10/10/2007

Chinoiseries et autres comptes..

Quand les chinois avec leur énorme réserve de devises investissent ' gagnant – gagnant  ' en RDC  ça fait jaser les institutions vampires and co comme FMI  , OCDE  ou autre BM ( 1 )  … pourtant .. lisez plutôt …

 De  ‘ AMT  [Kinshasa, le 09-10-2007] » A Chaud A propos de milliards de la Chine qui font jaser : Les 5 raisons de Matthieu Kalele pour soutenir l’accord Chine-RDC L’exercice aura été simple pour Matthieu Kalele Kabila, professeur d’Université et président national du Front pour un Nouveau Type de Congolais (FNTC). Jeudi dernier au restaurant El Patio, à quelques pas du Grand Hôtel Kinshasa, il s’est soumis volontiers au jeu de questions et réponses des journalistes. L’occasion lui était tout indiquée d’entrer en profondeur et même d’aller au-delà de la polémique inutilement soulevée autour du contrat de 8,5 milliards USD conclu, il y a peu, entre la Chine et la RDC. Matthieu Kalele voulait particulièrement répondre à une certaine agitation observée sur la scène internationale depuis la signature de ce contrat, il y a peu. D’après lui, il y a des gens qui pensent que la signature d’un contrat d’une telle ampleur remettrait en cause les relations avec les partenaires ‘’traditionnels’’ de la RDC.  Les arguments pour détruire les détracteurs  Primo, l’histoire du Congo. L’ancien ministre des Mines rappelle que la coopération entre la Chine et la RDC est vieille de plus de 39 ans. Elle a pris de l’envol en 1968 quand Mobutu rencontre le grand timonier chinois Mao à Pékin. Pourtant, c’est connu de tous que Mobutu était une fabrication, un suppôt, un valet local de l’impérialisme Us au Congo. Son inféodation à l’Occident n’avait pas empêché à Mobutu de s’imprégner de l’esprit de Yu Kong. Les Zaïrois de l’époque étaient soumis au Salongo chaque samedi. De la Chine, le défunt dictateur ramenait à Kinshasa l’Abacos avec la cuisine chinoise. La coopération ne se limitait là. Il y avait ce qu’on appelle les grands travaux réalisés par les Chinois : Stade des Martyrs, Palais du Peuple, Ferme de la N’Sele, Ferme de Kisanga à Lubumbashi, Ferme de Lukelenge à Mbuji-Mayi. Mobutu va étendre la coopération dans le domaine militaire. Des militaires chinois vont former des commandos congolais à Kisangani. Sous M’zee Laurent Désiré Kabila, des militaires congolais iront en Chine pour être formés aux techniques de répression.   Secundo, ne pas prêter le flanc aux prophètes des malheurs. Le professeur Matthieu Kalele n’accorde aucune importance aux profanateurs des relations entre la Chine et la RDC. Pour ceux qui ne le savent pas, dit-il, les pays occidentaux, réputés partenaires traditionnels du Congo, entretiennent de très bonnes relations avec la Chine qui détient le 2ème bon de trésor américain. La France, par exemple, a signé récemment avec l’Empire du milieu un contrat de vente de 20 Airbus à coup de milliards de dollars. ‘’Qui a demandé à la France de nous donner la copie du contrat ? Bush, s’interroge Matthieu Kalele, a signé dernièrement pour 17 milliards de dollars. Qui lui a demandé la copie ? Il n’y a pas débat, conclut-il.   Tertio, la correspondance entre le contrat chinois et les exigences du Code minier congolais. Le prof est convaincu qu’il existe dans ce Code minier la clause sociale et environnementale. Partout où les Chinois extraient les minerais, ils ont l’obligation de respecter cette clause.   Quarto, l’Occident a besoin de la Chine pour résoudre certaines questions internationales brûlantes. Les menaces répétées des USA, leur politique d’agression n’ont pas suffi pour faire plier le régime Nord-Coréen sur le nucléaire. Il a donc fallu l’intervention efficace de la Chine pour que la situation se décante. Au Soudan, on n’aurait jamais obtenu le déploiement de la force conjointe UA-ONU au Darfour sans la médiation de Pékin. Les américains et leurs alliés européens, malgré les menaces de tout genre, n’y seraient pas parvenus.   Quinto, les conventions internationales en matière de commerce. L’heure est au jour d’aujourd’hui au libéralisme, à l’économie du marché. Le système de monopole est banni. Et la RDC a ratifié la convention sur l’ouverture du bassin du Congo. On a besoin de tout le monde. Quelle conclusion tirer ? Matthieu Kalele tranche. D’un, l’argent de la Chine, ce n’est pas un endettement, pas un montant remboursable avec intérêt. Les Chinois veulent des minerais et construisent des routes. De deux, en dehors du contrat chinois, la RDC tend la main à d’autres pays du monde. Il formule ainsi deux recommandations. Il faut d’abord activer l’adage qui dit que qui se ressemble, s’assemble. Une façon d’inviter tous les pays du monde qui ‘’s’apitoient’’ sur la misère des Congolais à travailler ensemble. « Les occidentaux parlent de millions avec un taux d’intérêt très élevé, là où les Chinois mettent des milliards ». Il ne faudrait pas redouter la concurrence... Ensuite, les Congolais doivent bannir la peur et l’agitation. « Nous devons nous assurer de notre souveraineté ». Et il serait presque temps pour ce peuple trop souvent … spolié … non ?  A peluch’ !  ( 1 ) 2 remarques .. les stat’ de la Banque Mondiale …sic …( 2 )  … et le paradoxe .. l’inquiétude de l’occident vis-à-vis des investissements en RDC …

( 2 ) La République démocratique du Congo (RDC) est le pays au monde où il est le plus difficile de se lancer dans les affaires. Il faut prévoir 155 jours en moyenne pour y créer une entreprise, selon un rapport de la Banque mondiale (Doing business 2008) publié il y a quelques jours. La gouvernance n'est pas le point fort de la RDC (ex-Zaïre). En classant les 48 pays africains selon différentes variables (respect de la loi, ampleur de la corruption, degré de développement humain...), des économistes viennent d'établir un index de "la gouvernance africaine". La RDC y occupe l'avant-dernière position. Seule la Somalie fait pire.

20:51 Écrit par Alain dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, rdc, chine, bm, fmi, ocde, kabila, corruption, aide |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.