28/08/2008

Russie : Non coupable !!!

Un article paru ce jour sur http://www.lesechos.fr/info/france/4765492.htm?xtor=RSS-2059

Ou : ‘’…Sarkozy dénonce « les dérives du capitalisme financier »[ 28/08/08 ] ‘’

Si je partage bien avec lui  la première partie des causes de la débâcle financière mondiale actuelle  , par contre je n’accepte pas ses solutions .. Voyez plutôt l’article :

 

‘’…Le chef de l'Etat qui est revenu , hier, dans son discours devant les ambassadeurs sur les « ruptures » qu'il a imposées à la diplomatie française, a cependant rejoint son prédécesseur Jacques Chirac dans sa critique des excès du capitalisme.

Nicolas Sarkozy a dénoncé, hier, « les dérives » d'un capitalisme financier qui ont conduit au scandale des « subprime » aux Etats-Unis. « C'est désormais le coeur du capitalisme mondial qui est atteint », a-t-il souligné, avec la même force que jadis Jacques Chirac, quand celui-ci dénonçait les effets nocifs du libéralisme. Devant les ambassadeurs de France, rassemblés comme chaque année fin août pour un tour d'horizon de l'actualité internationale, le chef de l'Etat a critiqué pêle-mêle la sophistication incontrôlée des instruments financiers( 1 ) , les lacunes de la régulation, la persistance de paradis fiscaux et, surtout, l'impunité des agences de notation.

 

Pour lui, cette crise financière( 2 ) , qui coûtera au système bancaire environ 1.000 milliards de dollars voire davantage à l'économie réelle, est l'un des trois facteurs qui ont bouleversé, durant l'année écoulée, la donne mondiale. Les deux autres se nomment explosion des cours des matières premières ( 3 ) et regain de nationalisme dans les pays émergents( 4 ) , dont l'inexorable montée en puissance se confirme. Ces pays, dont la Russie, « veulent intégrer le nouveau concert des grandes puissances, mais à leurs conditions, a noté le chef de l'Etat. Le temps est révolu où l'Occident donnait seul le ton, servait de référence et imposait sa vision ».

 

Seule réponse possible à cette nouvelle géographie économique : associer les puissances émergentes à la gouvernance mondiale. Outre la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU, Nicolas Sarkozy souhaite relancer l'idée d'un G13 qui associerait au traditionnel G8( 5 )  des pays les plus industrialisés, la Chine, l'Inde, l'Afrique du Sud, le Brésil et le Mexique. Et pourquoi pas un G14 qui compterait un pays arabe, s'est interrogé le président.

 

L'Europe constitue l'autre réponse « évidente » à la mondialisation. Pour le chef de l'Etat, l'Union est seule à même de proposer au monde la « démarche coopérative » qui a fait ses preuves. Nicolas Sarkozy a cité en exemple la Géorgie, où l'Europe « pouvait, si elle le voulait, se porter en première ligne dès le début d'un conflit pour rechercher une solution de paix ». Le chef de l'Etat a d'ailleurs appelé la Russie à retirer « sans délai » ses forces militaires du territoire géorgien et à appliquer en totalité le plan de paix qu'il a négocié le 12 août au nom des Vingt-Sept. Il a souligné que l'issue de ce conflit « déterminera pour longtemps la relation de l'Union avec la Russie ». « Personne ne souhaite en revenir au temps de la guerre froide », a-t-il assuré, invitant Moscou à « faire un choix fondamental », celui de « l'entente et de la coopération » avec l'Europe, mais aussi celui du respect des principes de la Charte de l'ONU.

 

« Affirmer où la France se situe »

Nicolas Sarkozy est aussi longuement revenu sur son bilan, accumulation de « ruptures » avec la diplomatie traditionnelle de la France. Il a surtout justifié l'ancrage de la France auprès des Etats-Unis et de l'Alliance atlantique ( OTAN ! ) ( 6 )  . « Dans cette période de transition où les repères s'estompent, il m'a paru nécessaire d'affirmer avec netteté où la France se situe », a-t-il souligné, justifiant avec conviction la présence des troupes françaises en Afghanistan. Eviter la confrontation entre l'Islam et l'Occident en encourageant les forces de modération et de modernité constitue clairement l'une des priorités de la diplomatie française. Le rapprochement avec la Syrie, les distances prises avec la « Françafrique », la relance de la coopération avec le sud de la Méditerranée et les sanctions contre l'Iran sont autant de changements qu'il revendique haut et fort.’’

Donc Mr Sarkozy après avoir bien cerné  les causes , propose ni plus ni moins de s’associer avec le ou les auteur principal( aux )  de ceux –ci !!

Pour les solutions j’invite le lecteur à relire mes précédents articles mais déjà j’émet les plus grand doutes quand à la contribution  ‘pacifique’ de l’OTAN (autre bras [ armé !]de la finance mondiale ) à apporter des solutions à la crise actuelle !Et vous ? Si ?

A peluche !

 

 

Notes

( 1, 2, 3, 4,  ) causes et origine : USA …

( 5 ) La Russie a présidé en 2006 le G8 pour la première fois depuis qu'elle a été admise comme membre plein en 2003,…En 2007, la Présidence du G8 a été assurée par l'Allemagne. Puis la Présidence est revenue au Japon (2008) Elle reviendra à l'Italie (2009) au Canada (2010) à la France ( 2011 ) et aux USA en 2012 .

 

( 6 ) La nouvelle OTAN face aux dangers d’un monde instable …(après 2001)

Le 29 mars 2004, sept nouveaux pays (l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie) sont entrés dans l’organisation, en portant à 26 le nombre de membres. Ce sont des États militairement peu puissants, mais trois d’entre eux, les Pays baltes étaient d’anciennes républiques soviétiques à l’époque de la Guerre froide, et les autres des satellites du pouvoir soviétique. Ces États doivent réformer leur organisation militaire en profondeur, accepter les standards OTAN, développer les capacités politico-militaires afin de pouvoir intervenir sur des crises et conflits différents d’une agression armée classique. (Lieutenant-colonel Francisco Stoica)

À la suite des révolutions de couleur survenues en Géorgie (révolution des Roses) puis en Ukraine (révolution orange), ces deux autres anciens États soviétiques ont fait part de leur volonté d’adhérer à l’alliance, également rejoints en ceci par la Moldavie, ce qui a été refusé par l’alliance Atlantique lors du sommet de Bucarest de 2008.

10:38 Écrit par Alain dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, crise, russie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.