08/02/2007

..reboiser..

  Reboiser ..

 

       ..Difficile de trouver encore des terrains vagues

        

        ..Dur   d'en trouver...

        ..vierges... de tout soupçons policés..

        ..car ...

      

       ..Trop de prometteurs avides et  démobilisés...

        ..y ont pâli jusqu'à cent étages d'âmes..

       ..pour ne se remplir que les poches sous les yeux ...

       ..en pauvres et vains cœurs meurtris qu'ils sont eux aussi ...

       ..depuis..

       ..des milliards de maux dits..

        ..en tags , ..gueulent les nuits .,...d'aires rances ..

        ..et d'ires réelles ..cela suffit ..

       ..rendons à l'imagination le pouvoir de l'enfance ! ..

       .. il faut reboiser l'âme humaine .. ,

       ..récréer des zonings naturels ...pourvus d'endroits libre de citer..,

       ..entouré de piste syllabes .., de parcours rires ..

       ..d'arbres et  de fleurs pour nous interroger sur la nature des choses ..,

       ..d' oiseaux colorés qui pourraient y chanter le verbe haut ..

       ..les champs seraient leurs ritournelles..

       ..où les vaches n y brouteraient qu'en saine liesse ..

       ..et l'or môme jouerai tranquille au soleil..

       ..l'endroit serait bâti en vrai paradis sur taire ..

       ..défendu par  une armée flottante ..

                                                 ..de troubadours..

       ..enfin ..

         .. là bas ..

           .. n'aurait pas cours ..

             ..le prêt d'idée...

                 ... sans intérêt..

23:18 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Nature morte ..

   Nature morte ..         

 

                         

 

               ..doucement elle remonte vers sa toile allumée..

               ..par ce brin de lumière la petite araignée..

               ..les mouchettes dans la pièce sombre, 

..mal aérée..

 ..dansent et rythment le chant d'oiseaux de deuil parés..

     ..que le balancier jaune dans sa robe de bois vernis..

 ..cadence lugubrement ..tandis que la vie fuit ici ..

               ..le vieillard agonise , ..

il a le souffle rare .. 

..main serrée sur le cœur, ..

..comme pour arracher dard ..

..vers la photo blanchie crispe comme un ultime regard..

             ..semblant  dire à sa mie ..

..' j'arrive , sans retard  ' ..

               ..et tandis que la belle contemple ..impassible..

               .. une mouche posée noire  ..

               ..sur coin de lèvre en sang ..

       ..les vieux murs résonnent de réponses impossibles..

               ..aux sonneries inhumaines..

               .. d'un bien lointain parent.

              

                              Alain                               

                                                                  12 septembre 2005

  

22:46 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

..je te dis en naturel ,

..je te dis en naturel  ,

 

Tu m ' a raconté un jour  ton  moi de cris en thème ..depuis , je mêle ancolies et morilles pilent  au printemps des amours ..

      .. et  je peins les roses... j'enchaine non sans charme un bouquet d'aube épine cueillie sur le chemin

     ..ou tes sabots de Vénus te paraient comme une belle de jour jadis.

  .lierre n'est plus..

..pourtant.. 

..corbeille d'or et d'argent pour gage offert de mon  amitié ..

    ..valent bien mieux qu' oiseaux de paradis promis..

.. l' impatient cyprès de toi .. peu  fou.. gère pour un mieux et  frêne  ses pensées bien trop mûres..

   .. sa main tremble gaillarde comme un hêtre commun ,  mais l'œil est de poète .. pour  que d'orme doré toujours en paix  ton cœur de Marie.

Effleure cette rose  pensée  .. portée sur tige dressée vers toi  ..comme une promesse  ..Eve va naissante.. quand ,  fi !  poids de senteurs passés..

Le  ciel où le bleuet si beau renait par dessus l'arbre aux quarante  écus..

.. pour t ’offrir  des joies futures  ..et mille amourettes encore..

.. dans la maison du champ .. pignon sur rue .. sans porte .. au gré des baisers de ces primes vers sur ta peau  de lys ..

..sans soucis ..

 Pour que ce que tu lilas te berce géante ..

..pour qu' enfin ..

..l'envie  et  la vie en rose , soient pour toi..

... à jamais ...

    ...renouées...

 ..car la balade  ' Rome antique  ' fini souvent en cata ! comble ..?

  ..non..là ..

       ...morille..!

 

Alain                              

                                                              Septembre  2005

 

22:14 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le jour ....là ... nuit !

En ville...         

                                      

          ..les murs tagués de gris  hurlent en rap disgracieux  ..

 ..  l'implacable misère de nos  tristes banlieue  , ..

 ..au parc ..

 

                      ..l'arbre est triste et ne prête plus de son tan .

 ..à  ce monde égoïste au couleur de sang .

  ..En moi ..

 

      ..l'astre à marée basse annonce une trêve ..

 

      .. l' ire  s'endort et là s'ouvre les portes du rêve..

 

 ..en ce songe ..

 

      ..le glyphe éculé d'autres contrées revit ..

 

      ..et devient le héraut de ce nouveau pari ..

 

..et enfin ..

 

      ..le verbe s'enhardit de pensées audacieuses ..

  ..pour fleurir un printemps aux odeurs délicieuses ..

 

   .. et  l'espoir le plus fou est qu’ 'à mon doux réveil ..

 

    .. ma main   y  retienne encore une rose vermeille ..

 

       

  Alain

                                            Octobre  2004

21:57 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 ..Qui suis-je ?

  .. mais comment me décrire ?  Qui suis -je ?  ..

 

                               ..plaisantin .., je dirai..

 

    .. bon pêcheur avec quelques jolis vers à la ligne ..

 

    ..la feuille devient mer où les phrases ondoient ..

 

    ..l'encre est l'eau où tes beaux yeux se noient ..

 

    ..les mots y nagent rien que pour toi ..dignes..

 

                             .. rusé ..je dirai..

 

 

                                         .. rusé ..je dirai..

 

    ..chasseur habile mes mots sont des collets ..

 

    .. lesquels j'arme patiemment ça et là..

 

     ..dans les phrases faites sous bois ..

 

    ..et ils se referment sur tes pensées ..

 

    ..malgré tes débats et ta fatale beauté ..

 

                   ..et ce ..

 

    ..que je desserre où non ce magique lacet..

 

                              ...

 

 

 ..mais poète je veux être ..

 

     ..ainsi la page  n'est plus seule , vierge ..

 

     ..elle est pour moi tendre émissaire ..

 

     ..où mon  fluide s'écoule au bout des doigts ..

 

     .. points et virgules y sont les berges ..

 

     .. entres lesquelles voguent folles pensées..

 

    .. qui deviennent tendres arabesques ..

 

    ..tantôt joli sourire ou triste émois ..

 

    ..toujours belle comme une fresque ..

 

    .. que je dépeins rien que pour toi..

                                                                       

 

 

                      Alain                      

21:13 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |