25/02/2007

mondialisation 3

La disparition de l'information

Si j’écris ..

.. vrai ou faux ? ..

 

- Depuis le début des années 90, l'information a progressivement disparu des médias destinés au grand-public.  V ou  F ?

- Comme les élections, les journaux télévisés continuent d'exister, mais ils ont été vidés de leur contenu.

 

-Un journal télévisé contient au maximum 2 à 3 minutes d'information véritable. Le reste est constitué de sujets "magazine", de reportages anecdotiques, de faits divers, de micros-trottoirs et de reality-shows sur la vie quotidienne.

 

Les analyses par des journalistes spécialisés, ainsi que les émissions d'information ont été presque totalement éliminées.

 

L'information se réduit désormais à la presse écrite( avec un phénomène de ressemblance quand aux contenus pour la plupart .. ) , lue par une minorité de personnes.

 

Et puis ? quid comme infos ?

 

L’actu ‘.. alitée ??

 

                         Là .. sang . ; sûr .. ?

 

Le principe de base de la censure actuelle  ne consiste – t – elle pas à noyer l’info essentielle dans un flot d’infos insignifiantes diffusées par une multitude de médias au contenu semblable ,   en se donnant par là même toute les apparences de la démocratie ?

Depuis les années 90 les journaux ne contiennent quasiment plus d’infos .. tout au plus 2 à 3 minutes . ; le reste est composés de reportages anecdotiques , d’un peu de social , de sport .. aussi ne ferions nous pas mieux d’appeler  ça des magazines ?

Et puis . ; les lois du marché .. celles de l’audience ( chères  aux annonceurs . ; ) ne sont t’elles pas un choix obligés pour les médias qui doivent subsister financièrement ?

Voilà donc pourquoi tant d’émissions débilitantes .. ?

Et enfin. ; si on sait que tous les psychologues savent que la mémorisation se fait d’autant mieux que l’info est structurée .. pourquoi les  JT font – ils tout le contraire ??

Un peu de politique . ; du social. ; un fait divers ., un micro trottoir . ; un peu de politique . ;

On voudrait nous rendre amnésique qu’ils ne s’ y prendraient  pas autrement .. NON ?

 

bon c'est leur du Je Té !                                     j y go .. à peluch' !

                                                  fin de la 3 ième partie

19:14 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blague, info, actualites, opinion |  Facebook |

mondialisation 2

2 L'illusion démocratique ?

 vrai ou faux ?

si j' écris ..

 

La démocratie a déjà cessé d'être une réalité.

 Les responsables des organisations qui exercent le pouvoir réel ne sont pas élus, et le public n'est pas informé de leurs décisions.

 

La marge d'action des états est de plus en plus réduite par des accords économiques internationaux pour lesquels les citoyens n'ont été ni consultés, ni informés.

 

Tous ces traités élaborés ces cinq dernières années (GATT, OMC, AMI, NTM, NAFTA) visent un but unique: le transfert du pouvoir des états vers des organisations non-élues, au moyen d'un processus appelé "mondialisation".

 

Une suspension proclamée de la démocratie n'aurait pas manqué de provoquer une révolution. C'est pourquoi il a été décidé de maintenir une démocratie de façade, et de déplacer le pouvoir réel vers de nouveaux centres.

 

Les citoyens continuent à voter, mais leur vote a été vidé de tout contenu. Ils votent pour des responsables qui n'ont plus de pouvoir réel excepté la gestion des crises , par les forces de l'ordre ( en attendant les privatisations futures  des services de police , de l’armée..) ..  ?

 

N'est-ce pas  bien parce qu'il n'y a plus rien à décider que les programmes politiques de "droite" et de "gauche" en sont venus à tant se ressembler dans tous les pays occidentaux.?

 

Avons nous le choix du plat ou le choix de la sauce ?

Le plat ne s'appellerait -il pas là ' nouvel esclavage ' , avec sauce de droite pimentée ou sauce de gauche aigre -douce ?

alors ? vrai ou faux ? ...

En attendant là , je vais souper .. sans sauce !!

fin de la 2ième partie

18:00 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, blague, actualite |  Facebook |

mondialisation 1 ..

LA FIN PROGRAMMEE DE LA DEMOCRATIE ?

 1ère question...

1 Le pouvoir a- il  déjà changé de mains ?

.. vrai ou faux ?

 

Les véritables maîtres du monde ne sont plus les gouvernements, mais les dirigeants de groupes multinationaux financiers ou industriels, et d'institutions internationales opaques (FMI, Banque mondiale, OCDE, OMC, banques centrales). Or ces dirigeants ne sont pas élus, malgré l'impact de leurs décisions sur la vie des populations.

 

Le pouvoir de ces organisations s'exerce sur une dimension planétaire, alors que le pouvoir des états est limité à une dimension nationale.

Par ailleurs, le poids des sociétés multinationales dans les flux financiers a depuis longtemps dépassé celui des états.

 

A dimension transnationale, plus riches que les états, mais aussi principales sources de financement des partis politiques de toutes tendances et dans la plupart des pays, ces organisations sont de fait au dessus des lois et du pouvoir politique, au dessus de la démocratie.

 

 Voici une liste des chiffres d'affaires de certaines multinationales, comparés avec le PIB des états. Elle en dit long sur la puissance planétaire que ces sociétés sont en train d'acquérir.

 

Une puissance toujours plus démesurée, du fait de l'accélération des fusions entre multinationales.

Chiffres d'affaires ou PIB, en milliards de dollars

 

General Motors 178,2 - Singapour 96,3 -Danemark  161,1  

Toyota  95,2 - Thaïlande  157,3 - Israel  92- Ford  153- 

General Electric  90,8- Norvège  153,4-  Philippines  83,1

Mitsui & Co  142,8  -IBM  78,5 -Pologne  135,7  NTT  77-

 Afrique du Sud  129,1 - Axa – UAP  76,9 - Mitsubishi 129 - Egypte  75,2 Royal Dutch Shell  128,1 - Chili  74,3  Itoshu  126,7 - Irlande  72-

 Arabie Saoudite 125,3  -Daimler-Benz  71,5 -Exxon (Esso)  122,4  -

British Petroleum - 71,2 Wall Mart  119,3 - Venezuela  67,3-

Ford  100,1  -Groupe Volkswagen  65,3 -Grèce  119,1  -

Nouvelle Zélande  65- Finlande  116,2  - Unilever  43,7 - Marubeni  11,2  Pakistan  41,9 - Sumimoto  109,3 - Nestle  38,4 -  Malaisie  97,5   

-Sony  34,4-  Portugal  97,4 -  Egypte  33,5 - Singapour 96,3-

 Nigeria 29,6

 

 Pour l' ensemble des 5 plus grandes firmes

 526,1 milliards de dollars comparés à ces 3 régions du monde il y a de cela quelques temps déjà..  ..

 

Proche-Orient et Afrique du Nord  454,5

 Asie du Sud  297,4

Afrique Sud-Saharienne 269,9

 

Chiffres 1999, sauf les chiffres en italique qui datent de 1992   ( mais l’évolution va dans le sens d’une disparité plus grande encore en défaveur des états par rapport aux grands groupes financiers ..  )

Sources: Banque Mondiale (World Development Repport 1998-1999), Forbes, The Nation, Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social (States of Disarray, Genève, 1995),Courrier International, Le Monde Diplomatique

  

 .. alors ? .. me demande où est le vrai pouvoir moi..! ?  ( fin de la 1ère partie ..)

 

 

17:39 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blague, humour, actualite |  Facebook |

21/02/2007

merci madame Betancourt

Madame Betancourt .. merci.. en espérant de tout cœur une issue des plus heureuse à votre sort si peu enviable..

 

 

..Merci car en m’intéressant à votre sort et aux divers écrits (Colombie, ses acteurs...)  vous concernant cela m’a permis d’échafauder une théorie très personnelle quand au monde dans lequel j’évolue. lisez plutôt la suite ..

 

Les acteurs cachés du conflit colombien en exemple pour les dérives (déjà présentes .. Irak. ) et futures .. Iran, ..,Vénézuéla...

Au terme du Tour de France 2004, les troisièmes places individuelle – Ivan Basso – et par équipes ont été remportées par les cyclistes de l’équipe CSC. Bien peu de supporteurs savent que ces initiales signifient Computer Science Corp., et encore moins qu’il s’agit d’une transnationale liée aux forces de sécurité américaines. Ce lien a été renforcé en mars 2003 quand CSC a acquis DynCorp, l’une des Sociétés Militaires Privées (SMP) préférées de Washington.

 

Depuis la fin 1993, DynCorp est présente en Colombie. Bien que censée exercer ses activités dans le cadre de la lutte contre le narcotrafic, l’entreprise participe, en compagnie de plus de trente SMP, à la guerre menée contre les guérillas – Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et Armée de libération nationale (ELN) –, mais aussi à la répression du mouvement social. Sous contrat direct avec le département d’Etat américain, le Pentagone ou l’US Agency for International Development (Usaid) (1), ces SMP défendent, de fait, les intérêts de la « superpuissance ». Grâce à elles, Washington a fabriqué le principal conflit privatisé du monde (hors Irak).

 

C’est le 23 septembre 1999 que le président Andrés Pastrana est rentré de Washington après avoir obtenu de M. William Clinton une aide de 1,7 milliard de dollars pour financer le plan Colombie : tant pour ménager l’opinion publique que pour éviter l’impact psychologiquement négatif d’une intervention trop visible, le nombre de militaires américains autorisés à travailler dans des opérations « anti-narco » en Colombie est limité à 400. Toutefois, s’il s’agit d’éviter une intervention ouverte – du type la Grenade (1983) ou Panamá (1989) –, il importe pour Washington de soutenir Bogotá à travers des systèmes performants d’information, de formation et d’entraînement. En approuvant le plan, en juillet 2000, le Congrès américain autorise, outre celle des militaires, la présence de 400 sous-traitants civils, restriction qui sera facilement contournée. La loi se référant à des « Américains », le département d’Etat et les entreprises comme DynCorp embaucheront du personnel guatémaltèque, hondurien ou péruvien, dépassant ainsi allégrement les limites fixées.

 

Dans les faits, le plan Colombie ne fait que légaliser les activités que réalisaient déjà plusieurs de ces entreprises. Car, hormis leur importance nouvelle et leur qualification, les SMP ne sont pas une nouveauté dans ce pays.

 

En 1987, sous l’œil bienveillant du gouvernement, grands propriétaires terriens et narcotrafiquants liés au cartel de Medellín faisaient appel à l’entreprise israélienne de sécurité Hod He’hanitin (Spearhead Ltd) pour entraîner des paramilitaires. Des installations et terrains de la Texas Petroleum Co. ont alors été utilisés pour cette formation dispensée par d’ex-officiers de l’armée israélienne et du Mossad (2) – tel le lieutenant-colonel Yair Klein  (3) –, ainsi que par d’anciens commandos du SAS britannique. Ces mercenaires ont enseigné les techniques « antisubversives » utilisées ensuite pour « nettoyer » les zones bananières et pétrolières des personnes suspectées d’appuyer les guérillas. Ce savoir-faire fut également mis au service des assassinats, entre 1987 et 1992, de Jaime Pardo Leal et de Bernardo Jaramillo (Union patriotique), de Carlos Pizarro (M-19) et de Luis Carlos Galán (libéral), candidats à l’élection présidentielle en rupture avec l’establishment.

 

D’après un document du rapporteur spécial de l’Organisation des nations unies présenté en février 1990 à la commission des droits de l’homme de l’ONU, plus de 140 groupes paramilitaires opéraient alors dans le pays, en lien étroit avec l’armée et la police. S’attaquant non seulement aux sympathisants de la guérilla, mais aussi aux ouvriers, aux syndicalistes et aux paysans, ces milices ont fait des milliers de victimes  (4). Habilement utilisé et mis en avant, employé de manière euphémique, le terme « paramilitaire » aura essentiellement pour fonction d’occulter le corps (l’armée) et les forces politiques qui promeuvent cette politique d’extermination (5). Surtout, en menant la « guerre sale » en lieu et place de l’armée et des agents de l’Etat, les paramilitaires ont permis à ces derniers de « redorer » leur image et de pouvoir prétendre à l’aide américaine, que leur interdisaient leurs violations massives des droits humains.

 

Cette politique de terreur ne suffisant pas pour éradiquer les insurgés, Washington entre dans le conflit par la porte de derrière. Les compagnies pétrolières présentes en Colombie, les industries d’armement et les SMP dépensent 6 millions de dollars en lobbying pour obtenir du Congrès américain le feu vert au plan Colombie. Une fois celui-ci approuvé, les contrats rembourseront largement l’investissement. De la somme de 1,30 milliard de dollars octroyée au plan par les Etats-Unis, 1,13 milliard est dépensé sans qu’un seul fonctionnaire colombien n’en voie un centime. Même les sommes obtenues de la Banque mondiale pour le plan seront canalisées par Washington en direction des SMP…

 

 Donc si je comprend bien.. La dénonciation de Mme Betancourt sur la corruption galopante en Colombie et ses imbrications –état – privé – risquait  en fin de parcourt de dénoncer aussi les liens étroits entre le Gouvernement U.S et ses accointances avec les milieux privés mêlés eux même indirectement aux Mafia.qui  elles mêmes ont l’opportunités de réintégrer  le marché par l’intermédiaire des paradis fiscaux ou tout simplement par le circuit des banques ( scandale de la Riggs bank .. blanchisseuse des dictateurs..monde diplomatique de Aout 2005)  Quid de la Mondialisation ??De la globalisation ? De la main invisible du marché ?( en fait la guerre  ‘ contrôlée et partout  pour alimenter les coupons d’actionnaires ?  )  .et des projets belliqueux comme débauchés ? style de ceux  de l’administration Bush (  ou d’Israël sans doute avant .. ) –

20:28 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran, guerre, betancourt, colombie |  Facebook |

19/02/2007

..Tout les coups sont permis..

Voilà, si vous êtes riches, nantis quoi.. pas de problème pour vous avec ce candidat... comme dans le jeu ‘ Tout les coups sont permis . ce dernier y excelle .. ‘

  ...

Nicolas Sarkozy ou la collusion avec les grands patrons (de presse), par NonASarko.

 NonASarko, 19 décembre 2006

 

Il est intéressant de regarder de près les liens qu’entretient Nicolas Sarkozy avec les grands patrons français. Ces patrons qui possèdent les principaux media, et qui ne devraient pas remettre en cause l’indépendance des journalistes...

 Nicolas Sarkozy est très doué pour progresser à grande vitesse dans les hautes sphères du pouvoir. Il a su se faire élire à Neuilly, et en profiter pour nouer des relations personnelles et professionnelles avec certains administrés qui étaient parmi les principaux chefs d’entreprises ou fils d’entrepreneurs français. Ainsi, Le Monde Diplomatique nous permet de dresser un petit portrait de ses relations :

- M. Martin Bouygues, héritier et patron du groupe Bouygues (fortune estimée à 1,7 milliards d’euros) et par conséquent de sa filiale le groupe TF1 (TF1, LCI, TPS...).

Il est parrain du fils de Nicolas Sarkozy, et était témoin à son mariage. Ils peuvent donc être considérés comme proches...

LCI, filiale de TF1, a retransmis en direct les vœux de Nicolas Sarkozy à la presse.

- M. Bernard Arnault possède le groupe LVMH (fortune estimée à 14,3 milliards d’euros), incluant des titres comme La Tribune, Investir ou Radio Classique.

Nicolas Sarkozy était invité au mariage de la fille de M. Arnault, tandis que M. Arnault était témoin du mariage de M. Sarkozy. (...)

 

 .. sans oublier  ce titre révélateur ..

 

Mainmise sur la presse tricolore

 

LIAISON DANGEREUSE Depuis 2002, Nicolas Sarkozy a placé des hommes à lui dans presque toutes les rédactions parisiennes, dans la presse écrite comme dans la presse audiovisuelle

 

PARIS - IAN HAMEL

27 janvier 2007

 

Les Français ne connaissent pas la société audiovisuelle ETC (Etudes, techniques et communication). Pourtant, ils ne cessent de voir ses productions à la télévision. C'est cette entreprise, appartenant à l'UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, qui filme le candidat Nicolas Sarkozy et qui ensuite vend (ou plus souvent donne) ses reportages aux chaînes de télévision françaises. «Le plus grave, ce n'est pas que Sarkozy organise ses propres reportages, mais que les télévisions acceptent ce procédé car il leur fait économiser de l'argent», proteste un journaliste parisien sous couvert d'anonymat.

 

Pourquoi se gêner? La société ETC jouit d'une excellente réputation professionnelle, elle offre des images parfaitement maîtrisées, avec des caméras face à la tribune, sur les côtés, et survolant la foule. Nicolas Sarkozy a même organisé le retour de Cécilia, son épouse, au domicile conjugal. Son photographe a pris soin de prendre les clichés à distance afin de faire croire qu'il s'agissait de photos volées par un paparazzi... Rien d'étonnant à cela. Comme le rappelle Frédéric Charpier dans son livre «Nicolas Sarkozy. Enquête sur un homme de pouvoir» (1), l'actuel ministre de l'Intérieur avait imaginé un temps devenir journaliste.

 

Les journalistes au pain sec

Maire de Neuilly, dans la région parisienne, et président des Hauts-de-Seine, le département le plus riche de France, Nicolas Sarkozy courtise de longue date les patrons de presse, qui sont souvent ses administrés, comme autrefois Robert Hersant, propriétaire du Figaro et de 30% de la presse française, et aujourd'hui Martin Bouygues, le patron de TF1, dont le journal télévisé est regardé par 8 millions de personnes. «Il est non seulement l'ami des patrons de presse, mais il est aussi l'ami des rédacteurs en chef et des chefs des services politiques qu'il appelle tout le temps au téléphone. Sarkozy s'est aussi constitué une cour de sans-grade qui espionnent pour lui à l'intérieur des rédactions, recevant en compensation des informations exclusives ou des promesses de promotion», raconte un enquêteur connu de la presse parisienne.

 

Le climat est devenu tellement étouffant que ce journaliste demande non seulement que son nom n'apparaisse pas, mais que son journal ne soit pas mentionné non plus. «Je suis contraint de me méfier de mes propres collègues», déplore-t-il. Ministre de l'Intérieur, à la tête de deux services secrets, la DST et les Renseignements généraux (RG), Nicolas Sarkozy est un homme tout-puissant. Alors que ses «amis» journalistes sont abreuvés de scoops sur la délinquance ou sur le terrorisme, les autres rédacteurs se retrouvent au pain sec: les policiers ne leur parlent plus. Pire, ils découvrent que les Renseignements généraux ne font pas seulement des enquêtes sur les collaborateurs de Ségolène Royal, la candidate socialiste, comme Bruno Rebelle, ancien directeur de Greenpeace. Mais qu'à l'occasion, ils s'intéressent aussi à la vie privée des rédacteurs un peu trop à gauche. «Un proche de Sarkozy vous appelle au téléphone et lâche le nom de votre maîtresse, menaçant de le faire savoir à votre épouse si vous ne devenez pas davantage conciliant avec le candidat de l'UMP», s'étrangle un journaliste du Figaro. Un proche de Sarkozy que Karl Laské, journaliste à Libération appelle carrément «le lanceur de boules puantes».

 

Le livre à charge intitulé «Nicolas Sarkozy ou le destin de Brutus» (2), écrit par plusieurs journalistes parisiens sous le pseudonyme de Victor Noir, s'est vendu à plus de 25 000 exemplaires. Il est réédité en livre de poche.

 

Sarkozy propulse les ventes

«On montre du doigt le magazine Le Point pour ses 10 couvertures consacrées à Nicolas Sarkozy ces derniers mois. Le problème, c'est que ces 10 couvertures ont bien vendu. Les journalistes qui ne sont pas sarkozystes ne peuvent pas reprocher ce choix journalistique à leur direction», souligne François Malye, président de la Société des rédacteurs du Point.

 

(1) Frédéric Charpier, «Nicolas Sarkozy. Enquête sur un homme de pouvoir», Editions Presses de la Cité, 304 pages

 

(2) Victor Noir, «Nicolas Sarkozy ou le destin de Brutus», Editions Denoël, 306 pages                      © Le Matin Online

21:51 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy |  Facebook |

...messages d' Afrique ( 1 )

 

Cet article ( comme bien d'autres sur le site sous cité m'a interpellé .; libre à vous d'aller les découvrir .. )

Alain

 

 Musée du Quai Branly : « Ainsi nos œuvres d’art ont droit de cité là où nous sommes, dans l’ensemble, interdits de séjour »

par Aminata Traoré

 

publié le 26/06/2006

 

   lien : http://www.africultures.com  pour lire l’entièreté de l’article

 

‘ Le Musée du Quai Branly est bâti, de mon point de vue, sur un profond et douloureux paradoxe à partir du moment où la quasi totalité des Africains, des Amérindiens, des Aborigènes d’Australie, dont le talent et la créativité sont célébrés, n’en franchiront jamais le seuil compte tenu de la loi sur l’immigration choisie. Il est vrai que des dispositions sont prises pour que nous puissions consulter les archives via l’Internet. Nos œuvres ont droit de cité là où nous sommes, dans l’ensemble, interdits de séjour.

A l’intention de ceux qui voudraient voir le message politique derrière l’esthétique, le dialogue des cultures derrière la beauté des œuvres, je crains que l’on soit loin du compte. Un masque africain sur la place de la République n’est d’aucune utilité face à la honte et à l’humiliation subies par les Africains et les autres peuples pillés dans le cadre d’une certaine coopération au développement.

Bienvenue donc au Musée de l’interpellation qui contribuera - je l’espère - à édifier les opinions publiques française, africaine et mondiale sur l’une des manières dont l’Europe continue de se servir et d’asservir d’autres peuples du monde tout en prétendant le contraire.

Pour terminer je voudrais m’adresser, encore une fois, à ces œuvres de l’esprit qui sauront intercéder auprès des opinions publiques pour nous.

« Vous nous manquez terriblement. Notre pays, le Mali et l’Afrique tout entière continuent de subir bien des bouleversements. Aux Dieux des Chrétiens et des Musulmans qui vous ont contesté votre place dans nos cœurs et vos fonctions dans nos sociétés s’est ajouté le Dieu argent. Vous devez en savoir quelque chose au regard des transactions dont certaines nouvelles acquisitions de ce musée ont été l’objet. Il est le moteur du marché dit ‘’libre’’ et ‘’concurrentiel’’ qui est supposé être le paradis sur Terre alors qu’il n’est que gouffre pour l’Afrique.

Appauvris, désemparés et manipulés par des dirigeants convertis au dogme du marché, vos peuples s’en prennent les uns aux autres, s’entretuent ou fuient. Parfois, ils viennent buter contre le long mur de l’indifférence, dont Schengen. N’entendez-vous pas, de plus en plus, les lamentations de ceux et celles qui empruntent la voie terrestre, se perdre dans le Sahara ou se noyer dans les eaux de la Méditerranée ? N’entendez-vous point les cris de ces centaines de naufragés dont des femmes enceintes et des enfants en bas âge ?

Si oui, ne restez pas muettes, ne vous sentez pas impuissantes. Soyez la voix de vos peuples et témoignez pour eux. Rappelez à ceux qui vous veulent tant ici dans leurs musées et aux citoyens français et européens qui les visitent que l’annulation totale et immédiate de la dette extérieure de l’Afrique est primordiale. Dites-leur surtout que libéré de ce fardeau, du dogme du tout marché qui justifie la tutelle du FMI et de la Banque mondiale, le continent noir redressera la tête et l’échine (1). »

Aminata Traoré est essayiste et ancienne Ministre, de la culture et du Tourisme du Mali

 

1. Aminata TRAORE : Lettre au Président des Français à propos de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique en général, Fayard, 2005.

19:23 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique |  Facebook |

11/02/2007

Vote au Portugal

Au Portugal ce wee end  les portugais devront se prononcer .. pour ou contre l’avortement.. je dirai d’emblée que pour ma part ça ne regarde que la personne concernée , la femme en l’occurrence .. tout au plus le couple , et la famille .. pourquoi tout un pays face à un drame à naitre  peut être ? .. maintenant que des professionnels de la santé soient concertés pour faire un choix est une autre histoire qui ne nous concerne toujours pas . ; c’est vrai que il existe aussi comme partout des empêcheurs de tourner en rond .. hypocrites.. face à la réalité .. Ainsi selon l'Association pour le planning familial, 18.000 avortements ont été pratiqués illégalement en 2005….

Enfin..

 

Les électeurs auront à répondre à la question : "êtes-vous d'accord avec la dépénalisation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) si elle est réalisée, à la demande de la femme, dans les dix premières semaines de grossesse, dans un établissement de santé légalement autorisé ?".

 Le plus ennuyeux dans cette histoire c’est ce genre d’ anecdotes..

 

  Vendredi    encore, un tract distribué dans les rues de la capitale alertait sur "la situation d'extrême gravité" que vivrait le Portugal sur le point de rejoindre "l'apostasie silencieuse" du reste de l'Europe et sa "culture de la mort".

 

"Souvenez-vous que Dieu est le Juge et le Vengeur du sang innocent", avertit le tract sous une image de la vierge Marie en pleurs, ajoutant que "le Portugal sera maudit" s'il suit l'exemple des nations qui ont adopté "l'avortement à la demande".

…pffff là   ya toôôôt là… .. mon pote âgé  ou  pas..  radis sur taire   n’épouse .. que dalle . ;

Au cours de la campagne, l'Eglise a pour sa part rappelé aux Portugais - qui se disent catholiques à plus de 90% - qu'ils se doivent de "défendre la vie de la conception à la mort" et de rejeter le "crime abominable" de l'avortement.

 

…quand l’auréole du chrétien devient collier de chien.. me demande où est là ,.. bonne heure … ?..

15:20 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |