25/05/2007

Eva Joly ... j'aime

"L'ancienne juge d'instruction publie un livre de souvenirs en forme de réquisitoire contre les élites françaises.

 

Le titre de son livre, "La Force qui nous manque", s'adresse plus à nous qu'à elle. Eva Joly, l'ancienne juge d'instruction du pôle financier du Palais de Justice de Paris, célèbre pour son rôle dans l'affaire Elf, ne décolère pas contre les élites françaises, contre leur complaisance vis-à-vis de la corruption, contre leurs petits arrangements avec la justice, contre l'indulgence coupable de l'opinion publique...

 

     De passage à Paris quelques jours après le départ de Jacques Chirac de l'Elysée, et donc de sa perte d'immunité présidentielle, elle affirme haut et fort, dans une interview à Rue89, que la justice doit reprendre ses droits dans les affaires dans lesquelles apparaît le nom de l'ancien chef de l'Etat. La France, estime-t-elle, se déconsidèrerait à enterrer les dossiers qui concernent le "retraité de l'Elysée", et l'opinion, que l'on sent peu mobilisée sur ce front, ne doit pas s'en désintéresser.

De même, Eva Joly, dont les récentes activités dans la lutte anticorruption pour le compte du gouvernement norvégien lui ont fait entrevoir tant de secrets de famille franco-africains, ne cache pas sa colère de voir que l'un des premiers chef d'Etat étranger à rendre visite à Nicolas Sarkozy à Paris, n'est nul autre qu'Omar Bongo, le président gabonais, figure emblématique d'une liaison incestueuse entre la France et ses anciennes colonies. La rupture, décidément, n'est pas au rendez-vous, là où elle semblerait pourtant la plus nécessaire.

     Eva Joly revient donc sur le devant de la scène française, non pas officiellement, mais pour livrer "sa" vérité. Celle de son itinéraire personnel, la jeune fille au pair aux tresses blondes venue du pays des fjords, et qui finit par défier le pouvoir politico-affairiste français en menant les enquêtes judiciaires là où elles font le plus mal. Cela donne un livre, écrit en collaboration avec la journaliste Judith Perrignon, qui mêle souvenirs personnels, heureux ou douloureux, et retours sur les leçons d'une action judiciaire qui lui a coûté cher. La petite histoire dans la grande histoire.

 

On lira avec délectation sa galerie de portraits des hommes puissants qui ont défilé dans son cabinet de juge d'instruction: on y retrouve "le poète", François Léotard; "le comédien", Bernard Tapie, "l'ancien combattant ou plutôt son fils", Jean-François Pagès; "le fils qui fait mentir sa vieille mère", Loïk Le Floch-Prigent...

 

Et il y a Roland Dumas, "le plus célèbre d'entre eux", "le plus mondain des hommes". Eva Joly cache mal son dégoût de voir que l'ancien ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand ne subira qu'une seule condamnation, dans l'affaire de la succession du sculpteur Giacometti. "Tout le monde sait quel homme il est, mais on hausse les épaules et on s'incline devant le raffinement de ce manipulateur. Machiavel est donc un prince", écrit-elle.

 

Le réquisitoire d'Eva Joly est dérangeant, non pas tant par les faits qu'elle dénonce, que par le "miroir", comme elle dit elle-même, qu'elle tend à la France. Ce qu'on y voit n'est pas reluisant. On mettra cette colère froide sur le dos du tempérament inflexible de cette Scandinave qui n'a pas su adopter nos rondeurs méditerranéennes.

 

On aurait tort: ce qu'elle dit est d'une actualité brûlante, au moment où le pouvoir politique change, sans que les mœurs n'évoluent. Eva Joly ne pouvait pas espérer mieux, pour illustrer son propos, que de débarquer à Paris au moment où un conseiller du nouveau président passe chez TF1..."

extrait de http://www.bdpgabon.org/content/view/4699/45/

 

 ...

à peluch' !

21:52 Écrit par Alain dans lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eva joly, corruption, blanchiment |  Facebook |

21/02/2007

.. REEVES HUBERT

Je referme le livre de Hubert Reeves .. , Chroniques du ciel et de la terre .

Il me laisse songeur , comme tout ses ouvrages   ( Patience dans l’ azur ,

L’heure de s’ enivrer  ) . .. toujours un enseignement au moins à la clef.. ,  dans Chronique du ciel et de la terre … tout en nous expliquant le rôle d’éléments essentiels à la vie sur terre (ozone , eau , hydrogène.. ) la faune . , son rôle..., la société et son fonctionnement... il nous fait comprendre l’urgence de la situation  par rapport aux diverses agressions que subit la terre .. et  encore  que l’humanité n’est rien à l’échelle du cosmos. ; mais  que surtout...ce constat   ( menace sourde .. ) scientifique suprême .que ‘ ; la nature est impitoyablement investie de l’efficacité.. .’  quels que soient les décisions rapides , lentes ,  efficaces où non des principaux acteurs humains ici bas..

J’ai  apprécié..

10:21 Écrit par Alain dans lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lecture reeves |  Facebook |