20/11/2007

Les juges US .. soldats de la nation

Le 31 octobre dernier, le juge fédéral Christopher A. Boyko de Cleveland, Ohio, décidait de débouter une demande de saisie émanant de la Deutsche Bank National Trust sur 14 logements dont les propriétaires n’étaient plus en mesure de payer les mensualités. Boyko justifiait sa décision sur le fait que cette banque n’avait pas pu prouver qu’elle était réellement la propriétaire d’hypothèques sur lesquelles seuls les noms des propriétaires d’origine figuraient. En effet, il s’agissait d’hypothèques qui avaient été cédées par leurs premiers détenteurs à d’autres institutions financières qui s’en sont servis comme base pour la création d’autres actifs., depuis, on voit que la décision du juge a créé un précédent juridique ...et patriotique dans lequel beaucoup d’autres juges pourraient s’engouffrer.Plus important que cela cependant, l’action des juges pourrait créer , en fait , une « suspicion légitime » que les banques ont utilisé les mêmes actifs à plusieurs reprises… et dans le climat de méfiance total qui règne à travers tout le système monétaire international depuis cet été, une telle suspicion donnera peut être le coup de grâce à ce système hyper endetté.Reprenons , ..Un titre n'est pas une propriété immobilière. "They own nothing !"sans doute pourquoi le processus de titrisation devait aller vite ( comme toute bonne escrosquerie ... ) et devait être bon marché, le but final étant d’éliminer  toute trace écrite d'un bout à l'autre de la chaine...Or s'il y a bien une chose qui réclame un écrit cohérent, c'est la propriété immobilière , et des actes notariés doivent s’en porter garant !!Pourtant , les sociétés ( US  pour la plupart !!) se sont débarrassées de leur titre de créance, sans transmettre la garantie.Non seulement ça. Mais en plus, la duplication de la dette hypothécaire n'était pas limitée.  Un cas classique de cavalerie financière. Avec 1 on peu crée 2, 3 ou 4...Cerise sur le gâteau, la dite titrisation faisait refiler des créances US, à des détenteurs étrangers, souvent les plus gros possesseurs.Là aussi, on peut voir la portée de l'arrêt du juge Boyko. C'est une mesure extrêmement nationaliste.De riches créanciers étrangers déboutés, de riches débiteurs américains rassérénés, les dettes  E - V- A- P-O-R-E-E -S !!..., mais des millions de ménages endettés et  poussés à la rue ....Cherchez l’erreur …

Juste que , il existe encore sur le marché pour des milliards de ‘produits bancaires toxiques ‘ .. les américains avaient prévu un contrepoison ... les gros poissons sont déjà loin ... Mais ailleur ? Quand au système financier international j'ai l'impression qu'il va continuer à souffrir .. pas vous ? à peluch' !

20:58 Écrit par Alain dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usa, banque, crise, dollars, titrisation |  Facebook |

11/11/2007

Le détecteur de mensonge SFAS157…

À partir du 15 novembre , date à laquelle un ‘ nouvel outil’ à destination du contrôle renforcé des banques prendra effet de manière non contraignante , mais l’obligation aux banques de déclarer quelles parts d’actifs financiers et dans quel domaine sera , en réalité vraiment effective le 28 février 2008. 

Face à cette impasse vis-à-vis de ‘ l’ interprétation’ très personnelle des banques concernant leur implication dans des transactions douteuses, voir catastrophiques  ,  Merrill Lynch prenant les devant de la lois a  passé par pertes et profits 8,4 milliards de dollars dans ses affaires de prêts hypothécaires "subprime", un chiffre qui a été révisé car la nouvelle règle comptable aux Etats-Unis   SFAS157 )  contraint  les banques à diviser leurs actifs commercialisables en trois "niveaux", selon qu'il est facile ou non de fixer un prix de marché pour ces actifs.

Les actifs de Niveau 1 ont des prix cotés sur les marchés.

La frontière entre le Niveau 2 et le Niveau 3 est floue et il est sans aucun doute dans l'intérêt des banques de classer autant d'actifs que possible au Niveau 2  (  là où les analystes ne s'en préoccuperont pas  )  

A l'autre extrémité, au Niveau 3, les actifs sont déterminer selon les critères (  souvent farfelus…)  de la seule banque concerné  et là ils sont trop souvent surévalués,  car cette appréciation permet de distribuer des bonus ( stock option..) à partir de chiffres fantaisiste avec par exemple en période favorable ,  Goldman Sachs et Merrill Lynch ont toutes deux fait des profits ( malhonnêtes ! )  de plus d'un milliard de dollars ( 1 )  sur leurs avoirs en actifs de Niveau 3 au cours du premier semestre de 2007 ( combien d’autres milliards depuis que cette supercherie existe ?..)

Les crédits subprime qui, estime-t-on, ont causé des pertes de 400 à 500 milliards de dollars sur l'ensemble du marché (mais une seule fraction de cette somme à Wall Street) n'ont été que les premiers désastres d'actifs de Niveau 3 à faire surface. Le potentiel de pertes supplémentaires reste… immense parmi les actifs dont la valeur n'a jamais eu , en fait , de base solide.

La réalité chiffrée de manière moins approximatives des avoirs des banques risque de nous dévoiler des chiffres jusqu’à dix fois supérieurs !!! Alors ? fuite en avant ?

Spéculation sur les matières premières … , pétrole où autres…et  ‘ entreprise ‘ guerrière ( Iran …) pour permettre  aux  plus grandes banques de se ‘refaire’ ainsi que leur reconversion ailleurs ?

 

Plutôt catastrophique la gestion ultralibérale de l’économie mondiale  …Non ?

 

A peluch’

 ( 1 ) milliards ( bien réels eux ! ! ) qui iront rejoindre le parasitage de l’économie avec des rachat d’actions dans les matières 1ères où autres placement juteux…

19/09/2007

l'arrêt session et autres contes ...

...La Fed hier ,  la banque d’Angleterre avant-hier , la banque centrale européenne un peu avant  ont fait plus que des gestes pour sauver momentanément les spéculateurs de hautes voltiges de plonger et par là même d’entraîner l’économie mondiale vers la  récession,  en permettant à tout ces coupables de réemprunter pour payer leurs dettes et surtout en donnant à ces irresponsables le temps de refourguer leurs obligations ou autres titrisations pourries à d’autres gogos ..de là les  ' rebonds boursiers passagers ‘ hier ,  mais l’ampleur et le volume de cette ‘ économie’ parasite est bien trop grande que pour s’en débarrasser avec les malheureux      ‘ 0, 50 % '  de rabais '  offert ' par la Fed .. le temps va leur manquer .. et les mêmes acteurs seront bientôt amener à rejouer la même pièce .. en plus dramatique … dans peu de temps .. Non ? 

à peluch'   

22:51 Écrit par Alain dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise, recession, banque |  Facebook |