13/04/2007

Dément songe ?...Paul Wolfowitz kikcéça ?


Paul Wolfowitz, sous-secrétaire d’État à la Défense à l’époque et un des principaux architectes de l’invasion de l’Afghanistan en 2001 et de l’Iraq en 2003, a fait couler beaucoup d’encre en mars 2005. Avant cette décision, certains medias tels que le quotidien financier britannique Financial Times avait mené campagne pour que le dixième président de la Banque soit choisi pour ses compétences en matière de développement, de préférence parmi des citoyens du Sud. Le Financial Times avançait la candidature de Ernesto Zedillo qui a présidé le Mexique à la fin des années 1990. Le choix sans appel de George W. Bush en faveur de Paul Wolfowitz indique clairement qui dirige la Banque mondiale. Les 24 gouverneurs de la Banque ont entériné cette décision.

Mais qui est Paul Wolfowitz ?... Alors qu’il a travaillé pour un président démocrate, après avoir accompli un an de purgatoire comme professeur à l’Université John Hopkins, il réussit la gageure d’entrer au service du président Ronald Reagan en 1981. Il devient directeur du département de la planification au Département d’État. De 1983 à 1986, il dirige le secteur Asie de l’Est et Pacifique du département d’État sous Reagan. De 1986 à 1989, il est ambassadeur des États-Unis en Indonésie. De 1989 à 1993, il dirige la stratégie du secrétaire d’État à la Défense, Dick Cheney, dans l’administration de Bush père (1ère guerre du Golfe) pour devenir, après les deux mandats de Clinton, le sous-secrétaire d’État à la Défense partageant avec Donald Rumsfeld la direction des guerres contre l’Afghanistan et l’Iraq. Entre temps, pendant la présidence de William Clinton, de 1993 à 2001, il reprend une carrière universitaire en tant que doyen de la Paul Nitze School of Advanced International Studies (750 étudiants), partie prenante de l’Université John Hopkins. Il fait merveille en récoltant 75 millions de dollars pour financer la Paul Nitze School et travaille comme consultant d’une des principales firmes militaires au niveau mondial, la Northrop Grumman. En 1997, il participe à la fondation d’un groupe de pression néoconservateur appelé PNAC (Projet pour un nouveau siècle américain - Projet for a New American Century). En font également partie Donald Rumsfeld (actuel secrétaire d’État à la Défense), Dick Cheney (patron d’Halliburton à cette époque et actuel vice-président des États-Unis), Jeb Bush (frère de George W. Bush), Richard Perle, Robert Kagan. Dès 1998, le PNAC mène campagne pour que William Clinton lance une attaque préventive contre l’Iraq et contre les États potentiellement agresseurs.

  Pendant la période 1983-1989 où Paul Wolfowitz est engagé dans la politique des États-Unis en Asie de l’Est, il soutient activement les régimes dictatoriaux. En effet, contrairement à l’image qu’il souhaite donner, Paul Wolfowitz a soutenu les dictatures militaires de Ferdinand Marcos aux Philippines, de Chun Doo Hwan en Corée du Sud et de Suharto en Indonésie…

     Au début des années 1980, il a essayé de sauver la mise à Ferdinand Marcos en le convainquant de réaliser certaines réformes démocratiques….

  

…’ Le passé récent de Paul Wolfowitz est mieux connu : il est un des concepteurs de la stratégie de guerre « préventive » mise en application en Afghanistan et en Iraq à partir d’octobre 2001. Paul Wolfowitz est un des principaux créateurs des mensonges concernant le danger constitué par Saddam Hussein pour la communauté internationale. Il est un des inventeurs de l’existence d’armes de destruction massive et du supposé soutien de Saddam Hussein à Al Qaida et au terrorisme international en général. Au début de la guerre, Paul Wolfowitz avait affirmé que les soldats états-uniens seraient toujours considérés comme des libérateurs de l’Irak et choyés comme tels par les Irakiens. Il affirmait que l’Irak paierait lui-même le coût de sa libération grâce au pétrole( Ce qui est vrai, si on se réfère aux contrats récents signés par l’administration fantoche irakienne avec les grands groupes pétroliers .. !!) . Donald Rumfeld, Paul Wolfowitz, George W. Bush et Dick Cheney ont utilisé et utilisent l’occupation et la « reconstruction » de l’Iraq au profit des transnationales états-uniennes. Le risque est donc grand que Paul Wolfowitz utilise l’aide « liée » de la Banque mondiale aux mêmes fins…

…Reste le dernier scandale en date le concernant...L’octroi d’un poste très bien rémunéré à sa dernière maitresse …mais la moralité de cet homme ne devrait pas trop en souffrir compte tenu de son passé...  NON ?

 

à peluch' !  

 

10:44 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paul wolfowitz, terrorisme, usa |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.