17/03/2007

Robert Kagan ? divagations ? 1ère partie..

  Les divagations de Robert Kagan

Jürgen Cain Külbel    13/03/2007

source : Réseau Voltaire

URL : http://www.anti-imperialism.net/lai/texte.phtml?section=&object_id=25296

..morceaux choisis ..’  Robert Kagan : « L’esprit américain fait partie de l’ADN des États -Unis » ‘ …

‘… dans la gazette New Republic sous le titre « Cowboy Nation ». (3.)

…’Kagan, ce « connaisseur du monde », essaye d’expliquer la mainmise états-unienne sur le soleil, la lune et les étoiles, le pétrole, bref le monde. Il prétend que les USA ont, depuis leur création, suivi leurs penchants expansionnistes, impérialistes et évangéliques : « Depuis que le premier pèlerin a posé le pied sur le continent- il y a 400 ans- l’Amérique a été une puissance expansionniste et n’a cessé de l’être, et ce, sur le plan territorial, économique, culturel et géopolitique. Les États-Unis d’Amérique n’ont jamais été une puissance du statu quo, mais toujours une force révolutionnaire. Le besoin de s’ingérer dans les affaires des autres, n’est ni un phénomène moderne ni une trahison de l’esprit américain. Il fait partie de l’ADN de l’Amérique. »…’

’…! Celui qui pense que cet homme est mégalomane, ou fou à lier, ou simplement stupide parce qu’il voudrait convaincre ses compatriotes et quelques Européens par un mode de pensée simpliste, se trompe gravement !...’..’ Le simplisme démagogique des fantaisies génétiques de Robert Kagan, n’est pas un « faux-pas ». Comme dans toute idéologie fasciste, les sottises de Kagan sont associées à des théories pseudo scientifiques racistes,…, , et autres piliers de soutien indispensables à la politique étrangère agressive de tels États…’

 

…’ Avec son bavardage pseudo scientifique, Robert Kagan n’a vraiment pas rendu service à ses compatriotes ; au contraire : il se révèle même, dans ce cas concret, comme un anti-américain invétéré pour qui la réputation de ses concitoyens compte manifestement pour rien, et qui aspire seulement à influencer les masses pour imposer ses objectifs politiques.’

 

..’ George W. Bush a accédé au pouvoir en automne 2000, par des élections douteuses, et il s’est aussitôt entouré d’un groupe de gens appartenant au centre des néoconservateurs, fondé dans les années soixante-dix, un courant intellectuel rallié par « un petit groupe d’auteurs, de reporters médiatiques,de forces politiques motrices, et d’universitaires extrêmement influents » selon James Zogby, président de l’AAI (Arab American Institute). Ils obtinrent des postes gouvernementaux : Dick Cheney, l’homme aux mains barbouillées de pétrole devint vice-président, Donald Rumsfield, le fanatique de la guerre en Iraq, secrétaire à la Défense et le va-t-en guerre Paul Wolfowitz, son adjoint ; l’abominable John Bolton fut nommé sous-secrétaire d’État chargé des questions de désarmement, le menteur Richard Perle, directeur de l’American Defense Policy Board, et Kristol, déjà mentionné, devint conseiller du président….’ .. Les néoconservateurs ont pris en main les rênes de la politique du gouvernement Bush, « du pays de Dieu », et ils ont cherché à imposer leurs projets mondiaux, concoctés dans leurs think-tanks depuis la fin de la guerre froide : un monde unipolaire, les États-Unis en position de superpuissance, une doctrine militaire « anticipatrice » avec des opérations de guerre ciblées, la négation du droit international et des accords internationaux…’

 

:…la carte mondiale pourrait changer en fonction de la carte pétrolière..’

fin de la 1ère partie..à peluch'

10:29 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kagan, usa, guerre |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.