12/04/2007

Quid derrière tout ces actes de 'terrorisme' ? ( 2 )

 Article du Monde Diplomatique février 2005   suite

 

   Enquête sur l’étrange « Ben Laden du Sahara »  

 

Dans son discours devant la commission des affaires étrangères du Sénat américain, le 18 janvier, la secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice, a annoncé que « le temps de la diplomatie est venu ». Mais elle a aussi réaffirmé la poursuite de la guerre menée par l’administration Bush contre ce qu’elle a appelé – renouveau sémantique – les « postes avancés de la tyrannie ». Même le Maghreb est concerné par le redéploiement militaire et politique des Etats-Unis : l’affaire El-Para en a donné l’occasion.

 

          L’affaire commence en 2003. Alors que le gouvernement algérien déploie d’intenses efforts diplomatiques pour obtenir de Washington un soutien financier et militaire, M. Abderrezak « El-Para », un ancien officier des forces spéciales de l’armée algérienne officiellement passé à la guérilla du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), va donner un sacré coup de main au régime. Le 4 janvier, à la veille de l’arrivée à Alger d’une importante délégation militaire américaine venue envisager une reprise des ventes d’armes à l’Algérie dans le cadre de la lutte anti-terroriste, son groupe attaque un convoi militaire près de Batna. Bilan : quarante-trois soldats tués et une émotion considérable dans la population.

 

   Evoquant un enregistrement vidéo qui se révélera plus tard un faux, les services secrets de l’armée algérienne, le tout-puissant département de renseignement et de sécurité (DRS, ex-Sécurité militaire), s’efforcent d’en persuader l’opinion internationale : El-Para serait un « lieutenant de Ben Laden » chargé d’« implanter Al-Qaida dans la région du Sahel ». Peu après, les Etats-Unis allègent l’embargo sur les armes à destination de l’Algérie et annoncent la vente d’équipements militaires antiterroristes (1). A Alger, fin 2002, M. William Burns, secrétaire d’Etat adjoint américain au Proche-Orient, avait déjà déclaré que « Washington a beaucoup  à apprendre de l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme (2) ».

 

Toujours début 2003, une nouvelle opération d’El-Para va contribuer à accélérer le rapprochement entre Alger et Washington : entre le 22 février et le 23 mars, trente-deux touristes européens (seize Allemands, dix Autrichiens, quatre Suisses, un Suédois et un Néerlandais) sont enlevés dans la région d’Illizi, en plein Sahara algérien. Ils y seront retenus pendant de longues semaines, avant d’être libérés – après d’obscures tractations dont rien n’a filtré – en deux groupes successifs : les premiers à la mi-mai, les seconds à la mi-août. Une Allemande décédera dans le désert, où elle sera enterrée.

 

 

UN EPOUVANTAIL BIEN COMMODE

 

Ainsi l’Algérie passe-t-elle pour une cible d’Al-Qaida, et donc pour un allié naturel des Etats-Unis – comme la traque de Ben Laden avait justifié l’occupation de l’Afghanistan et l’implantation de bases militaires en Asie centrale, région stratégique pour Washington. El-Para serait-il, en mode mineur, l’épouvantail légitimant la présence militaire américaine dans le Sahel, présenté comme éventuelle base arrière d’Al-Qaida ? En mars 2004, le général Charles Wald, commandant en chef adjoint des forces américaines en Europe (Eucom), assurait que des membres d’Al-Qaida tentaient de s’établir

 

« dans la partie nord de l’Afrique, au Sahel et au Maghreb. Ils cherchent un sanctuaire comme en Afghanistan, lorsque les talibans étaient au pouvoir. Ils ont besoin d’un endroit stable pour s’équiper, s’organiser et recruter de nouveaux membres (3) ».

à suivre                      à peluch' !  

 

20/03/2007

REBELOTE ? coin si dense ...et coïncidence(s) ...

http://www.alterinfo.net/

 Les manœuvres conjointes américano-israéliennes 19/03/2007

Les sources de sécurité israéliennes ont fait état dimanche de la tenue, en mars, des manœuvres militaires des Etats-Unis et d'Israël.

" Les forces américaines et israéliennes doivent tenir en mars des manœuvres communes de la défense aérienne, mais ces exercices seraient limitées, en vue d'empêcher la montée de toute tension avec l'Iran.", ont annoncé ces mêmes sources.

    Le nombre des effectifs, qui prendront part cette année à ces manœuvres ", appelées Kobra Juniper", ayant lieu tous les deux ans, est aussi limité. Par ailleurs, les exercices militaires virtuels(1)  ont remplacé les exercices militaires réels et les systèmes anti-missiles américains Patriot et les missiles israéliens Aro-2 seront exposés.

   Washington et Tel-Aviv ont qualifié de normale la tenue de ces manœuvres dont l'objectif n'est de menacer aucun pays.

Selon cet officiel américain, le Système de défense haute altitude de théâtre d'opération (THAAD), sera pour la première fois testé, lors de cet entraînement militaire.Farsnews

(1)..Juste un  rappel … le danger  pour la paix dans certaines circonstances …ainsi …qui engendrent  parfois de ‘ drôles ‘ de coïncidences...ainsi de …

http://aristippe.blogspot.com/2006/10/une-accumulation-de...

    Ce qui nous amène à une troisième coïncidence : le matin du 11 septembre, de nombreux exercices de simulation d'attentats (ou "war games") avaient lieu aux Etats-Unis. Des exercices finalement assez proches des attentats réels. Ainsi, les responsables de Chantilly en Virginie, la base du National Reconnaissance Office, avaient programmé un exercice au cours duquel un petit jet privé s’écrasait contre l’une des quatre tours du siège de l’agence. Une agence située à 40 km du Pentagone et à 6,5 km de l’aéroport international Dulles de Washington, d'où avait justement décollé, 50 minutes avant le début de l'exercice, le Boeing qui s'écrasa... sur le Pentagone. D'autres exercices faisaient intervenir des avions militaires jouant le rôle d’avions civils détournés au-dessus des USA. D'autres encore consistaient à placer des "faux blips" (signaux radar indiquant des avions qui sont en réalité virtuels) sur les écrans de contrôle aérien de la FAA. Dans ces conditions, nombre de hauts-gradés de l'armée américaine reconnurent qu'ils ne surent pas distinguer immédiatement les exercices de simulation des attentats réels. Bref, la confusion était totale. Durant cette matinée, on signala jusqu'à 29 appareils détournés. Impossible de savoir où il fallait envoyer des patrouilles, et quels bâtiments il fallait protéger en priorité. 

La concomitance des exercices et des attentats facilita grandement la tâche des terroristes. Sans elle, leurs opérations auraient sans doute pu être interrompues.

Il serait quand même encore ‘  risqué’  de remettre ‘ça ‘ ? non...

À peluch’

13:05 Écrit par Alain dans délires et jeu de mots | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, iran |  Facebook |

18/02/2007

..vous avez dit délire ( 1 )

Il n y a pas de m'Irak..

   larmes en vente libre .. cent mots pour le dire ..

sans tac , ..Je te mots dit..comme ces tags qui  .. gueulent...

…que nous sommes tous égaux face à l'injustice ..

.. l'odeur de paix dérange ..les faux semblent lent de loin..L’art mûr rit de tout ces à côtés …

..L’avis c’est comme des vacances au bord de l’amer...

.. cœur  apprendre .. dit vains mots... pour rêves veiller... dit vingt mots ...

…sage être ou ne pas être … lasse est la question ..

..Si on sait que l’amour c’est comme …

… bien plus de pigeons que de blanches colombes...

.. je vis dans un monde d’œuf.. Où ? 

..Où  l’île nait nue…,  phare de l'an nuit... !

..Là, où nos qualités... nous font souvent défauts... lard de vivre made in U.S.A...

.. génération poubelle... l'immonde nous appartient... naître cumin pour épicer la vie… la voie rie...

.. Et bla bla bla et bla bla bla ... vous me donnez des mots de tête...

.. démons d’amour... démons de tout les jours... vie d'ange comprise ! Ou dans ce monde on Satan à tout même au pire...

.. délivrons nous du mâle ..,  je thème...

.. je suis tunique ? non...  .. on ne le dira jamais assez..

..mais le jean tonique avec le blues on apprécie tu sais..

..les gars lopins de taire les salades de potes âgés...

..et quand saigneurs rient .. les friands disent ..

..les épines narrent .. le temps bourrin..

.. la poule position ( à six )  ? le pur ..sans cours s'ennuie ..

..

 ..les mots sont les âmes..mies de la vie .. Non ?

17:29 Écrit par Alain dans délires et jeu de mots | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delire poesie |  Facebook |