17/06/2007

Quand l’’art de taire habille les saigneurs de guerre …

Extraits de l’article de     Robert Fisk
The Independent, le 16 juin 2007

article original : "Robert Fisk: Welcome to 'Palestine'"

 

…’ Au Proche-Orient, c'est partout la même chose…

En Afghanistan, nous soutenons Hamid Karzai, même s'il garde des chefs de guerre et des barons de la drogue dans son gouvernement. (Et, soit dit en passant, nous sommes vraiment désolés pour tous ces civils afghans innocents que nous tuons dans notre "guerre contre la terreur" sur les terres abandonnées de la province du Helmand)…

Nous aimons l'Egyptien Hosni Moubarak. Ses tortionnaires n'en ont pas encore fini avec les politiciens des Frères Musulmans, arrêtés récemment à l'extérieur du Caire. Sa présidence a reçu le soutien chaleureux de Mme — oui, Mme — George W. Bush — et dont la succession passera presque certainement à son fils, Gamal.

Nous adorons Muammar Kadhafi,
le dictateur fou de la Libye. Ses loups-garous ont assassiné ses opposants à l'étranger. Son complot pour assassiner le Roi Abdallah d'Arabie Saoudite a précédé la récente visite de Tony Blair à Tripoli… Et sa "démocratie" nous est parfaitement acceptable parce qu'il est de notre côté dans la "guerre contre la terreur".

Oui, nous aimons
la monarchie du Roi Abdallah en Jordanie
et tous les princes et les émirs du Golfe, en particulier ceux qui reçoivent des pots-de-vin si gros de nos sociétés d'armement que même Scotland Yard doit clore ses investigations sur les ordres de notre Premier ministre — et oui, je peux très bien voir pourquoi il n'aime pas la manière dont The Independent couvre ce qu'il appelle de façon pittoresque le "Moyen-Orient". Si seulement les Arabes — et les Iraniens — pouvaient soutenir nos rois, nos shahs et nos princes, dont les fils et les filles sont éduqués à Oxford et à Harvard, comme le "Moyen-Orient" serait plus facile à contrôler !

Il s'agit bien de cela — du contrôle — et c'est pourquoi nous tenons bon et que nous retirons nos faveurs à leurs dirigeants. Maintenant que Gaza appartient au Hamas, que vont faire nos propres dirigeants élus ? Tous nos dogmatiques de l'UE, de l'ONU, de Washington et de Moscou doivent-ils désormais parler à ces gens misérables et ingrats (je crains que non, puisqu'ils ne seront pas capables de leur serrer la main) ou devront-ils reconnaître la version cisjordanienne de la Palestine (Abbas, la paire de bras sans danger), tout en ignorant le Hamas élu et militairement victorieux à Gaza ?( ps : 1) Les Israéliens dans leur frénésie terroriste avaient lors de leurs différentes attaques fait prisonniers plus de quarante députés palestiniens tous membres du Hamas dont plusieurs ministres et le vice président du parlement !

- 2/ En sous main, Mahmoud Abbas a tout fait pour se rendre complice de cette politique criminelle. Il s’est appuyé pour tous les mauvais coups sur Darwan qu’il avait nommé chef de la sécurité : ce dénommé Darwan est connu pour être un carriériste convaincu et le fomentateur de tous les coups bas.

-3/ Il a avec Darwan négocié auprès des Américains la fourniture de plusieurs milliers d’armes automatiques destinées à alimenter ses services de sécurité. Bien entendu le gouvernement israélien était entièrement d’accord et a facilité l’introduction de ces armes en Palestine !

Que se passe-t-il donc aujourd’hui : les plans de Mahmoud Abbas et des Israéliens ont échoué. Le Hamas a conquis Gaza et s’apprête à conquérir la Cisjordanie. Les miliciens de Gaza s’enfuient en Egypte. Fou de rage Mahmoud Abbas décrète la fin du gouvernement et la dissolution du parlement ! ( Au fait quand avez - vous entendu parler de l’arrestation d’une quarantaine de députés du Hamas et qu’a dit à ce propos Mahmoud Abbas?))



C'est facile, bien sûr, d'appeler la malédiction sur chacune de leurs maisons. Mais c'est ce que nous disons de tout le Proche-Orient. Si seulement Bashar al-Assad n'était pas le Président de la Syrie (Dieu seul sait quelle serait l'alternative !) ou si le Président cinglé Mahmoud Ahmadinejad n'était pas aux manettes de l'Iran (même s'il ne sait qu'approximativement ce qu'est un missile nucléaire). Si seulement le Liban était une démocratie bien de chez nous comme nos petits pays de derrière les fagots — la Belgique, par exemple, ou le Luxembourg. Mais non ! Ces satanés Proche-Orientaux votent pour les mauvaises personnes, soutiennent les mauvaises personnes, ne se comportent pas comme nous, les Occidentaux civilisés.

Alors, qu'allons-nous faire ? Soutenir la réoccupation de Gaza, peut-être ? Nous ne critiquerons certainement pas Israël. Et nous continuerons de donner notre affection aux rois et aux princes — et aux présidents disgracieux — du Proche-Orient, jusqu'à ce que toute la région nous pète à la figure. Et, ensuite, nous dirons — comme nous le disons déjà aux Irakiens — qu'ils ne méritent pas notre sacrifice et notre amour…’
 J’aime bien cet article tout en ironie délicate …Pas vous ?

 

A  peluch’ !

20:30 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moyen orient, palestine, gaza |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.