17/09/2007

Kouchner de la guerre ?

…M. Kouchner a estimé "qu’il n’y a pas de plus grande crise" à l’heure actuelle (euh ? Il commet un’ péché par omission’  en oubliant la récession très proche de l’économie mondiale …) que celle du programme nucléaire iranien, suspecté de servir de paravent à des activités militaires malgré les démentis de Téhéran……Il a indiqué "qu’aucun signe ne nous permet de penser en dehors des préparations militaires"( sic .., càdire la présence massive d’arsenaux dans le Golfe , l’irruption de chasseur israélien ds le ciel syrien... ) qu’un bombardement américain de l’Iran soit proche. "Je ne crois pas que nous en soyons là" mais il "normal qu’on fasse des plans", a-t-il dit……"Nous avons décidé, pendant que la négociation se poursuit --et elle doit s’amplifier-- de nous préparer à des sanctions éventuelles en dehors des sanctions de l’ONU, qui seraient des sanctions européennes", a-t-il déclaré……Sans attendre ces sanctions supplémentaires, Paris, a-t-il ajouté, a décidé de demander aux grandes entreprises françaises de ne plus investir en Iran, en particulier dans l’important secteur des hydrocarbures, a-t-il dit. Cette démarche a concerné la compagnie pétrolière Total ( qui est servie depuis peu avec le rapprochement effectué avec Chevron pour exploiter le pétrole irakien … ) ainsi que Gaz de France "et d’autres", a-t-il dit…  Fuite en avant guerrière  face à une grave récession qui frappe à nos portes ? Non ? A votre avis ?  À peluch’

08:48 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kouchner, crise, economie, guerre |  Facebook |

07/09/2007

Tout va très bien Madame La Marquise .. tout va très bien ..., tout va ... très bien...

Tout va …de travers !

Et  ce tandis que …Daniel Bouton  (PDG de la Société générale ) annonce : "La crise est sous contrôle"...Alors que l'’état inquiétant de la bulle immobilière retient de plus en plus l’attention de l’opinion publique espagnole selon le correspondant madrilène du quotidien Le Figaro...et que Jeudi, la BCE a encore pompé 42 milliards d’euros sur le marché monétaire pour « apaiser les tensions » comme le dit Reuters.( Depuis le 9 août, La BCE a prêté en urgence près de 300 milliards d’euros.)  N’ayant d’autre choix face à la spirale dans laquelle sont prises les grandes banques britanniques, et notamment la Barclay’s, même la Banque d’Angleterre s’est résolu à injecter de l’argent dé la semaine prochaine. D’après l’AFP, elle pourrait financer 26 milliards d’euros de prêts au réseau bancaire. De son côté, la Fed à injecté 31,25 milliards de dollars, sa plus grosse injection depuis le 10 août.

Si ces injections s’arrêtent, les marchés s’écrouleront, et si ces injections continuent, sans pour autant pouvoir empêcher au final la chute des marchés, l’inflation actuelle deviendra hyperinflation. Dans la zone euro, la masse monétaire « M3 » s’est accru en juillet à un rythme annuel supérieur aux mois précédent, à +11,7 %...

...' Parallèlement, nous voyons l'intensification d'un processus opposé à l'intégration économique: les grandes économies mondiales deviennent de plus en plus fermées aux investissements étrangers.  

Il est prévu que la Commission européenne rendra public le document qui introduit des restrictions pour les investissements des pays tiers dans le secteur énergétique européen (tout récemment encore l'Union européenne promettait sa libéralisation) de Ria Novosti...' Il faut ajouter que bon nombre d'économies détiennent d'énormes recettes du commerce extérieur dans les réserves de change et préfèrent désormais les investir dans des entreprises des pays industrialisés...La libéralisation du marché mondial des placements se solde pour l'instant par un échec.

Chacun revendique la liberté d'investir et refuse (aujourd’hui parce que ‘ crise’ et que les gagnants d’hier seront les perdants de demain…) cette même liberté aux étrangers... comme la Chine (à qui on cherche des noises... Mattel et ses retours…), la Russie et les Pays du Golfe …

Ben Laden quand à lui ‘ ressort en live  ‘ made in USA sans doute comme d’hab’ quand les enjeux planétaires ne tournent plus en faveur de ses derniers … grave …( L'Iran est juste à côté de l'Irak...Chavez quand à lui devient trop agréablement populaire...)  d’autant que  la manipulation des groupes ‘terroristes ‘ bat son plein en Europe et ailleurs dans le monde .. en Algérie dernièrement .. ( J’ai encore en mémoire l’intervention du ministre de l’Intérieur algérien  Noureddine Yazid Zerhouni, qui a révélé l’existence d’un système de mise à feu à distance dans au moins un des trois véhicules utilisés pour commettre les attentats d’avril ( 1 ))

A part cela... tout va très  bien madame La marquise … mais cependant il faut que je vous dise … juste  que le Cac 40 ,  le Dow Jones et le Nasdac replongeaient de plus belle tout à l’heure , … mais à part cela madame La Marquise tout va très bien .. tout va très bien…

Non ? À peluch’ !


(1)
Selon le ministre, qui citait  les premiers résultats de l’enquête de police scientifique, il serait ainsi “fort probable que les terroristes conducteurs des trois voitures aient sauté avec leurs charges d’explosifs à leur insu”. La thèse de l’attaque kamikaze serait ainsi écartée. Et les trois enfants du pays impliqués dans l’attentat auraient été manipulés par d’autres organisateurs, probablement étrangers, qui n’auraient pas hésité à lâchement les sacrifier...’ La découverte de détonateurs à distance a cela de rassurant pour le Pouvoir et la population qu’elle est en contradiction avec la thèse d’un terrorisme

22:50 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise, bourse, ben laden |  Facebook |

06/09/2007

Quand les rapports de guerre à deux sous n’ont guère que des rapports de sous …

Beaucoup de soldats sur les ‘  théâtres d’opérations ‘ ( qui gagnent en une année ce que les gardes privés peuvent gagner en un seul mois  )  disent que leurs homologues devraient être responsables devant une autorité supérieure, comme ils le sont eux-mêmes ainsi ,  plus de 60 soldats américains en Irak ont été traduits devant la cour martiale pour le meurtre de citoyens irakiens.

… Il faut savoir que des firmes de sécurité gagnent plus de 4 milliards de dollars grâce à des contrats gouvernementaux, mais selon le Government Accountability Office (organe de contrôle des dépenses publiques) le gouvernementignore combien de miliciens privés sont engagés par l’Etat et où ils se trouvent. Et les compagnies privées ne sont pas obligées de rapporter les incidents violents impliquant leurs employés (…même si l’insécurité ainsi créée permet des renouvellements de contrat...)

Les gardes de sécurité constituent maintenant presque le 50% du personnel des firmes sous-traitantes engagées en Irak – un nombre qui a augmenté de manière exponentielle depuis l'invasion de 2003, lorsque le Secrétaire à la Défense d'alors, Donald Rumsfeld ( copain et rémunéré par les ‘ reconstructeurs..) , a déclaré que la reconstruction de l'Irak était la priorité. Mais le mouvement insurrectionnel imprévu et des centaines d'attaques terroristes (dont l’origine n’est pas toujours identifiée..) ont poussé le pays dans le chaos, et maintenant, c'est la sécurité (donc les contrats sécuritaires, avec des gains proportionnels aux risques...)  qui est devenue prioritaire.

Le nombre de gardes privés en temps de guerre est sans précédent. Il en va de même pour leurs tâches, dont la plupart étaient traditionnellement effectuées par des soldats. Ils protègent des opérations militaires et des personnalités importantes, y compris le Général David Petraeus, le commandant états-unien à Bagdad. Ils protègent également des dignitaires étrangers en visite et des milliers de sites en construction.

Ils sont parfois mieux armés que les détachements militaires.

Leur présence a également eu un impact sur l'orientation de la guerre. La bataille de Falloudja [décembre 2004] – un assaut militaire manqué dans lequel on estime à 27 le nombre de Marines tués, ainsi qu'un nombre inconnu de civils – a été déclenchée en représailles après qu'une foule d'insurgés aient lynché, mutilé et brûlé quatre gardes de Blackwater [parmi les plus importantes firmes privées états-unienne devant assurer la «sécurité»] dans cette ville.

"…Ces gars sont des agents libres. Ils ne sont soumis à aucune loi. Ils sont des combattants sans uniforme. Personne n’opère un suivi de leurs activités…"

A fin 2004, le Reconstruction Operations Center (ROC , Centre d'Opérations de Reconstruction) a été ouvert à Bagdad. Son objectif était d'enregistrer les déplacements des sous-traitants armés et des troupes militaires dans tout le pays et d'enregistrer les incidents violents. Néanmoins, la participation est… volontaire.

Selon des chefs militaires, le gouvernement devrait exiger ( la  moindre des choses non ? )  que les sous-traitants armés signalent leurs déplacements et leur utilisation d'armes. L'année dernière, des cadres supérieurs de la 3ème Division d'Infanterie à Bagdad ont dit à des auditeurs du GAO [General Accounting Office] en visite, que le manque de coordination continuait à mettre en danger  les vies des soldats et des sous-traitants armés. Ils ont ajouté que des détachements de sécurité privés continuaient à pénétrer dans des zones de combat sans avertissement. Dans certains cas, des officiers militaires se sont plaints de n'avoir aucun moyen de communiquer avec les détachements de sécurité privés.

Beaucoup de grandes compagnies de sécurité prétendent que leurs gardes se coordonnent avec le ROC, et déposent des rapports des épisodes de fusillades. Mais les auditeurs du gouvernement en Irak ont rapporté l'année dernière que certains des sous-traitants armés disaient qu'ils avaient cessé de signaler de telles fusillades, parce qu'elles avaient lieu tellement souvent qu'il était impossible de faire des rapports pour chaque épisode.

Dangereuse époque ?( 1 )  N’est –il pas ?

A peluch’ !

( 1 ) Il est intéressant de noter que en 1997, avec Donald Rumsfeld , Dick Cheney  et d’autres  fondent  le think tank PNAC (Project for the New American Century) - « Projet pour un nouveau siècle américain » - dont le but est de promouvoir le leadership global des États-Unis au XXIe siècle.

 En 1998, Cheney  est un des signataires d'une lettre adressée à Bill Clinton pour demander le renversement de Saddam Hussein en Irak.

 En 2000, Cheney se choisit lui même pour être candidat républicain à la vice-présidence au côté de George W. Bush sous l'instigation de ce dernier, démissionne de ses fonctions à Halliburton. La même année, Cheney rejoint comme membre , le Conseil consultatif du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA) (Source Web).

En janvier 2001, il devient vice-président des États-Unis.

 …Cet article s'intitule "Cheney parie sur les mauvaises nouvelles" et nous explique où Cheney s'est dépêché de planquer plus de 25 millions de dollars [env. 18 millions d'Euros]. Alors que ces chiffres ne sont peut-être que des estimations, les investissements, eux, sont bien réels. Selon Tom Blackburn du Palm Beach Post, Cheney a investi lourdement dans "un fonds spécialisé en obligations municipales à court-terme, dans un fonds de liquidités exempté de taxes et dans un fonds de titres protégé de l'inflation. Les deux premiers résistent à l'inflation grâce à des taux d'intérêts qui s'ajustent. Le troisième est protégé contre l'inflation".

 Cheney a déversé 10 à 25 autres millions de dollars (estimation) dans un fonds obligataire européen, ce qui montre qu'il compte sur la baisse continue du dollar. Donc, pendant que la classe des travailleurs américains perd du terrain vis-à-vis de l'inflation et de l'augmentation des prix de l'énergie, la fortune de "Darth" Cheney continuera de croître dans la "Vieille Europe". Ainsi que Blackburn le fait sagement remarquer, "Les mauvaises nouvelles ne sont pas toutes mauvaises pour tous".

 ..’Ceci devrait mettre un terme une bonne fois pour toutes à la notion ridicule selon laquelle le "Plan Economique de Bush" n'a rien à voir avec une escroquerie dont le but est de piller les caisses publiques. Toute cette affaire est destinée à transférer la richesse de la nation d'une classe vers l'autre. Il est tout aussi clair que Bush et Cheney( et d’autres…)  n'auraient pas pu mener cela à bien sans l'approbation tacite des voleurs de la Réserve Fédérale qui ont mis au point le projet futile des faibles taux d'intérêt pour endormir les Américains pendant qu'ils leurs faisaient les poches…’

 

09:23 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cheney, rumfield, usa, guerre, irak, economie |  Facebook |

Quand vraisemblablement .. vraisemblable ...ment ? !

Est –ce que cela va mieux dans le monde aujourd’hui ? Beaucoup de politiciens de par le monde veulent y croire et nous le faire croire , mais nous ?

 

Difficile d y croire  vraiment .. les anglais qui se retirent d’ Irak  .. idem pr les ricains .. l’économie va bien.. Plus de 5 % de croissance pour Jacques Attali ? !!! …mais le lendemain ,   l'OCDE a nettement abaissé ses prévisions de croissance 2007 pour la France, à 1,8% contre 2,2% auparavant, et pour l'Allemagne, à 2,6% contre 2,9%, a indiqué son économiste en chef Jean-Philippe Cotis mercredi lors d'une conférence de presse…, tandis que la guerre commerciale  USA – Chine( un pays qui sera un jour limité en production à cause de la .. pollution ..)  bat son plein …( Le géant américain du jouet Mattel a annoncé mardi un nouveau rappel de jouets - le troisième de l'été -…, même si qques fois il s’agit de défaut de conception des bureaux d’études de Mattel lui –même …)

 Le Dow Jones qui remonte .. puis qui redescend .. puis qui remonte puis qui …  (   …Mais …attendons mi – octobre et ses chiffres réels …)

 

Alors que , plus que jamais la santé du Japon dépend aujourd'hui de celle des pays vers lesquels il exporte, notamment les États-Unis. « Depuis 2002 les exportations représentent 35 % de la croissance du PIB » a calculé l'économiste Richard Katz. C'est pourquoi la hausse du yen( attention au yen carry trade !!)  inquiète énormément Tokyo, où, comme partout ailleurs, les marchés ont été passablement secoués par la crise financière partie des États-Unis.

 

Les métropoles comme Tokyo ou Nagoya se développent, mais, dans leur ombre, les campagnes meurent à petit feu. La croissance est bien là, mais les ventes de biens, en particulier d'automobiles, se contractent. Le taux de chômage des femmes a atteint le niveau incroyablement bas de 3,3 %, et celui des hommes de 3,5, % mais ce plein-emploi masque un bond de la précarité observé partout. Le retour de la croissance n'a pas créé d'emplois permanents, et s'est fait sur le dos des salariés, qui ont accepté des diminutions de salaires plutôt que d'authentiques restructurations.( ainsi que des contrats précaires..tout comme aux USA …tien ? ! )

.. Et Cheney qui veut sa guerre avec l’Iran… et blablabla et blablabla…

Drôle d’époque …,  n’est –il pas ?

A peluch’ !

 

08:19 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : economie, usa, japon, iran |  Facebook |

02/09/2007

Quand le non élu Abbas ses cartes...

Extrait de  "Le Judenrat palestinien " par Khaled Amayreh

Paru sur" Mondialisation.ca, Le 31 août 2007   The People's Voice"


…"Le mardi 28 août, le régime d'Autorité Palestinienne soutenu par les USA à Ramallah a décidé de fermer pas moins de 103 associations caritatives en Cisjordanie.

   L'essentiel des activités de ces modestes organisations est d'aider les plus pauvres des Palestiniens en leur donnant de l'argent et de la nourriture pour leur permettre de survivre aux mesures israéliennes répressives telles que couvre-feux prolongés, blocus et chômage imposé.

 

Ces associations tendent aussi une main secourable aux familles pauvres dont les hommes ont été tués ou sont emprisonnés par les occupants israéliens à cause de leurs activités de résistance ou leur opposition politique à l'occupation.

    En dépit des démentis bruyants de Ramallah, tout le monde pense que la mesure draconienne est un message d'obéissance aux instructions de Washington et à ses demandes incessantes de démanteler ces associations et les institutions similaires, pour affaiblir le Hamas et saper sa popularité... "

 …"C'est vraiment lamentable de voir le régime d'Autorité Palestinienne s'efforcer de surpasser l'armée israélienne d'occupation dans la répression du peuple palestinien"…

   En fait, l'armée israélienne elle-même, qui contrôle chaque ville, village, hameau et camp de réfugiés de Cisjordanie, s'est abstenue de prendre une mesure aussi ravageuse. C'est pourquoi on se demande si la fermeture de toutes ses associations n'a pas pour but premier de démontrer aux occupants israéliens que le gouvernement de Ramallah peut "faire le boulot" plutôt superbement, au nom d'Israël.

Est-ce que le gouvernement non élu de Fayad veut que ces gens deviennent une proie facile pour le Shin Beit, qui les nourrira ou leur donnera quelques shekels en échange de leur recrutement comme informateurs, agents, cinquième colonne ou traîtres agissant contre les intérêts de leur propre peuple ? Le Premier Ministre israélien Ehud Olmert n'aurait pas publiquement adressé ses remerciements, presque sans réserve, au président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas pour les fermetures lorsque les deux se sont rencontrés à Jérusalem Ouest, le 28 août.

 
"…Les champions du mensonge, à Ramallah, ont été incapables de justifier la mesure. Ils ont clamé que ces associations n'avaient pas les licences requises et que leurs directions ne transmettaient pas de rapports réguliers sur les détails de leurs finances.

    D'accord, mais est-ce que Suha Arafat a transmis un rapport détaillé sur l'état actuel de ses finances ? Et Muhamed Rashid ? Et Nabil Amr ? Et Jamil et Jamal Tarifi ? Et Muhammad Dahlan, est-ce qu'il a transmis un rapport détaillé sur ses finances ?

   Il va sans dire qu'un gouvernement qui tourmente son propre peuple, délibérément, au nom de son ennemi, est un gouvernement traître par excellence…"


"…Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, les nazis ont créé ce qu'ils ont appelé "les conseils juifs", ou Judenrat, pour exécuter les politiques et décrets nazis concernant les communautés juives.

   Les Judenrates pensaient qu'ils aidaient les Juifs persécutés à survivre aux persécutions systématiques des nazis. Cependant, les jours passants, il est devenu clair comme de l'eau de roche que les nazis se servaient des Judenrates comme outils de mise en œuvre des buts génocidaires du 3ème Reich.

   De la même manière, le gouvernement de l'Autorité Palestinienne peut se donner l'illusion de penser qu'il sert les intérêts nationaux du peuple palestinien en contentant et en apaisant Israël et son gardien-allié, les Etats-Unis…"

J’ai plutôt apprécié cet article qui pose là des questions pertinentes …

Pas vous ?  À peluch’ !

08:44 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : palestine, cisjordanie, abbas, hamas, usa |  Facebook |

30/08/2007

L’ire en avant ..toute !?

Ces derniers jours , trois  pays  tiennent les mêmes discours de plus en plus belliqueux envers l’Iran par l’intermédiaire de leur président…,  l’Angleterre et ses scandales (BAE...) ,  les USA ( discours de Bush au Nevada..) et celui  de Sarko dernièrement ( 1) , la  France ( Serais-ce là un retour d’ascenseur sous la forme d’aide  militaire future  pour les promesses de contrats pétroliers en Irak entre Chevron et Total ? ) .., au moment où l’économie mondiale risque plus que certainement de plonger ( 2) … et ce même si la Fed  comme la BCE   promettent de la garder sous perfusion par injections massives de capitaux ( déjà + de 500 milliards depuis le 9/08… soit dix fois plus qu’après le 11 septembre…, bizarre non ? ) …en attendant… , mais en attendant quoi ? …, les élections US en 2008 , date à laquelle le parti de Bush risque de connaitre une déconfiture historique …  , une relance par l’endettement ( déjà saturé !! ) voir crise due au ‘ Subprime ‘ de l’économie US …sous la menace du bras armé de devises Us de la Chine elle-même encerclée militairement au cas où …, … ou une relance par la militarisation ?  ( voir précédents articles sur les SMP ) et ses conséquences … , .., que le président Maliki signe sous la menace de la présence militaire US  dans le pays des contrats pétroliers  qui engageraient  celui –ci pour un 40taines d’années …, en pétrodollar et non  en pétro euro comme beaucoup de pays( Russie , Venezuela , Chine , Iran ..)  commencent à le faire , mettant de nouveau gravement en péril les bases essentielles de l’économie US à partir de l’hégémonie  de celui –ci dans le monde comme du pays dont il provient …

( ‘ LA ‘raison principale de la guerre à l’Irak !!) …  Il ne manquerait plus qu’un second septembre noir (en France cette fois ? ! ) pour déclencher …,  mais déclencher quoi ?...

 Ainsi , il nous est hélas , permis de constater que , insidieusement , en cette période de crise , des positions et des discours politiques de plus en plus belliqueux  nous orientent vers des solutions…, dramatiques…,

  dans un  futur qui me parait proche  …, ..Non ?

 

A peluch’ !

 

( 1 ) Lundi Sarkozy a fait un discours pour présenter sa politique étrangère, ..’ Sarkozy a insisté a plusieurs reprises dans son discours sur la menace d'une «confrontation entre l'Islam et l'Occident »,  « …Premier défi : comment prévenir une confrontation entre l'Islam et l'Occident, voulue par les groupes extrémistes tels qu'Al Qaeda qui rêvent d'instaurer, de l'Indonésie au Nigeria, un khalifat rejetant toute ouverture, toute modernité, toute idée même de diversité »… ( … le supposé projet d'instaurer un califat est un mythe, qu'Al Qaeda, le Golem crée par la CIA au service de l'Empire américain pour combattre l'ex Union Soviétique en Afghanistan, qui a été reprogrammé pour justifier ses guerres de conquête, sous la dénomination « guerres contre le terrorisme » dans les pays riches en ressources naturelles notamment gaz et pétrole qui se trouvent être en majorité des pays musulmans..) …,

Plus loin Sarkozy dit : « …Prévenir une confrontation entre l'Islam et l'Occident, c'est aussi encourager, aider, dans chaque pays musulman les forces de modération et de modernité à faire prévaloir un Islam ouvert et tolérant, acceptant la diversité comme un enrichissement. Dans ce domaine, il n'est pas de recette miracle, unique… » …( en d’autres termes , instaurer des régimes complaisants,  à la botte de l’Occident quoi… ) , tandis que chez nous perdurerait un système qui achèverait de s’en prendre aux derniers remparts socio- politiques  de ce qui pouvait encore un peu s’appeler...  ...‘démocratie'...

29/08/2007

Reporter Sans Frontière ? Ou Reporter Sans Finance ...?

 

 J'ai bien aimé cet article de Maxime Vivasparu sur Bellacio à propos des exactions de RSF ,( j'ai qques fois utilisé tout ou partie  de ses  sources en toute connaissance de ( mauvaises !? ) causes ..lol.. °)

...'  

En 2003/2004, l’Union européenne (UE) a octroyé 1 293 303 euros à RSF.

Le 1er février 2005, Reporters Sans Frontières a adressé une lettre publique comminatoire au Président de l’Europe l’adjurant de l’aider à provoquer une « transition démocratique » à Cuba. L’expression « transition démocratique » est utilisée par l’Administration Bush pour signifier : liquidation du gouvernement cubain et gestion de l’île sous protectorat US.

RSF énonçait des prescriptions précises : « Il nous paraît indispensable que l’UE apporte son soutien aux agences de presse indépendantes, ainsi qu’aux organisations de syndicalistes, de bibliothécaires, médecins, économistes, etc. »

On voit là que RSF balaie pratiquement tout le champ politique en préconisant d’intervenir dans les systèmes médiatique, social, culturel, médical, économique, ainsi que dans le sibyllin « etc. ».

« Etc » ? Si l’on en croit Nestor Baguer, journaliste « dissident » cubain longtemps appointé par RSF et recruté à La Havane par Robert Ménard en personne (qui apprendra trop tard que c’était un agent de la sécurité cubaine), RSF s’intéresse aussi à une possible dissidence dans la police et dans l’armée.

Bref, sous couvert de la défense des journalistes dans le monde, RSF mène-t-elle des actions factieuses avec l’argent de l’Europe ? Si oui, ne s’agit-il pas d’un détournement des fonds pour un usage incompatible avec les règles qui régissent les rapports entre Etats, ici entre Cuba et l’Europe, cette dernière n’ayant jamais inscrit dans ses objectifs le renversement d’un gouvernement qui ne représente aucune menace pour elle et avec qui elle entretient des relations diplomatiques normales ?

Pour le savoir, j’ai déposé, le 3 février 2005, une plainte contre RSF auprès de l’UE en lui demandant de s’assurer du bon usage des subventions.

A commencé alors le jeu de la patate chaude. Entre février 2005 et juin 2006, ma plainte a hanté les bureaux de M. Nikiforos Diamandouros, médiateur européen, Mme Rachel Doell, sa secrétaire, M. Joa Sant’Anna chef du département administratif et financier, M. Daniel Koblentz, Mme Josiane Pailhès, membre de la Commission, Mme Marjorie Fuchs, juriste au bureau du Médiateur, M. Giuseppe Massangioli, directeur de la Direction G du Secrétariat général, M. Ian Harden, du bureau du Médiateur et jusqu’à M. José Manuel Barroso, Président de l’UE. Ce dernier fut la 9ème personne à compulser un dossier avançant au rythme des carabiniers d’Offenbach (qui chantent sur scène « Marchons, marchons », en faisant du surplace).

Pressé de questions par mes différents interlocuteurs, j’ai pu préciser que 779 304 euros avaient été versés à RSF en 2003 et 513 999 euros en 2004 « pour la défense des journalistes emprisonnés en Asie et dans les pays ACP » (Afrique, Caraïbes, Pacifique) » dans le cadre de « l’Initiative européenne pour la Démocratie et les Droits fondamentaux ».

Nous avions là les différents protagonistes, (RSF et l’UE), les années budgétaires de versements, les montants, l’intitulé de l’usage prévu des fonds.

Et ma question était simple : Votre (notre) argent a-t-il été utilisé à bon escient ou détourné pour d’autres causes ?

Finalement, la réponse de l’UE fut : si vous ne fournissez pas « la référence exacte du contrat » avant le 31 juillet 2006, la plainte sera classée.

A ce moment-là, je me suis persuadé que si je parvenais (par une intrusion nocturne dans les bureaux de l’UE ?) à lui fournir le renseignement qu’elle seule possédait, on me demanderait ensuite l’heure de signature et la marque du stylo, voire le signe zodiacal des signataires et les numéros de sécurité sociale de leurs ascendants.

Entre temps, RSF avait reçu le prix européen Sakharov, j’avais appris que l’UE a négocié avec les USA des dérogations à la loi extraterritoriale US Helms-Burton (qui limite le commerce avec Cuba) en échange de condamnations répétées de l’île des Caraïbes, que Lucie Morillon, la représentante de RSF à Washington, avait révélé que le contrat de RSF avec le Center for a Free Cuba (paravent de la CIA oeuvrant à la « transition démocratique ») oblige l’ONG, en échange de dollars, à agir contre ce pays.

L’affaire étant entendue, je jetai l’éponge. Au demeurant, l’objectif n’était pas de faire condamner RSF par l’Europe (ne rêvons pas), mais de mettre à nue les collusions RSF/USA/UE.

Mais voilà que (surprise !) le Médiateur européen m’écrit, le 18 juillet 2007. Et pour me dire quoi ? Qu’il ne comprend pas pourquoi la Commission européenne ne m’a fourni aucune réponse, qu’il suppose que l’UE détient un registre décrivant les subventions versées ainsi que les actions promues avec cet argent, que j’ai clairement exposé mes préoccupations : déstabilisation « de gouvernements légitimes en utilisant les fonds européens pour la défense des journalistes. », qu’il fait part de ces observations à la Commission européenne en lui demandant pourquoi elle a été « incapable » de répondre à ma plainte.

Bref, il n’est pas content, il s’interroge, négligeant la date butoir à laquelle devait être fourni, à ceux qui l’ont signé, le numéro du contrat incriminé.

Pourquoi ce rebondissement ?

- Parce qu’un nombre croissant de pays dans le monde n’admet plus l’acharnement anti-cubain des affidés des USA ?

- Parce que l’Espagnol José-Maria Aznar est sur la touche et que José-Luis Zapatero agit autrement ?

- Parce que, le 12 juin 2007, la Française Christine Chanet, représentante du Haut-commissariat des droits de l’homme à l’ONU, dénigrant Cuba à Genève lors de la réunion du Conseil des droits de l’homme a suscité l’indignation ouverte de 26 pays membres sur 47 ?

- Parce que de plus en plus d’Etats-uniens préconisent une autre approche du cas cubain ? (Wayne S. Smith qui fut le représentant des Etats-Unis à Cuba dans les années 80 a écrit, le 22 juillet 2007, que « Le plan d’action de Bush ne marche pas »).

- Parce que l’Europe perd peu à peu toutes ses positions économiques et commerciales à Cuba, laissant la place libre à la Chine aujourd’hui, et aux USA demain ?

- Parce que RSF commence (enfin !) a sentir le soufre ?

- Ou tout simplement parce que le traitement de ce dossier par la Commission européenne relève d’un « foutage de gueule » dans lequel le Médiateur lui-même est méprisé ?  Pour plusieurs de ces raisons ? Pour d’autres à découvrir ?

Allez savoir ! Ce qui est sûr, c’est que la question : ‘Une « ONG » peut-elle ouvertement utiliser l’argent du contribuable européen dans l’intérêt des USA ?’ , n’est pas enterrée.

A suivre donc, sans illusion, mais en se délectant du numéro de contorsionniste/transformiste d’une Europe invitée par Cuba à reconsidérer, sans précipitation, son comportement...'

Pour ceux  qui s'inquiète de la montée en puissance de ( des ) presses à vocation ' intox' , RSF ...vous savez où le ranger ? Non? 

à peluch' !  

16:40 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : presse, desinformation, rsf |  Facebook |