22/08/2007

La Chine sur un air américain de castagnes ? Niet !!

 

Les membres du gouvernement US croient, que la monnaie chinoise est sous évaluée par rapport au dollar US , d’où  son énorme déficit commercial avec la Chine. Pourtant :

-Le taux d'échange n'est pas la principale cause du déficit commercial des US avec la Chine. Les coûts de main d'œuvre, la réglementation et les tracasseries sont bien moins élevés en Chine, et les entreprises US ont délocalisé leur production en Chine pour bénéficier de ces coûts plus bas

- Chaque fois qu'une entreprise US délocalise la production de biens et services, elle augmente le déficit commercial des US.
- Le déséquilibre est le résultat des entreprises US produisant leurs biens à moindre coût  en Chine pour les revendre aux USA.

Beaucoup pensent que la solution c'est de forcer la Chine à réévaluer sa monnaie. Pourtant :

-Comment cela aidera-il  le consommateur US (qui est tout aussi dépendant en matière de biens manufacturés importés qu'il l 'est pour l'énergie importée )  s'il paie des prix plus élevés ?
 

Que les US imposent des droits de douane et commencent une guerre commerciale ? Une dévaluation du dollar ?  Pourtant :

 - Un droit de douane augmenterait également  le prix des produits pour les consommateurs US ainsi  que la dévaluation du dollar.

 

      - Des produits fabriqués en Chine verraient leur prix augmenter de  30 % si un droit de douane de 30 % leur était imposé, et les prix des produits augmenteraient de 30 % si la monnaie chinoise était réévaluée de 30 % par rapport au dollar.
Cependant, les droits de douane des US aujourd'hui seraient imposés sur la production délocalisée des entreprises US. A une époque de délocalisation, les entreprises ne sont pas parties prenantes de droits de douane.

-Des droits de douane profiteraient à la main d'œuvre américaine, ce à quoi s'opposeraient fortement la Chambre de Commerce US, l'Association Nationale des Fabricants, et le parti Républicain. Un droit de douane équivalent à la différence de salaires détruirait la plupart des avantages de la délocalisation. Les profits diminueraient, et les profits en baisse s'accompagneraient de compensations plus faibles pour les directeurs d'administration et de retours sur investissement à la baisse pour les actionnaires...

Les économistes du libre marché affirment que la délocalisation et une immigration ouverte offrent aux consommateurs des prix plus bas sur le marché. Pourtant :

-         La délocalisation et l'immigration ouverte offrent aussi aux citoyens US des revenus plus bas, des possibilités d'emplois moins nombreuses, et des emplois moins satisfaisants.

-         -Il n'y a pas de preuve que la baisse des prix à la consommation soit supérieure à la baisse des salaires pour que les citoyens américains puissent dire qu'ils en bénéficient matériellement.

-          L'expérience psychologique d'un citoyen perdant sa carrière en faveur d'un étranger est aliénante.
- Les universités US  deviennent des centres de rétention et  retiennent de 4 à 5 ans les étudiants qui ne pourront pourvoir qu’à des emplois de seconde zone pour la majorité d’entre eux.

 

Les économistes du libre marché ignorent qu'un pays qui délocalise sa production délocalise aussi ses emplois. Il devient dépendant de biens et services produits dans des pays étrangers, mais manque de recettes suffisantes à l'exportation pour payer les biens importés. Un pays dont la force de travail est réorientée vers des services domestiques, sous la pression de la délocalisation, n'a rien pour faire du commerce pour équilibrer ses importations. C'est pourquoi le déficit commercial des US a explosé, atteignant 800 milliards de dollars annuellement.

Parmi tous les pays du monde, seuls les US peuvent s'en tirer avec des déficits commerciaux explosifs ( pour le moment..). La raison c'est que les US ont hérité le rôle de réserve monétaire grâce au pétro dollars (Le pétrodollar est une des bases fondamentale de l’économie mondiale  moderne qui rejaillissent inévitablement sur la géopolitique)

 

La délocalisation et l'idéologie du marché libre sont entrain de transformer les US en un pays du Tiers Monde. Selon le bureau des statistiques, ¼ de tous les nouveaux emplois US crées entre juin 2006 et juin 2007 ont été pour des serveuses et des barmans. Presque tous les nouveaux emplois nets aux US au XXI ème siècle le sont dans les services domestiques.

 

Et quid pour l’Europe ou pour toute autre région du monde un tant soit peu développée  qui épouse trop souvent les thèses US ?

 

La crise à démarrer à partir du crédit immobilier aux USA , sachant que l’encours des hypothèques en Espagne représentent 856 milliards d’euro , soit 80 pourcent du PIB de ce pays , quel est le risque qui  pèse sur nos propres économies dans un avenir plus ou moins proche ?

     A méditer ? Non ?    A peluch’

 

16:19 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espagne, chine, usa, bourse, crise |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.