30/08/2007

L’ire en avant ..toute !?

Ces derniers jours , trois  pays  tiennent les mêmes discours de plus en plus belliqueux envers l’Iran par l’intermédiaire de leur président…,  l’Angleterre et ses scandales (BAE...) ,  les USA ( discours de Bush au Nevada..) et celui  de Sarko dernièrement ( 1) , la  France ( Serais-ce là un retour d’ascenseur sous la forme d’aide  militaire future  pour les promesses de contrats pétroliers en Irak entre Chevron et Total ? ) .., au moment où l’économie mondiale risque plus que certainement de plonger ( 2) … et ce même si la Fed  comme la BCE   promettent de la garder sous perfusion par injections massives de capitaux ( déjà + de 500 milliards depuis le 9/08… soit dix fois plus qu’après le 11 septembre…, bizarre non ? ) …en attendant… , mais en attendant quoi ? …, les élections US en 2008 , date à laquelle le parti de Bush risque de connaitre une déconfiture historique …  , une relance par l’endettement ( déjà saturé !! ) voir crise due au ‘ Subprime ‘ de l’économie US …sous la menace du bras armé de devises Us de la Chine elle-même encerclée militairement au cas où …, … ou une relance par la militarisation ?  ( voir précédents articles sur les SMP ) et ses conséquences … , .., que le président Maliki signe sous la menace de la présence militaire US  dans le pays des contrats pétroliers  qui engageraient  celui –ci pour un 40taines d’années …, en pétrodollar et non  en pétro euro comme beaucoup de pays( Russie , Venezuela , Chine , Iran ..)  commencent à le faire , mettant de nouveau gravement en péril les bases essentielles de l’économie US à partir de l’hégémonie  de celui –ci dans le monde comme du pays dont il provient …

( ‘ LA ‘raison principale de la guerre à l’Irak !!) …  Il ne manquerait plus qu’un second septembre noir (en France cette fois ? ! ) pour déclencher …,  mais déclencher quoi ?...

 Ainsi , il nous est hélas , permis de constater que , insidieusement , en cette période de crise , des positions et des discours politiques de plus en plus belliqueux  nous orientent vers des solutions…, dramatiques…,

  dans un  futur qui me parait proche  …, ..Non ?

 

A peluch’ !

 

( 1 ) Lundi Sarkozy a fait un discours pour présenter sa politique étrangère, ..’ Sarkozy a insisté a plusieurs reprises dans son discours sur la menace d'une «confrontation entre l'Islam et l'Occident »,  « …Premier défi : comment prévenir une confrontation entre l'Islam et l'Occident, voulue par les groupes extrémistes tels qu'Al Qaeda qui rêvent d'instaurer, de l'Indonésie au Nigeria, un khalifat rejetant toute ouverture, toute modernité, toute idée même de diversité »… ( … le supposé projet d'instaurer un califat est un mythe, qu'Al Qaeda, le Golem crée par la CIA au service de l'Empire américain pour combattre l'ex Union Soviétique en Afghanistan, qui a été reprogrammé pour justifier ses guerres de conquête, sous la dénomination « guerres contre le terrorisme » dans les pays riches en ressources naturelles notamment gaz et pétrole qui se trouvent être en majorité des pays musulmans..) …,

Plus loin Sarkozy dit : « …Prévenir une confrontation entre l'Islam et l'Occident, c'est aussi encourager, aider, dans chaque pays musulman les forces de modération et de modernité à faire prévaloir un Islam ouvert et tolérant, acceptant la diversité comme un enrichissement. Dans ce domaine, il n'est pas de recette miracle, unique… » …( en d’autres termes , instaurer des régimes complaisants,  à la botte de l’Occident quoi… ) , tandis que chez nous perdurerait un système qui achèverait de s’en prendre aux derniers remparts socio- politiques  de ce qui pouvait encore un peu s’appeler...  ...‘démocratie'...

29/08/2007

Reporter Sans Frontière ? Ou Reporter Sans Finance ...?

 

 J'ai bien aimé cet article de Maxime Vivasparu sur Bellacio à propos des exactions de RSF ,( j'ai qques fois utilisé tout ou partie  de ses  sources en toute connaissance de ( mauvaises !? ) causes ..lol.. °)

...'  

En 2003/2004, l’Union européenne (UE) a octroyé 1 293 303 euros à RSF.

Le 1er février 2005, Reporters Sans Frontières a adressé une lettre publique comminatoire au Président de l’Europe l’adjurant de l’aider à provoquer une « transition démocratique » à Cuba. L’expression « transition démocratique » est utilisée par l’Administration Bush pour signifier : liquidation du gouvernement cubain et gestion de l’île sous protectorat US.

RSF énonçait des prescriptions précises : « Il nous paraît indispensable que l’UE apporte son soutien aux agences de presse indépendantes, ainsi qu’aux organisations de syndicalistes, de bibliothécaires, médecins, économistes, etc. »

On voit là que RSF balaie pratiquement tout le champ politique en préconisant d’intervenir dans les systèmes médiatique, social, culturel, médical, économique, ainsi que dans le sibyllin « etc. ».

« Etc » ? Si l’on en croit Nestor Baguer, journaliste « dissident » cubain longtemps appointé par RSF et recruté à La Havane par Robert Ménard en personne (qui apprendra trop tard que c’était un agent de la sécurité cubaine), RSF s’intéresse aussi à une possible dissidence dans la police et dans l’armée.

Bref, sous couvert de la défense des journalistes dans le monde, RSF mène-t-elle des actions factieuses avec l’argent de l’Europe ? Si oui, ne s’agit-il pas d’un détournement des fonds pour un usage incompatible avec les règles qui régissent les rapports entre Etats, ici entre Cuba et l’Europe, cette dernière n’ayant jamais inscrit dans ses objectifs le renversement d’un gouvernement qui ne représente aucune menace pour elle et avec qui elle entretient des relations diplomatiques normales ?

Pour le savoir, j’ai déposé, le 3 février 2005, une plainte contre RSF auprès de l’UE en lui demandant de s’assurer du bon usage des subventions.

A commencé alors le jeu de la patate chaude. Entre février 2005 et juin 2006, ma plainte a hanté les bureaux de M. Nikiforos Diamandouros, médiateur européen, Mme Rachel Doell, sa secrétaire, M. Joa Sant’Anna chef du département administratif et financier, M. Daniel Koblentz, Mme Josiane Pailhès, membre de la Commission, Mme Marjorie Fuchs, juriste au bureau du Médiateur, M. Giuseppe Massangioli, directeur de la Direction G du Secrétariat général, M. Ian Harden, du bureau du Médiateur et jusqu’à M. José Manuel Barroso, Président de l’UE. Ce dernier fut la 9ème personne à compulser un dossier avançant au rythme des carabiniers d’Offenbach (qui chantent sur scène « Marchons, marchons », en faisant du surplace).

Pressé de questions par mes différents interlocuteurs, j’ai pu préciser que 779 304 euros avaient été versés à RSF en 2003 et 513 999 euros en 2004 « pour la défense des journalistes emprisonnés en Asie et dans les pays ACP » (Afrique, Caraïbes, Pacifique) » dans le cadre de « l’Initiative européenne pour la Démocratie et les Droits fondamentaux ».

Nous avions là les différents protagonistes, (RSF et l’UE), les années budgétaires de versements, les montants, l’intitulé de l’usage prévu des fonds.

Et ma question était simple : Votre (notre) argent a-t-il été utilisé à bon escient ou détourné pour d’autres causes ?

Finalement, la réponse de l’UE fut : si vous ne fournissez pas « la référence exacte du contrat » avant le 31 juillet 2006, la plainte sera classée.

A ce moment-là, je me suis persuadé que si je parvenais (par une intrusion nocturne dans les bureaux de l’UE ?) à lui fournir le renseignement qu’elle seule possédait, on me demanderait ensuite l’heure de signature et la marque du stylo, voire le signe zodiacal des signataires et les numéros de sécurité sociale de leurs ascendants.

Entre temps, RSF avait reçu le prix européen Sakharov, j’avais appris que l’UE a négocié avec les USA des dérogations à la loi extraterritoriale US Helms-Burton (qui limite le commerce avec Cuba) en échange de condamnations répétées de l’île des Caraïbes, que Lucie Morillon, la représentante de RSF à Washington, avait révélé que le contrat de RSF avec le Center for a Free Cuba (paravent de la CIA oeuvrant à la « transition démocratique ») oblige l’ONG, en échange de dollars, à agir contre ce pays.

L’affaire étant entendue, je jetai l’éponge. Au demeurant, l’objectif n’était pas de faire condamner RSF par l’Europe (ne rêvons pas), mais de mettre à nue les collusions RSF/USA/UE.

Mais voilà que (surprise !) le Médiateur européen m’écrit, le 18 juillet 2007. Et pour me dire quoi ? Qu’il ne comprend pas pourquoi la Commission européenne ne m’a fourni aucune réponse, qu’il suppose que l’UE détient un registre décrivant les subventions versées ainsi que les actions promues avec cet argent, que j’ai clairement exposé mes préoccupations : déstabilisation « de gouvernements légitimes en utilisant les fonds européens pour la défense des journalistes. », qu’il fait part de ces observations à la Commission européenne en lui demandant pourquoi elle a été « incapable » de répondre à ma plainte.

Bref, il n’est pas content, il s’interroge, négligeant la date butoir à laquelle devait être fourni, à ceux qui l’ont signé, le numéro du contrat incriminé.

Pourquoi ce rebondissement ?

- Parce qu’un nombre croissant de pays dans le monde n’admet plus l’acharnement anti-cubain des affidés des USA ?

- Parce que l’Espagnol José-Maria Aznar est sur la touche et que José-Luis Zapatero agit autrement ?

- Parce que, le 12 juin 2007, la Française Christine Chanet, représentante du Haut-commissariat des droits de l’homme à l’ONU, dénigrant Cuba à Genève lors de la réunion du Conseil des droits de l’homme a suscité l’indignation ouverte de 26 pays membres sur 47 ?

- Parce que de plus en plus d’Etats-uniens préconisent une autre approche du cas cubain ? (Wayne S. Smith qui fut le représentant des Etats-Unis à Cuba dans les années 80 a écrit, le 22 juillet 2007, que « Le plan d’action de Bush ne marche pas »).

- Parce que l’Europe perd peu à peu toutes ses positions économiques et commerciales à Cuba, laissant la place libre à la Chine aujourd’hui, et aux USA demain ?

- Parce que RSF commence (enfin !) a sentir le soufre ?

- Ou tout simplement parce que le traitement de ce dossier par la Commission européenne relève d’un « foutage de gueule » dans lequel le Médiateur lui-même est méprisé ?  Pour plusieurs de ces raisons ? Pour d’autres à découvrir ?

Allez savoir ! Ce qui est sûr, c’est que la question : ‘Une « ONG » peut-elle ouvertement utiliser l’argent du contribuable européen dans l’intérêt des USA ?’ , n’est pas enterrée.

A suivre donc, sans illusion, mais en se délectant du numéro de contorsionniste/transformiste d’une Europe invitée par Cuba à reconsidérer, sans précipitation, son comportement...'

Pour ceux  qui s'inquiète de la montée en puissance de ( des ) presses à vocation ' intox' , RSF ...vous savez où le ranger ? Non? 

à peluch' !  

16:40 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : presse, desinformation, rsf |  Facebook |

28/08/2007

Là le caïd à dit la guerre pour tant , ..mieux que l’économie …

 

 

 

Vers 20h00 ce soir ( sur France 24 ) , j’écoutais un discours en direct de Bush au Nevada ,  face à un panel d’anciens combattants  

Après les habituelles références au drapeau US ,  à Dieu and Co.. et tout le blabla ...,  son discours c’est radicalisé sur les forces du mal ( ici , il ne voulait pas parler des siennes..)mais surtout il a clairement désigné l’Iran comme prochaine victime  ce qui est quand même significatif , car c’est au moment où l’économie US plonge ( subprimes , immobilier , croissance , dollar = monnaie de singe ..= crash très proche …)  que Bush and Co  s’engage sur la voie d’autres  guerres futures   en accentuant la menace terroriste et en désignant  un coupable ( Le coupable du jour aujourd’hui c’est l’Iran , le Hezbollah  ( soutenu par la majorité de la population .. les chiites .. les sunnites…( 1 )  (  pour la fuite en avant … ? attention à un  autre 11 septembre imputée à… ))  

Il faut dire aussi que l’économie de guerre est  (sera ? ) plus rentable que certains domaines économiques ...comme les prêts immobiliers par exemple…Quand au modèle de démocratie que pourrait encore nous procurer le capitalisme... autant ne pas y penser ..Non ?

 À peluch’

 

( 1 ) bizarrement , aucuns médias n’utilisent jamais le terme ‘ résistants’ à l’occupant…là où l’on installe leur  vision de la démocratie …

 

20:35 Écrit par Alain dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, iran, bush, usa, economie |  Facebook |

25/08/2007

Quand l’acte tue l’actu …par la relecture de l’actualité

 

Extraits de diverses source au sujet du titre principal…,
La  Bank of America va acquérir pour 2 milliards de dollars de titres privilégiés Countrywide (London: CWD.L - actualité,entre autres titres ...) , ayant un rendement de 7,25%, et pouvant être convertis en action d'une valeur de 18 dollars, a ajouté la banque dans un bref communiqué.

 Avertissement pour âmes  sensibles ( lol ) :lire l'info 'lissée' de l'actu vue par les médias en blanc ...

Les actions privilégiées sont un type particulier de titres qui donnent aux porteurs priorité (…assurances et  cadeaux entre prédateurs .. ?  )  sur les actionnaires ordinaires ( les  pauvres cloches pour qui il n y a plus rien après la mise sous protection par la loi US en cas de faillite.. ? ) en ce qui concerne le paiement des dividendes.

 

"Nous ( sous entendu –prédateurs - )  pensons que, dans les turbulences ( lire … fuite en avant vers Crash ? ) actuelles, la Bourse ( complice des prédateurs ?..)  a sous-estimé( …lire couvert !? …)  la valeur des activités et des actifs de Countrywide", a indiqué le  PDG  de  Bank  of  America,

Kenneth Lewis ( prédateur. ?.) …, Countrywide Financial ( prédateur en herbe ?…)  avait emprunté 11,5 milliards de dollars auprès de 40 ( pas moins.. ,  dur le crédit par les  temps qui courent ? …) banques ( prédatrices..)  différentes ( mais unies face à leur sombre avenir commun ?…),  la semaine dernière( date du Xième crash…)( que !? ) pour renflouer sa trésorerie

( qui pisse de partout ?…) , un geste

( maladroit vis-à-vis de ‘ la confiance des petits investisseurs.. et des ‘ collègues ‘ qui ‘ignoraient’ l’état de délabrement du bateau en train de couler….)  qui avait fait chuter son action de près de 21% ( retour pour non avertissement ?!! )

… Countrywide a souffert ( serait-ce fini ? ) ,  ainsi que les employés licenciés

( pour eux , ce n’est pas  la galère ? ...)  à la fois d'un effondrement des demandes

( bah ? l’emplois en rade , les taux qui explosent…) de prêts hypothécaires ( à taux usuriers.. !!!) et des sources ( qui se tarissent ! )  de financement pour les alimenter ( tout les prédateurs qui  cherchent  à

 ‘ refourguer ‘ leur crédits pourris  ?...)

Il me faut aussi écrire qu’  avec …, …  la hausse des défauts de paiements

( ruine des ménages..) , la  pénurie de liquidités, les  suppressions  de postes en urgence, la  dégradation par les agences de notation (obligées de cesser d’être complices ?!...) qui sont dans le collimateur (timide...non ? )  de La Commission européenne ( 1 ) …, et glissade boursière( euphémisme ? )  : le groupe, à l'origine d'un peu moins d'un prêt sur cinq en circulation dans le pays, est en pleine tourmente depuis le début de la crise du "subprime". Ce scénario noir pourrait devenir un scénario catastrophe en cas de faillite, car Countrywide risquerait de détruire par sa chute le peu( le peu ?..., ou rien ?...) de confiance restant sur le marché du financement immobilier US ( de là , l’intervention [obligée !?..] de ‘ collègues’ …)

 Kenneth Lewis, son PDG, estime que "dans les conditions de marché actuelles les investisseurs ont sous-estimé la valeur des actifs de Countrywide"( ?!!) . Le dirigeant espère ( surtout ?!..)  que cet investissement marquera "une première étape vers un retour à la normale sur les marchés du crédit immobilier".

( lire .. un coup de poker à 2 milliards de dollars ?!!!) ...

Les termes 'Goulag' , 'communisme' , ' plan quinquennaux' ont disparu du vocabulaire depuis les années 89-91 …

Ceux de ' mondialisation ', ainsi que tous les concepts qui y sont associés, comme la politique de « délocalisations » ( destruction des emplois qualifiés au bénéfice des pays à faible coût de main-d’œuvre), la « société de l’actionnaire », « l’argent qui crée l’argent », la production à « flux tendu » et l’évaluation des performances (benchmarking),…seraient –ils enclins à leur tour de disparaitre ?

Cette lecture de l’actualité n’est –elle pas possible aussi ? Non ?

À peluch’ !

 

23/08/2007

Trouver un insecticide contre le capitalisme…Urgent !!

 

Extraits de http://www.lesechos.fr/info/energie...

 

"…C’est une incroyable épidémie, d’une violence et d’une ampleur faramineuse, qui est en train de se propager de ruche en ruche sur la planète. Partie d’un élevage de Floride l’automne dernier, elle a d’abord gagné la plupart des Etats américains, puis le Canada et l’Europe jusqu’à contaminer Taiwan en avril dernier. Partout, le même scénario se répète : par milliards, les abeilles quittent les ruches pour ne plus y revenir…

 

…Légitimement inquiets, les scientifiques ont trouvé un nom à la mesure de ces désertions massives : le « syndrome d’effondrement »

…Ils ont de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, ni pollinisation, et pratiquement ni fruits, ni légumes. « Trois quart des cultures qui nourrissent l’humanité en dépendent », résume Bernard Vaissière, spécialiste des pollinisateurs à l’Inra (Institut national de recherche agronomique)…

… Aux Etats-Unis, où 90 plantes alimentaires sont pollinisées par les butineuses, les récoltes qui en dépendent sont évaluées à 14 milliards de dollars…

…Faut-il incriminer les pesticides ? Un nouveau microbe ? La multiplication des émissions électromagnétiques perturbant les nanoparticules de magnétite présentes dans l’abdomen des abeilles ? « Plutôt une combinaison de tous ces agents », assure le professeur Joe Cummins de l’université d’Ontario…, il affirme que « des indices suggèrent que des champignons parasites utilisés pour la lutte biologique, et certains pesticides du groupe des néonicotinoïdes, interagissent entre eux et en synergie pour provoquer la destruction des abeilles ». Pour éviter les épandages incontrôlables, les nouvelles générations d’insecticides enrobent les semences pour pénétrer de façon systémique dans toute la plante, jusqu’au pollen que les abeilles rapportent à la ruche, qu’elles empoisonnent…

 

…Par effet de cascade, intoxiquées par le principal principe actif utilisé - l’imidaclopride (dédouané par l’Europe, mais largement contesté outre-Atlantique et en France, il est distribué par Bayer sous différentes marques : Gaucho, Merit, Admire, Confidore, Hachikusan, Premise, Advantage...) -, les butineuses deviendraient vulnérables à l’activité insecticide d’agents pathogènes fongiques pulvérisés en complément sur les cultures.

« Les autorités chargées de la réglementation ont traité le déclin des abeilles avec une approche étroite et bornée, en ignorant l’évidence selon laquelle les pesticides agissent en synergie avec d’autres éléments dévastateurs », accuse-t-il pour conclure. Il n’est pas seul à sonner le tocsin. Sans interdiction massive des pesticides systémiques, la planète risque d’assister à un autre syndrome d’effondrement, craignent les scientifiques : celui de l’espèce humaine. Il y a cinquante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l’homme : « Si l’abeille disparaissait du globe, avait-il prédit, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre. »… "

A vous foutre le bourdon !! ? Non ?  À peluch’ !

14:01 Écrit par Alain dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : abeille, abeilles, declin |  Facebook |

22/08/2007

La ferme !? Où le serf vaut rien sur place ?

Le dernier rapport du Bureau des Statistiques du Travail montre que les salaires réels des travailleurs américains sont en dessous de ceux d'il y a cinq ans. Il ne peut pas en être autrement avec les grandes entreprises américaines qui délocalisent les bons emplois pour réduire les coûts salariaux et, ce faisant, convertissent en primes multimillionnaires payées aux PDG et autres grands directeurs les salaires qui étaient autrefois versés aux Américains.

Les bons emplois qui restent encore aux Etats-Unis sont pourvus de façon croissante par des travailleurs étrangers que l'on fait venir avec des visas de travail. Les départements de relations publiques des grandes entreprises ont réussi à répandre le mensonge selon lequel il y a une pénurie de travailleurs américains qualifiés, nécessitant de faire venir des étrangers aux Etats-Unis        ( en attendant la libération des Services ..) . En vérité, ce sont les grandes entreprises américaines qui obligent leurs employés américains à former des étrangers moins bien payés pour qu'ils prennent leurs emplois ( et si par hasard cet employé a acheté un bien immobilier en ‘subprime’…)   S'il refuse, l'Américain remplacé n'obtient pas d'indemnité de licenciement.

Les compagnies d'avocats, telles que Cohen & Grigsby, se font concurrence pour commercialiser leurs services aux grandes entreprises étasuniennes sur la manière d'échapper à la loi et de remplacer leurs employés américains par des étrangers moins bien payés. Ainsi que Lawrence Lebowitz, le vice-président de Cohen & Grigsby, l'a expliqué dans une vidéo marketing de sa compagnie juridique, "notre but est clairement de ne pas rechercher de travailleurs américains qualifiés et intéressés".

Entre temps, les facs et les universités continuent de diplômer des centaines de milliers d'ingénieurs qualifiés, de professionnels de l'informatique et autres, qui n'auront jamais l'occasion de travailler dans les professions pour lesquelles ils ont été formés. L'Amérique d'aujourd'hui est comme l'Inde du temps jadis, avec des ingénieurs travaillant comme barmen, chauffeurs de taxi, serveuses ou employés comme larbins dans des chenils, tandis que la délocalisation des emplois américains démantèle l'ascenseur social pour les citoyens des Etats-Unis.

À l'exception de quelques diplômés ayant des relations, qui font leur trou dans les banques d'investissement de Wall Street, dans les meilleures sociétés d'avocats ou dans la médecine libérale, les universités américaines d'aujourd'hui sont comme des centres de détention, destinés à retarder de quatre ou cinq ans l'entrée de la jeunesse américaine dans des services domestiques non-qualifiés. Pendant ce temps, les riches deviennent beaucoup plus riches et s'abandonnent avec délice dans la consommation la plus extraordinairement ostentatoire depuis l'Age d'Or.

Néanmoins, même l'élite des travailleurs immigrants ne peut compter sur des conditions d'emploi et de salaires égales à celles des Etatsuniens. Afin d'éviter les procédures compliquées qu'impose la législation du travail et le coût des démarches d'immigration, les Etats-Unis en sont arrivés au comble de créer un navire-usine de logiciels qui maintient des esclaves hautement qualifiés ancrés dans des eaux internationales, espèce de variante des usines de sous-traitance ( maquilas ) pour produire toutes sortes d'appareils numériques : dans le cadre du projet SeaCode, un navire ancré à plus de trois milles des côtes californiennes ( eaux internationales …, qui permette de détourner les lois nationales…) héberge 600 informaticiens venus d'Inde qui travaillent douze heures par jour en permanence pendant quatre mois.

Vive la mondialisation !? … Non ? À peluch’ !

 

18:35 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mondialisation, usa, crise |  Facebook |

Le prix des bottes de blé et le bruit des bottes ...

 

 

Il devient évident que le moment de ce qui ressemble à de la récession est proche ( le prix Nobel d’économie Joseph Stieglitz  estime le budget réel de l’effort de guerre US en Irak entre 1 et 2 trillions de dollars sur les 4 premières années c'est-à-dire 2 à 4 fois plus que les chiffres officiels , soit si celui- ci était comptabilisé,  plus de 500 milliards à devoir ajouter au déficit public états-unien déjà supérieur à 400 milliards de dollars par an !!  ) Et ce quel que soit les tentatives des différents ‘ experts’ d’essayer de le cacher en attendant les élections US…, et ce même si les républicains manipulent les statistiques d’ici là…

Il semble très probable que bon nombre d’économies  nationales de par le monde vont être pour le moins… secouées dans les mois qui viennent  , les banques , les fonds d’investissement qui auront les reins les  plus solides vont continuer à spéculer , ils se rabattent déjà sur les matières premières … et sur tout ce qui peut servir à nourrir un consommateur …, pain , lait , beurre , café et sucre pour n’en citer que quelques uns vont grimper en flèche dans les semaines qui viennent…

 Mais attention car le capitalisme s’accommode également aussi  fort bien de la guerre , très lucrative.. ,…et son recyclage dans cette forme d’économie n’est pas ( n’a jamais été !)absente de ses intentions…

    -Le 10 / 2001 , l’American  Stock Exchange crée un ’indice spécifique au    secteur de l’armement , l’  AMEX DEFENSE INDEX ( DFI ) composées des 15 entreprises aux plus fortes capitalisation boursière .

-         Loocked Martin , Boeing , Northrop Grumman et General Dynamic –

-         Deux mois plus tard est créé avec la Bourse de Philadelphie DFX Composé de 18 valeurs

-         Le 6 Juillet 2004 était inauguré le SPADE DEFENSE INDEX ( DXS) sur le New York Stock Exchange à l’initiative de l’International Space Business Council . Le DXS est composé des 54 entreprises les plus représentatives des marchés de la ‘ défense ‘, du’ homeland security ‘et de l’espace.

-         Mainmise militaire sur les sciences, la recherche et l’innovation technologique sont en effet perçues à leur juste mesure par le capital financier.

-         Le ´ système industriel militaro-sécuritaire ´( SIMS) est la pierre d’angle de l’hégémonie des Etats-Unis, son rôle est déterminant dans la défense de la position des USA dans l’ordre mondial.

-         Le grand  public ignore souvent la nouvelle réalité , celle des sociétés militaires privées ( SMP ) , les fameuses  Private Milatary Societe ou les Private Military Contractor... ( PMC ) 

-           Les PMC  dont les principaux donneurs d’ordres sont : le Pentagone , Département d’Etat , ONU , UE , OSCE , OUA et même certaines ONG et la Croix Rouge !!( scandale BAE )  Hier comme aujourd’hui , il s’agit d’ériger un cartel de  financiers ( gouvernement mondial ? ! )   qui en mariant pouvoir financier  , puissance militaire , technologique et informatique imposent leur contrôle sur les ressources de la planète et de ses habitants et les SMP ne sont que les sous traitants des basses œuvres de l’empire dont elles portent la gloire .  ( ! Georges Orwell , Huxley ne sont plus très loin.. )   

-         Les contrats gouvernementaux Us avec les SMP atteint plus de 100 milliards de dollars , soit environs le quart des 439 milliards de dollars du budget de la défense en 2006 !

-         Les SMP ont formé leur propre lobby pour défendre la ‘ profession ‘ ,l’Internationale Peace Operations  Association ( sic )  

ALORS ? Diaboliser l’Iran ? Le Venezuela ? …Convoyeurs .. attendre …

A peluch’ !     

 

  
 

17:03 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, crise, iran, bourse |  Facebook |