .. NDR ) .  M. Uribe "a fait un travail fabuleux à la tête du pays", selon M. Bush.

‘ Avec 600 millions de dollars par an, la Colombie est la principale bénéficiaire de l'aide américaine dans la région…

 

Et blablabla…’ . M. Bush entendait affirmer à M. Uribe qu'il défendrait vigoureusement contre les atteintes possibles de ses adversaires démocrates l'aide américaine prévue en 2008 pour combattre le trafic de drogue et la rébellion, ainsi que l'accord de libre échange négocié avec Bogota…’ et blablabla ..

                                                               Blablalain

( 1 ) “ Cependant, cela ne suffit pas à expliquer toute l’histoire de la spectaculaire croissance colombienne. Il y a une explication bien plus importante : l’accord avec les paramilitaire [ledit processus de démobilisation des paramilitaires, ndlr]. Beaucoup de gens ont critiqué cet accord, arguant que cela équivalait à amnistier des crimes contre l’humanité. Mais tout ce débat a occulté l’aspect essentiellement économique de l’accord, qui permet de légaliser des milliards de narcodollars des paramilitaires. Avec cet argent, ces derniers financent non seulement leurs opérations militaires, mais aussi leur train de vie avec les plus importantes opérations de trafic de drogue du pays.

 

Depuis le début des négociations entre Uribe et les paramilitaires ( AUC) , des milliards de dollars et d’euros issus des profits de la drogue sont entrés en Colombie. De plus, tout au long de 2003, 2004 et au début de 2005, les paramilitaires ont exporté une énorme quantité de cocaïne qu’ils avaient accumulée, sachant que tout ce qui serait vendu avant l’amnistie serait « pardonné » avec l’accord de paix. Voilà la vraie cause de l’énorme vague de spéculation - un océan de fonds illicites pénétrant en Colombie. Et à la façon d’un empereur de la Rome antique, Uribe a pu donner du « pain et des jeux » [« panem et circus », ndlr] à la populace avant les élections présidentielles de mai 2006. Est-ce que Washington était consciente de tout cela ? Bien sûr que oui.

 

Quel est l’objectif premier du Plan Colombie ? Jamais auparavant, les trafiquants de drogue n’avaient eu autant de pouvoir en Colombie. Aujourd’hui, ils sont entrés en Bourse, ont blanchi l’argent de la drogue en bons du trésor et ont gagné du terrain dans le processus électoral. Même s’il y a eu une purge contre les partisans d’Uribe qui ont été publiquement identifiés comme étant des barons de la drogue, ceux-ci ont créé parallèlement leurs propres partis pro-Uribe et se sont fait élire au Congrès. Sans parler de ceux qui n’ont pas été identifiés publiquement et qui restent sur les listes du parti d’Uribe.

 

Par le passé, des trafiquants de drogue ont financé dans l’ombre des campagnes électorales, en payant la publicité, des frais d’hôtels et des voyages. Mais c’était une opération à une échelle relativement petite. Aujourd’hui, ils financent ouvertement des campagnes électorales entières. Les propres statistiques du gouvernement reconnaissent qu’en 2005, 3 milliards de dollars ont circulé en Colombie, sans que l’on sache comment l’argent est entré dans le pays. Personne n’a pu semer des graines de dollars et en faire pousser 3 milliards ; et ce n’est qu’une partie des milliards de dollars et d’euros que les paramilitaires ont blanchi.

    Pourquoi Washington, avec sa croisade morale, la guerre contre la drogue, a-t-elle laissé passer cela ?

Parce que la Colombie lui sert de base pour attaquer les processus démocratiques qui ont lieu dans les pays voisins.

 

Voilà la réalité de l’intervention des Etats-Unis en Colombie. La Colombie est en train de devenir un champ de bataille éternel, pour garantir que le pays soit une base d’opérations pour contrôler l’Equateur, le Venezuela et peut-être même le Pérou, le Brésil et la Bolivie. Les Etats-Unis sont en train de dire : « Soyez patients avec la Colombie ; on va s’occuper du Venezuela et de l’Equateur ! Soyez patients avec l’Irak ; on est en route pour l’Iran. “

(Plan Colombie et …Démocratie   ?? par Hectór Mondragón Báez

 Mondialisation.ca, Le 23 février 2007)

07:57 Écrit par Alain dans coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : colombie, uribe, bush |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.