03/02/2008

J’ai caché mes bouquins …

Huxley et Orwell  se retournent dans leur tombe

   Car pis que quatre vingt quatre  ou Meilleur des mondes

      Se réveille soudain face à cette  odeur immonde …

         Ferrat a son  C4 et internet sa tombe !!

J’ai caché mes bouquins , mes fichiers et mon vin

   Je me suis connecté ..loin …de se monde inhumain

      Mes oreilles souffrent trop de ces vils propagandes

         Comme mes yeux  se plissent  face à ces  noires  harangues

            Mes doigts gribouillent anxieux sur mille feuilles de papier

                Un peu de vérité  vraie …autre que celle falsifiée

J’ai caché mes bouquins , ma haine et mes chagrins

   Ma haine du mensonge pour de beaux lendemains

      Mon chagrin  pour ces veules qui tracent mon destin

         Bref  pour tout ce qui fut mis en place dès 1980…

                          Comme le fut   ce progrès engendrant ces crétins  

          J’ai caché mes bouquins , ma peur et mes idées

              Ma peur pour ces engins qui ne peuvent fonctionner

                 Malgré ces milliards  perdus  pour les réaliser

                    Que mes idées pour demain ne se nucléarisent

                        Pendant trente mille ans , là ça m’électrise !

         J’ai caché mes bouquins , et de folie juste un brin …

              Et j’arrose ces graines  qui poussent  comme l’espoir

           Plus haut … plus fort demain… et ce … malgré ce noir

           Pour des milliards de rires …  sur des visages humains !

22:24 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, poesie, crash, economie |  Facebook |

01/01/2008

Ce que la fumée m’ inspire, ... un tabac ?

L’insécurité sociale nous guette,

même si le dernier mégot tu jettes !

Chacun pour soi ! Que l’obèse paye pour guérir de son poids

Ou que l’alcolo  se doive  de cracher sa bile  pour soigner  sa  foi …

L’état est roi , libre de subventionner  à coup de milliards d’euros

La pollution de l’air pour le marché de l’auto Mazarine

L’état est roi , libre de subventionner l’industrie agros -assassine

Folles sommes  récupérées aussitôt par d’  injustes impôts

L’état est roi, même nu , lui qui encourage illico ,  la pollution

Des rivières et  des sols de par de trop grosses subventions

Tandis que l’individu soumis et  reclus, s’individualise …

Devant son grand écran plasma qui trop  le formatise …

A coup de pixels  Starac ou autres folles seize – neufs sottises ..

La société  de l’info toxique, sans pubs  , nous brutalise …

Pourtant

L’agence Belga filtre déjà l’info prisée qui ferait un  tabac !!  

Comme  le bar à tabac à la carte qui devient    ,  club privé

Comme  les personnes célèbres qui ont pourtant bien fumé

Là ,  le cigare  funeste   d’un Fidel ou  d’un  Che Guevara

Las , de nos livres d’histoire demain  , sûr , disparaitra

Ainsi que celui  non moins célèbre qui empestait Churchill

Et bien moins polluant qu’ à l’est ,   du côté Tchernobyl …

Comme je ne mégotterai pas sur le fétu de paille

Qu’a troqué Luky Luke après bien des batailles

Pour sa sèche célèbre et sa blague à tabac

En perdant par la même un peu de son aura

 Et comme le peignit Magritte ‘Ceci n’est pas une pipe’

Fut –elle celle de Sherlock Holmes   qui en fut l’archétype ..

Allez donc ,

Comme une gitane bien léchée et  bien roulée ,

bien bourrée …comme mon rêve quoi …

J’aligne ces lignes et sniffe .. , des pensées ..sans fumées…

Avec un large sourire et un clin d’œil à la fois

je vous souhaite pour cette nouvelle  année

 à tous ,  avec ou sans tabac hors la loi ,

Que seules  , les plus belles joies soient …prisées !

Smaak ! Et à peluch’

16/05/2007

TEXTE WALLON ( 1 )

L'ârmâ. ( 1898 )

                 Par   Jean-François Renkin

 

Li p'tite Jane, s'èlle avahe viqué, èlle âreùt fait sès pâque ciste annêye ; mins vola passé treûs ans qui l' curé l'a v'nou qwèri, on sèm'di d'nôvimbe qu'i plovéve.
 
Li djoù d'après l'ètêr'mint, on rèssèra les afaires d'a l' èfant divins on meûbe la-haut, et dispôy, on n'a mây pu stu âtou di çou qu'èsteût d'a Jane.

Ci dimègne la, portant, li djône feume a volou r'veûye tot-a-fait.
L'hôrlodje sonéve dîhe heûres et si-home vinéve di d'hinde po-z-aler a grand messe.

Elle inteure èl tchambe qui l' solo rimplihéve di s' loumîre.
Èle droûve l'ârmâ. Lès motes avolèt foû.
Tot èsteût d'moré bin è plèce.

Sol plantche di d'zeûr, les p'titès rôbes riployèyes eune ad'lez l'aute ; a costé, des tch'mihes et des norèts. El cwène, deûs tchapês, li ci d' dimègne et l' ci d' tos les djoûs, ricoviêrts d'ine gâze pol poûssîre.

Et so ç'moumint la, l' pauve manie, i lî sonla qui s' fèye n'èsteût nin mwète. I lî sonla qu'il esteût timps dè r'houquî Jane, di lî abot'ner ses solers, di lî fé s' tièsse, di lî mète si bèle rôbe po-z-aler a l'églîse...
Pauve fèye va !
Est-ce possibe qu'on n'èl rivièrèt mây pus ?
On djoû â matin, èle si dispièrta avou on si drôle di tosse : èle rôkîve, si visèdje èsteût tot rodje...
Ine saminne après, on l' pwèrtéve è têre, et tote li djôye dèl mohone a stu rèssèrêye avou lèye è p'tit wahé d' tchinne qui l'èmina.

*
* *


... Les onze lieûres sonît.

Les djins sôrtît foû d'mèsse, les feum'rèyes ènnè ralît â pus habèye po houmer leû bouyon et pèler leûs crompîres ; les homes, des cis s'arestît sol plèce po d'viser dé timps, des colons, dè novê mayeûr ; dès cis moussît divins les câbarèts po djouwer a piquet et beûre âs tournêyes.

Lèye n'a rin vèyou, n'a rin oyou : por lèye, li monde, c'est l'ârmâ d'a Jane.
Sol plantche d'è mitan, dès vantrins, dès tchâsses, dès floquèts, on gris mantê d'hiviêr qui n'a stu mètou qui deûs côps !

Onk a onk, li mère prindéve tos les mouss'mints, lès hoyéve, féve voler èvôye li poûssîre qui toûrnikéve èl loumîre dè solo, adon les r'mètéve sogneûs'mint è leû plèce.

Qu'èle donreût gros po r'veûy si-èfant assiowe al tâve, si sayant, on deût so s'lîve, a fé ses lètes so l'ârdwèsse ; ou bin è vinâve potchant al cwède avou les tisses di si-adje, ou s' fant aler al cabalance sol tchinne d'ine tchèrète tapêye a cou.

Èt l' prumi « bon point » qui li p'tite rappwèrta, tote fire et tote rodje di binâhisté... Èt al fièsse, quand c'èst qui Jane, blanque moussèye, rotéve èl porcèssion avou les pus binamêyes di li scole et tapéve des fleûrs so les vôyes dé bon Diu...

Èt tot li r' passe ainsi â coûr, avou les bons, les mâvas djoûs....
Quéne transe, li fîye qu'èle djouwéve adlez li stoûve et qu'èle si broûla si fwêrt â brèsse !... Si père cora tot dreût â docteûr. Et qué côp qwand ci-cial ni pola acèrtiner qu'èle ni wârdreût nin l' marque tote si vèye !
Tote si vèye, ça n'a nin stu long...

*
* *


Pol fignièsse à lâdje, èle n'ôt nin li boulet rivièrser les bèyes, les buveûs hah'ler à comptwèr divins les câbarets.
Sol dièrinne plantche, c'esteût co traze sôrts : dès awèyes à tricoter divins ine pitite tchâsse kimincèye, ine suzète, on cabas, ine pope sins brès', on stô, des djeûs di Saint-Nicolèy ; èt, drèssî è fond dé meûbe, on p'tit mureû qui
Jane aveût wangni âs porculinne, sol fièsse di Tchôkîr...
Divins 'ne rôse bwète di cârton, dès mèdayes et on tchap'let, avou deûs imâdjes d'â curé, qu'estît div'nowes totès djènes...
Li mére s'aspôye li tièsse so l'ârmâ.
Kimint èst-i possipe qu'i-n-âye des autes èfants qui vikèt et des parints qui polèt rîre et s'amuser !
   Qui pout-èle bin avu fait â bon Diu ?
N'a-t-èle nin todis roté li dreûte vôye, ni s'a-t-elle nin todi kidu comme on bon chrétien ?
Les doze heûres sonit.
Sol trèvins, on monta les montêyes et sihomme drova l'ouh' tot d'mandant : « Li bouyon è st-i prèt' ? »

 

...un peu tristounet ..mais joli texte wallon...

 

à peluch'

08:07 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : wallon |  Facebook |

18/04/2007

Paroles de fleurs ...

 

...Quand bout l'eau , et que sur les dômes iniques de  vils pins suent  des pommes de discorde comme des glands moribonds …

...Est-ce là  le charme des chênes ?...

... Tous ces cris en thèmes car cher à leur cœur de Marie couche toi là…, 

... face  à l’amer tune …

...les sabots de Vénus écraseront un jour ces arbres  aux milles écus qui font trop d’ombre aux peuples pliés …

...Et parce que ce que tu lis là te berce de pensées  géantes .., ...parce que ton œil est de poète et qu’ils déshabillent à dessein par un regard neuf ...

...de vierges  et belles reines   des  prés verts  où se berce l’espoir rouge d’une aube épine renversant toutes les corbeilles d’argent et d’or … ,

... comme une promesse rose d y  revoir le ciel où le bleu est si beau …

...Vaine haine , eux et leur trompettes de la mort de leur monde de l’hier qui étouffe nos pensées au parfum violette … 

... et même si ce peuple impatient  mais  peu fou ,  freine pour le mieux ses pensées bien trop mures ...

 

... sûr  que demain sera fait de chants  ayant pignon sur rue d'où cent portes de rêve s’ouvriront  par delà nos soucis pour nous faire découvrir un monde où l’amitié des peuples pliés et l’envie de bâtir ensemble …,  seront ..., ... renouées…,

... remplaçant le   poids de senteurs  lourdes  des noirs passés …

...par des effluves de  baisers rouges cerise immenses …

...sur les jolis chemins de vie fleuris…  de mille   printemps nouveaux …

 …

Alain                 Avril 2007

 

12:17 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poesie |  Facebook |

17/04/2007

L'esprit ou le fusil ( 3 )

suite ...

Appui au fondamentalisme islamique par les élites gouvernant des civilisations chrétiennes

   L'appui donné par les gouvernements des USA et du Royaume-Uni (considérés comme les défenseurs de la civilisation chrétienne) aux Frères musulmans était une réponse des classes dominantes d'Égypte (alors le plus important pays arabe) et des USA et du Royaume-Uni à la perte de pouvoir par le roi Farouk, contraint à abdiquer en 1952 sous la pression d'un mouvement arabe nationaliste, d'orientation socialiste (allié à des partis de gauche dans le monde arabe). L'attrait des Frères musulmans pour l'alliance des classes dominantes était son fondamentalisme religieux (qui pouvait mobiliser les masses arabes) et son profond anticommunisme et anti laïcisme. Des documents secrets préparés par les services secrets des USA et du Royaume-Uni (cités par Dreyfus dans son livre) attestent de l'aide apportée aux Frères musulmans par ces gouvernements.

Le programme socialiste du Président Nasser menaça les classes dominantes de tout le monde arabe. Sous la direction de la Maison de Saoud, la famille royale d'Arabie Saoudite, une association fut établie en 1962, la Ligue Internationale Islamique, qui finança et appuya des fondamentalistes islamiques dans le monde entier. La Ligue est toujours très active, elle soutient des groupes fondamentalistes dans toutes les parties du monde, y inclus en Europe. Le siège européen de la Ligue est à Bruxelles. Son objectif primordial est déclaré de manière claire dans sa charte principale : « éliminer et éradiquer du monde les forces athées et laïques bien représentées par le communisme qui nie l'existence de Dieu et éloigne les hommes de l'Islam ». Par « communisme » ils entendent toute force qui met en question les relations de pouvoir de classe dans le monde musulman. En réaction à cet appel, les forces fondamentalistes ont assassiné des dirigeants de gauche dans tous les pays musulmans et arabes, y compris le secrétaire général du parti socialiste du Maroc, des dirigeants de la gauche au Liban (assassinés par le groupe fondamentaliste musulman Hezbollah), et une longue liste d'autres personnalités progressistes.
Une situation similaire s'est produite au Soudan, où le Front National Islamique au gouvernement (une branche des Frères musulmans) a tué des leaders de la gauche soudanaise. Et en Indonésie, la plus brutale répression jamais exercée contre des forces progressistes (dirigées en Indonésie par le plus grand Parti Communiste non-gouvernant du monde) se produisit en 1965, réalisée par une dictature militaire, avec l'appui actif de fondamentalistes islamiques. Près d'un million de personnes furent assassinées, avec la bénédiction des dirigeants des gouvernements chrétiens des USA et du Royaume-Uni [et la connivence active et l'encouragement de la CIA, NdE].

à suivre

09:59 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, islam |  Facebook |

06/03/2007

..allez .; un peu de poésie pour changer ... Reeves ..

Hubert Reeves....,
 
Terre, planète bleue

Terre, planète bleue, où des astronomes exaltés capturent  la lumière des étoiles aux confins de l'espace.

Terre, planète bleue, où un cosmonaute, au hublot de sa navette, nomme les continents des géographies de son enfance.

Terre, planète bleue, où une asphodèle germe dans les entrailles d'un migrateur mort d'épuisement sur un rocher de haute mer.

Terre, planète bleue, où un dictateur fête Noël en famille alors que, par milliers, des corps brûlent dans les fours crématoires.

Terre, planète bleue, où, décroché avec fracas de la banquise polaire, un iceberg bleuté entreprend son long périple océanique.

Terre, planète bleue, où, dans une gare de banlieue, une famille attend un prisonnier politique séquestré depuis vingt ans.

Terre, planète bleue, où à chaque printemps le Soleil ramène les fleurs dans les sous-bois obscurs.

Terre, planète bleue, où seize familles ont accumulé plus de richesses que quarante huit pays démunis.

Terre, planète bleue, où un orphelin se jette du troisième étage pour échapper aux sévices des surveillants.

Terre, planète bleue, où, à la nuit tombée, un maçon contemple avec fierté le mur de briques élevé tout au long du jour.

Terre, planète bleue, où un maître de chapelle écrit les dernières notes d'une cantate qui enchantera le cœur des hommes pendant des siècles.

Terre, planète bleue, où une mère tient dans ses bras un enfant mort du sida transmis à son mari à la fête du village.

Terre, planète bleue, où un navigateur solitaire regarde son grand mât s'effondrer sous le choc des déferlantes.

Terre, planète bleue, où, sur un divan de psychanalyse, un homme reste muet.

Terre, planète bleue, où un chevreuil agonise dans un buisson, blessé par un chasseur qui ne l'a pas recherché.

Terre, planète bleue, où, vêtue de couleurs éclatantes, une femme choisit ses légumes verts sur les étals d' un marché africain.

Terre, planète bleue, qui accomplit son quatre-milliard-cinq cent-cinquante-six-millionième tour autour d'un Soleil qui achève sa vingt-cinquième révolution autour de la Voie Lactée.

..joli ..

 


 

12:32 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : reeves |  Facebook |

18/02/2007

.. chuuuut ...

 

                              CHUUUT.....

           

            .. un jour elle fut troublée ..

            ..elle trouva des mots pas sages ..

            .. secrets..  mais chuuut..

            .. tous empreints de sens interdits..

            ..elle fit un vœux... se dévoiler ..

            ..elle hésita .. face à l'amer sujet..

            ..l'âme erre souvent en   corps ..

            ..tu peux l'antre apercevoir ..

            ..dans le halos des regards détruits..

            ..et les songes ..

            ..que tu croises ..

            ..aux pas sages ..

            ..secrets.. mais chuuut...

 

                                       Décembre 2005

18:03 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poesie |  Facebook |