12/02/2007

..Betancourt Ingrid ..2ième partie..

09.02.2007
Sarkozy promet une "cellule de crise" pour faire libérer Betancourt
 PARIS (AP) - Nicolas Sarkozy s'engage, s'il est élu à l'Elysée,
à immédiatement mettre en place une "cellule de crise" pour faire libérer Ingrid Betancourt, retenue en otage depuis près de cinq ans par les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), a rapporté Mélanie Betancourt à l'issue d'un entretien vendredi avec le ministre de l'Intérieur. "M. Sarkozy est prêt à véritablement s'engager s'il est élu et à vraiment s'occuper du dossier",a déclaré la fille de l'ancienne candidate écologiste à la présidentielle colombienne.
 Le candidat UMP a promis "qu'il y aurait une cellule de crise avec des gens tout à fait compétents qui serait créée tout de suite", a précisé Mélanie Betancourt, après avoir été reçue place Beauvau.

En outre, Nicolas Sarkozy "s'est engagé à approcher immédiatement les autorités américaines pour pouvoir voir avec eux comment trouver une solution", a ajouté Fabrice Delloye,
le père de Mélanie qui l'accompagnait.

"Les Etats-Unis ont une grande influence sur la Colombie", a souligné la fille d'Ingrid Betancourt.
"Le gouvernement français se laisse complètement marcher sur les pieds par le président colombien Álvaro Uribe qui change d'avis par rapport à l'accord humanitaire comme il change de chemise", a-t-elle déploré. AP

.. je découvre ce site ... qques commentaires avec d'autres sites ...ainsi ..
sur le blog      '  ledroitpourlajustice.blog ' ...
..pourtant..
...
Tout en se réjouissant du retour de l'ancien ministre colombien Fernando Araujo, le comité de soutien à Ingrid Betancourt a dénoncé samedi 6 décembre les dangers des "sauvetages militaires".
Le comité déclare dans un communiqué accueillir "avec une très grande joie le retour à la liberté de Fernando Araujo". Le gouvernement colombien a considéré l'opération militaire menée le 31 décembre 2006 comme une réussite ( aie !.. ndlr ) , dans la mesure où elle a permis à Fernando Araujo de s'échapper, ce que le comité conteste.

"Le sauvetage militaire n'a pas abouti à la libération immédiate de l'otage, celui-ci (ayant) pris l'initiative personnelle et courageuse de s'enfuir pour se cacher durant 5 jours dans la jungle",a souligné le comité, ajoutant que "tout s'est exceptionnellement bien terminé mais, sans faire preuve de pessimisme forcé, la fin aurait pu être tout autrement dramatique".

Farouchement opposés à l'usage de la force

Le comité de soutien à Ingrid Betancourt rappelle "le fiasco" d'une précédente opération militaire de libération, qui avait conduit à la mort de deux otages, Gilberto Echeverri et Guillermo Gaviria.
"Le gouvernement colombien profite de cette libération pour mettre en avant le procédé de sauvetage militaire
des otages, ce à quoi nous demeurons farouchement opposés, comme le sont la famille d'Ingrid Betancourt et le gouvernement français", précise le communiqué. Le comité appelle à une reprise des négociations avec les Farc, auxquelles le président colombien Alvaro Uribe avait mis fin le 20 octobre 2006.
 Les Farc réclament, en échange de la libération de 58 otages, parmi lesquels Ingrid Betancourt, la libération de 500 des leurs actuellement prisonniers.
Ingrid Betancourt, ancienne candidate à l'élection présidentielle en Colombie, est détenue par les FARC
 depuis le 23 février 2002.


... ainsi que sur le site www.wikio.fr/
...

La fuite, à la faveur d'une action militaire, d'un otage retenu par les Farc est présentée par les autorités colombiennes comme un succès de leur stratégie d'usage de la force,mais elle ac­croît l'angoisse des familles d'au­tres séquestrés.


L'ex-ministre Fernando Araujo, 46 ans, enlevé il y a six ans par les Forces armées révolutionnaires de Colombie
 (Farc, marxistes), s'est échappé, dimanche dernier, lors d'une opération de l'armée, considérée en haut lieu comme une ­victoire. « L'opération a été très bien exécutée, l'idée était qu'il s'en sorte vivant, et c'est réussi ; c'est pour cela qu'il faut continuer d'avoir confiance dans les forces de l'or­dre », a commenté le ministre de la Défense, Juan Manuel Santos. Fernando Araujo, ex-ministre du Développement économique, a re­mercié vivement l'armée, se disant favorable à des actions coup de poing pour libérer les autres otages.


Fernando Araujo faisait partie du groupe de 58 otages - parmi ­lesquels la franco-colombienne Ingrid Betancourt, trois Américains et un bon nombre d'anciens responsables politiques - que les Farc proposent d'échanger contre 500 rebelles emprisonnés. Ces familles sont toutefois préoccupées par ces actions coup de poing.
Un comité pour la libération d' Ingrid Betancourt a dénoncé ce « sauvetage militaire », en en soulignant les dangers. « Le gouvernement colombien profite de cette libération pour mettre en avant le procédé de sauvetage militaire des otages, ce à quoi nous demeurons farouchement opposés », indique ce comité.
 Onze otages sont morts dans des opérations de sauvetage ratées.

.. une dérive délicate vers la solution qui arrangerait bien du monde en cas de' dérapage ' et du drame que constituerait la disparition physique de Mme Betancourt pour les raisons évoquées plus haut sur ce site ..
..Il est vrai qu 'en Colombie .. on ne sait plus très bien où sont  les 'bons ' et les méchants ..
....les complices  ou  les ( vraies ) victimes ..
à peluch'

 

 

18:05 Écrit par Alain dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : betancourt araujo voynet |  Facebook |