01/05/2007

Ce ' qu' ami(s) case(nt) '( par foi ? )comme kamikaze( s) ( parfois ? ) ...

extraits de l'article  de Chris Floyd, février 2007

...''Imaginez une ville déchirée par des conflits sectaires, des escadrons de la mort rivaux qui rodent dans les rues, des terroristes qui lancent des attaques horribles, où les autorités locales n’inspirent guère confiance et sont faibles, alors que les populations locales protègent parmi elles des extrémistes, soit par loyauté, soit par crainte, où l’occupation militaire grouille à chaque coin de rue, ce qui accentue les tensions, et présente des cibles de choix pour les "engins explosifs improvisés" et les francs-tireurs. À l’arrière-plan évolue le monde de l’ombre, de la trahison et du double bluff, où les unités clandestines de la puissance occupante se servent d’agents des deux cotés adverses de la guerre civile, permettant – et des fois dirigeant – des assassinats, des attaques terroristes, des sessions de torture, et des nettoyages ethniques.
Serait-ce le portrait de Belfast lors des "Troubles" en Irlande du Nord, ou l’image de Bagdad aujourd’hui? C’est les deux. Dans les deux cas, une des unités militaires britanniques les plus secrètes – et criminellement compromises – exerçait son métier dans l’obscurité, "retournant" et contrôlant des tueurs terroristes, dans cette recherche dangereuse, par le sang et la trahison, du renseignement opérationnel. Et les soldats clandestins des USA, sont bien présents, avec eux. Ils opèrent côte à côte avec leurs camarades britanniques dans la si bien nommée "Task Force Black" (Force tactique noire), (Sunday Telegraph, Royaume-Uni ...''

...''La semaine dernière, ce journal de droite, pro-guerre, publiait, avant la Saint-Valentin, un message au "Joint Support Group" (JSG) [Groupe de soutien conjoint], une unité secrète dont le nom anodin dissimule son rôle néfaste dans la "guerre sale" de la Grande-Bretagne et des USA en Iraq. Dans une prose prolixe, abondante, sans sens critique, ce message aurait pu avoir été écrit par l’unité elle-même (peut-être même l’a-t-il été). Le Telegraph complimentait ces guerriers clandestins comme "une des armes les plus meurtrières de la Coalition dans le combat contre le terrorisme," qui se servait de "douzaines d’agents doubles iraquiens" y compris des "membres de groupes terroristes."
...'Ce que l’article manque de dire est que, dans son incarnation dans l’Ulster
, le JSG – connu alors sous le nom de Force Research Unit (FRU) [Unité de force de recherche] – avait été impliqué activement  dans les assassinats d’au moins 15 civils par des escadrons de la mort "loyalistes"  (pro-britanniques), et qu’elle était responsable d’un nombre incalculable de victimes, tuées, estropiées et torturées par ses nombreux agents doubles infiltrés dans l’Armée républicaine irlandaise (IRA). De plus, l’homme qui commandait la FRU lorsque celle-ci était au plus fort de ses forfaits – le lieutenant-colonel Gordon Kerr – est actuellement en poste à Bagdad, à la tête du Special Reconnaissance Regiment (SRR)[Régiment spécial de reconnaissance ]une importante force anti-terroriste secrète constituée d' "éléments de choix" anonymes, vétérans des jours glorieux en Irlande du Nord et ailleurs ...''

     ...''Les opérations du JSG et de la "Task Force Black" s’articulent avec les efforts des USA pour appliquer les leçons apprises de leurs propres guerres sales – telles que "l’Option Salvador" – à l’Iraq, ainsi que les initiatives pratiquées depuis longtemps par l’administration Bush, consistant à armer et financer des milices "amies" tout en infiltrant des groupes terroristes de manière à les "provoquer à l’action." ....

...''Le feu vert formel donné par Bush à l’option "escadrons de la mort" à partir d’une base déjà sécurisée, fait partie d’un effort plus vaste de transformer le monde en une « zone de tir à volonté » pour des agents opérationnels clandestins, comme l’a dit à Hersh un haut fonctionnaire du Pentagone. Par exemple en novembre 2002, un plan du Pentagone pour infiltrer des groupes terroristes  et les "stimuler" à l’action était découvert par William Arkin, qui écrivait alors pour le Los Angeles Times. La nouvelle unité, le "Groupe opérationnel, pro-actif, préventif" était décrit dans les documents du Pentagone comme "une activité de soutien de super-renseignement" qui "réunit les activités secrètes de la CIA et des militaires, la guerre du renseignement, l’information, la couverture et la mystification".
Plus tard, en août 2004, le numéro deux du Pentagone, Paul Wolfowitz a demandé au Congrès 500 millions de dollars pour armer et entraîner des "milices locales" non-gouvernementales  qui serviraient comme agents des USA dans des opérations contre-insurrectionnelles et anti-terroristes" dans des "régions non gouvernées" et des points chauds dans le monde. L’information sur le moment avait été reprise par l’Agence France Presse (et virtuellement personne d’autre). Les mercenaires paramilitaires seraient employés dans ce que Wolfowitz appelait "un arc de crise" qui comme par hasard s’étendait à travers les territoires pétrolifères et les tracés stratégiques des oléoducs d’Asie Centrale, du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Amérique du sud...''  et blablabla ...
....À ce moment l’administration Bush avait déjà commencé à préparer le terrain pour une guerre secrète étendue, dans le point chaud qu’était devenu l’Iraq. En novembre 2003, elle a créé un "escadron de commandos" tiré des milices de cinq des principales factions sectaires iraquiennes (Washington Post) .

..à peluch'

00:00 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, irak, usa, algerie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.