16/05/2007

TEXTE WALLON ( 1 )

L'ârmâ. ( 1898 )

                 Par   Jean-François Renkin

 

Li p'tite Jane, s'èlle avahe viqué, èlle âreùt fait sès pâque ciste annêye ; mins vola passé treûs ans qui l' curé l'a v'nou qwèri, on sèm'di d'nôvimbe qu'i plovéve.
 
Li djoù d'après l'ètêr'mint, on rèssèra les afaires d'a l' èfant divins on meûbe la-haut, et dispôy, on n'a mây pu stu âtou di çou qu'èsteût d'a Jane.

Ci dimègne la, portant, li djône feume a volou r'veûye tot-a-fait.
L'hôrlodje sonéve dîhe heûres et si-home vinéve di d'hinde po-z-aler a grand messe.

Elle inteure èl tchambe qui l' solo rimplihéve di s' loumîre.
Èle droûve l'ârmâ. Lès motes avolèt foû.
Tot èsteût d'moré bin è plèce.

Sol plantche di d'zeûr, les p'titès rôbes riployèyes eune ad'lez l'aute ; a costé, des tch'mihes et des norèts. El cwène, deûs tchapês, li ci d' dimègne et l' ci d' tos les djoûs, ricoviêrts d'ine gâze pol poûssîre.

Et so ç'moumint la, l' pauve manie, i lî sonla qui s' fèye n'èsteût nin mwète. I lî sonla qu'il esteût timps dè r'houquî Jane, di lî abot'ner ses solers, di lî fé s' tièsse, di lî mète si bèle rôbe po-z-aler a l'églîse...
Pauve fèye va !
Est-ce possibe qu'on n'èl rivièrèt mây pus ?
On djoû â matin, èle si dispièrta avou on si drôle di tosse : èle rôkîve, si visèdje èsteût tot rodje...
Ine saminne après, on l' pwèrtéve è têre, et tote li djôye dèl mohone a stu rèssèrêye avou lèye è p'tit wahé d' tchinne qui l'èmina.

*
* *


... Les onze lieûres sonît.

Les djins sôrtît foû d'mèsse, les feum'rèyes ènnè ralît â pus habèye po houmer leû bouyon et pèler leûs crompîres ; les homes, des cis s'arestît sol plèce po d'viser dé timps, des colons, dè novê mayeûr ; dès cis moussît divins les câbarèts po djouwer a piquet et beûre âs tournêyes.

Lèye n'a rin vèyou, n'a rin oyou : por lèye, li monde, c'est l'ârmâ d'a Jane.
Sol plantche d'è mitan, dès vantrins, dès tchâsses, dès floquèts, on gris mantê d'hiviêr qui n'a stu mètou qui deûs côps !

Onk a onk, li mère prindéve tos les mouss'mints, lès hoyéve, féve voler èvôye li poûssîre qui toûrnikéve èl loumîre dè solo, adon les r'mètéve sogneûs'mint è leû plèce.

Qu'èle donreût gros po r'veûy si-èfant assiowe al tâve, si sayant, on deût so s'lîve, a fé ses lètes so l'ârdwèsse ; ou bin è vinâve potchant al cwède avou les tisses di si-adje, ou s' fant aler al cabalance sol tchinne d'ine tchèrète tapêye a cou.

Èt l' prumi « bon point » qui li p'tite rappwèrta, tote fire et tote rodje di binâhisté... Èt al fièsse, quand c'èst qui Jane, blanque moussèye, rotéve èl porcèssion avou les pus binamêyes di li scole et tapéve des fleûrs so les vôyes dé bon Diu...

Èt tot li r' passe ainsi â coûr, avou les bons, les mâvas djoûs....
Quéne transe, li fîye qu'èle djouwéve adlez li stoûve et qu'èle si broûla si fwêrt â brèsse !... Si père cora tot dreût â docteûr. Et qué côp qwand ci-cial ni pola acèrtiner qu'èle ni wârdreût nin l' marque tote si vèye !
Tote si vèye, ça n'a nin stu long...

*
* *


Pol fignièsse à lâdje, èle n'ôt nin li boulet rivièrser les bèyes, les buveûs hah'ler à comptwèr divins les câbarets.
Sol dièrinne plantche, c'esteût co traze sôrts : dès awèyes à tricoter divins ine pitite tchâsse kimincèye, ine suzète, on cabas, ine pope sins brès', on stô, des djeûs di Saint-Nicolèy ; èt, drèssî è fond dé meûbe, on p'tit mureû qui
Jane aveût wangni âs porculinne, sol fièsse di Tchôkîr...
Divins 'ne rôse bwète di cârton, dès mèdayes et on tchap'let, avou deûs imâdjes d'â curé, qu'estît div'nowes totès djènes...
Li mére s'aspôye li tièsse so l'ârmâ.
Kimint èst-i possipe qu'i-n-âye des autes èfants qui vikèt et des parints qui polèt rîre et s'amuser !
   Qui pout-èle bin avu fait â bon Diu ?
N'a-t-èle nin todis roté li dreûte vôye, ni s'a-t-elle nin todi kidu comme on bon chrétien ?
Les doze heûres sonit.
Sol trèvins, on monta les montêyes et sihomme drova l'ouh' tot d'mandant : « Li bouyon è st-i prèt' ? »

 

...un peu tristounet ..mais joli texte wallon...

 

à peluch'

08:07 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : wallon |  Facebook |

Commentaires

MERCI ! Il y a des mots forts différents de ma région :
des vantrins, des tchâsses, des floquets ? des tabliers, des bas, des ...

des norèts ? mureû: miroir? wangni as porculine : gagner ....

Beau texte plein de sensibilité, en effet.

Écrit par : Nadette | 16/05/2007

Les commentaires sont fermés.