16/10/2007

La chasse aux terroristes de plus en plus fructueuse en Irak et ailleurs ( 1 ) …

    En effet, il semblerait que le gouvernement  Irakien (pas trop pro occidental ds ce cas ...) à contribué  par les conclusions de son enquête à mettre ‘hors d’état de nuire ‘ une force terroriste composée d’au moins 20000 hommes sur son  territoire... Il s’agirait d’une société privée employant des mercenaires (au dessus des lois..) appelée  BlackWater je crois et  une autre organisation terroriste du nom ‘ d'Unity Resources Group (URG)’ , qui sera sans doute aussi  en passe de subir les mêmes sanctions ( 2 ) ...

À moins que le gouvernement de Nouri al-Maliki    ne soit ‘renversé’ d’ici peu, l’aide qu’il apporte aux Etats-Unis s’avère on ne peut plus précieuse… non ? 

à peluch' ! 

    ( 1 ) de Windhoek , Namibie  .

  La Namibie a expulsé deux citoyens américains et décidé de fermer une société américaine de recrutement de mercenaires, accusée de recruter des Namibiens appelés à servir de “gardes de sécurité” en Irak et en Afghanistan, deux pays déchirés par la guerre.  

Le gouvernement a rapidement ordonné la fermeture de la société Special Operations Consulting-Security Management (SOC-SMG), spécialisée dans le traitement des mercenaires, qui s'est installée en Namibie et recrute d'anciens combattants qui sont ensuite envoyés en Irak et en Afghanistan.

 C'est la ministre de l'Information et de la Radiodiffusion, Netumbo-Nandi Ndaitwah, qui a révélé que les deux Américains (Paul Grimes représentant national de SOC-SMG en Namibie, et Fredric Piry, Chef des Opérations) étaient dorénavant considérés comme des immigrants interdits de séjour.  “Se fondant sur une directive du Conseil des ministres, le comité de la Sécurité d'Etat avait recommandé la fermeture de SOC-SMG. Les deux citoyens américains sont priés de quitter immédiatement le territoire namibien”, a martelé Netumbo-Nandi Ndaitwah, dans un communiqué rendu public samedi.  

La société américaine SOC-SMG avait récemment ouvert une succursale en Namibie.

 La société avait annoncé qu'elle recruterait 4.000 Namibiens ayant une expérience militaire pour les envoyer travailler en Irak et en Afghanistan en qualité de gardes de sécurité.  

Une semaine auparavant, le gouvernement avait mis en garde les Namibiens contre la tentation d'aller combattre dans d'autres pays, expliquant qu'aux termes de la loi sur la Défense, tout citoyen namibien qui s'implique dans la guerre d'un pays tiers sans l'approbation du gouvernement devient un criminel.

 

M. Grimes avait affirmé mercredi que sa compagnie avait mis au point ses opérations en Namibie avec l'approbation des ministères de la Sécurité, Travail ainsi que de l'Industrie et du Commerce.

 

“L'implication des Etats-Unis d'Amérique en Irak n'a jamais été sanctionnée ou soutenue par un accord international et ne peut, par conséquent, être appuyée par la Namibie”, a encore indiqué Mme Nandi-Ndaitwah.

 L'article 96 de la Constitution de la Namibie, qui traite des Relations extérieures, pose des principes tels que ceux de la politique de non-alignement du gouvernement, de la promotion de la coopération, de la paix et de la sécurité internationales et du règlement des conflits internationaux par des voies pacifiques.  “Il en est de même du conflit en Irak et, par conséquent, le gouvernement ne peut permettre à ses citoyens de s'impliquer dans cette guerre", a déclaré la ministre.  Elle a ensuite mis en garde tous ceux qui seraient tentés de se porter volontaires pour s'impliquer dans des pays déchirés par la guerre, leur expliquant qu'ils risquaient tout simplement d'être déchus de leur citoyenneté.   ( 2)  En espérant qu’à l’avenir elle ne réapparaissent pas par l’intermédiaire de sociétés sous traitantes … après tout , elles  ‘ fonctionnent ‘ quand même …comme des ‘  entreprises ‘… 

23/09/2007

Les liaisons dangereuses de BlackWater and Co

Il me plait aux travers d’extraits de quelques articles de presse d’établir une corrélation entre les différents antagonistes que sont ( en principe )  l’état , l’armée , le privé , la mafia , les paramilitaires et  le mercenariat… lisez plutôt…

….’ samedi 22 septembre 2007, mis à jour à 10:00 AFP

Blackwater sous le coup d'une enquête aux Etats-Unis Reuters

La société de sécurité américaine Blackwater, soupçonnée d'avoir livré des armes en Irak sans les autorisations nécessaires, fait l'objet d'une enquête confiée au parquet de Caroline du Nord, rapporte samedi le quotidien News & Observer.Deux salariés de la firme (de  paramilitaires !!! Ndr)  , qui ont plaidé coupable, coopèrent à cette enquête, précise-t-il.Un millier d'agents ( Re -  paramilitaires !!! Ndr) chargés d'assurer la sécurité du personnel diplomatique américain travaillent en Irak pour le compte de la compagnie basée à Moyock, en Caroline du Nord.Une fusillade impliquant plusieurs agents de Blackwater a fait onze morts, dimanche à Bagdad, et Nouri Al Maliki, chef du gouvernement irakien, a invité l'ambassade des Etats-Unis à se passer de ses services.Selon le Washington Post, les enquêteurs que Bagdad a chargé de faire la lumière sur cette fusillade s'intéressent à six autres incidents ayant fait une dizaine de morts au total, dans lesquels des membres de l'entreprise seraient impliqués ( 1 ) …’ ‘ ... Pendant ce temps, en Colombie, chaque fois on en sait un peu plus sur les paiements « piqures » ou « péages » des entreprises étrangères, et mêmes nationales ( 2 ) , des groupes paramilitaires responsables du meurtre de milliers des personnes et de la disparition de tant d'autres. Bien que les entreprises n’aient pas toutes  agi de la même manière ,  beaucoup  ont profité de leur  relation avec les paramilitaires pour leurs basses œuvres…’  ‘ … La multinationale s'appelle Drummond. Le procès pour avoir "aidé et protégé" les assassins des syndicalistes commencera le 14 mai à Atlanta et a une particularité. L'accusation se base sur une loi pour des crimes commis hors du territoire des Etats-Unis et c'est la première depuis plus de 200 ans qu'une plainte basée sur cette loi est retenue aux Etats-Unis. Le but originel de la loi, qui date de 1789, était, et est toujours, de poursuivre des actes de piraterie…’ ‘…De fait, Drummond n'est pas la seule multinationale du pays qui fait face à des plaintes aux Etats-Unis basées sur la loi de piraterie. Coca Cola a un procès pour avoir utilisé les paramilitaires pour réprimer des activités syndicales dans deux de ses usines de mise en bouteille. Entre 1992 et 2001, sept syndicalistes de ces usines ont été assassinés par les paramilitaires.  La compagnie pétrolière Oxy a été traduite en justice en 2003 pour sa responsabilité présumée dans un massacre dans la ville de Santo Domingo, en Colombie, en 1998. Dyncorp, en revanche, a été accusée d'arroser avec des substances toxiques les paysans à la frontière entre la Colombie et l'Équateur dans le cadre du programme d'éradication de plantations de coca…’  ‘…Sans oublier le cas de la compagnie bananière Chiquita Brands , héritière directe de l'United Fruits qui avait orchestré avec la CIA le coup d'État contre [le président] Jacobo Arbenz au Guatemala en 1954. Chiquita a admis des versements faits aux paramilitaires de l'AUC après que l'AUC ait été déclarée organisation terroriste par les Etats-Unis en 2002. En outre, quatre trafiquants colombiens ont été emprisonnés pour avoir probablement utilisé une filiale de Chiquita ( BANADEX )  pour faire passer en contrebande 3.400 fusils mitrailleurs AK 47 [Kalachnikov] et un chargement de munitions qui ont terminé dans les mains des paramilitaires. La multinationale est parvenue à un accord avec le Département de Justice des Etats-Unis, a vendu ses plantations en Colombie et a payé une amende de 25 millions de dollars. En Colombie l'accord a été appelé "tue et paye". La Justice colombienne attend que le dossier soit clos au 1º juin [2007] pour demander l'extradition de six chefs d'entreprise de Chiquita qui se sont refugiés aux Etats-Unis ( 3 ) . La loi de piraterie inquiète déjà les chefs d'entreprise étasuniens. "Les pères de la patrie auraient des frissons s'ils savaient qu'on utilise l'ATCA pour frapper des entreprises étasuniennes pour des actes commis dans des pays étrangers qu'ils ne peuvent pas contrôler", a déclaré au Miami Herald John Murphy, vice-président des affaires internationales de la Chambre de Commerce des Etats-Unis. Murphy a des raisons de se préoccuper. L'activité de Coca Cola en Colombie lui a valu un boycott dans plusieurs universités des Etats-Unis et d'Europe, groupées sous le slogan "boire du Coca Cola tue".  ( 1 ) ‘…Malgré son rôle central, Blackwater avait largement opéré dans l’ombre, jusqu’à ce qu’elle ait droit aux feux de la rampe lorsque, le 31 mars 2004, quatre de ses soldats privés en Irak furent tués dans une embuscade à Falloujah. Une foule déchaînée brûla les corps et les traîna dans les rues de la ville, puis en pendit deux à un pont sur  l’Euphrate. Cela marqua un tournant décisif dans la guerre d’Irak. Les forces US firent le siège de Falloujah quelques jours plus tard, tuant des centaines de gens et en déplaçant des milliers d’autres, enflammant la résistance irakienne acharnée qui harcèle les forces d’occupation jusqu’à ce jour. Pour la plupart des Américains, ce fut la première fois qu’ils entendirent parler de soldats privés…( SMP …) ( 2 ) …’ Petro Urrego a insisté sur le fait que, Álvaro Uribe Vélez étant le président de la Nation, il devait « expliquer à toute la Colombie ce qui s'est passé avec le procès judiciaire mené contre son frère qui le liait directement au paramilitarisme et à des délits de lèse humanité.... ». Le parlementaire a également dénoncé le fait que trois parents du président colombien, dont deux cousins germains, ont dirigé un autre groupe paramilitaire connu sous le nom de 'Los Erre', suspecté d'avoir assassiné cinquante autres personnes dans différentes municipalités d'Antioquia. Ces proches ont été condamnés en première instance et ont été en prison pendant près d'un an, jusqu'à ce qu'un juge d'appel ne les remette en liberté et archive le dossier parce qu'il a considéré qu'il n'y avait pas de preuves suffisantes contre les accusés. Les parents du mandataire sont Carlos Alberto Vélez Ochoa, Juan Diego Vélez Ochoa et Mario Vélez Ochoa, et sont aussi parents du clan des capos Ochoa. « Je reproche à Uribe, sachant que des parents directs étaient accusés de paramilitarisme, d'avoir osé faire voter une loi qui déclare l'impunité pour les paramilitaires... », furent les mots accusateurs lancés par Petro Urrego au cours de cette session du Congrès colombien qui s'est terminée par l'approbation de ladite 'Loi de Justice et Paix' qui confère un statut politique aux narcoparamilitaires « en négociation » avec le gouvernement du président Uribe Vélez. Cette loi favoriserait ses proches.  Enfin, le 4 décembre 2006, dans des déclarations à la W Radio de Bogotá, le président Uribe Vélez a dû reconnaître que son frère a bien été l'objet d'une enquête pour son implication dans le paramilitarisme…’  ( 3 ) de  ‘ El Correo ‘  … ‘ Un tribunal fédéral a accepté ce lundi un accord entre le Département de la Justice et Chiquita Brands International Inc. qui impose une amende de 25 millions de dollars à la compagnie pour les versements qu'elle a effectués à des groupes "narcoterroristes" en Colombie, selon l'expression du juge. Bien que le montant soit élevé, le jugement laisse un goût profond d'impunité puisque l'accord stipule qu'aucun des dirigeants de la compagnie n'ira en prison. Et plus encore : la justice a protégé les dirigeants qui ont donné l'argent aux 'para' (paramilitaires) après avoir bloqué la possibilité leurs noms soient connus. Ils ne seront pas l'objet de poursuites pénales. Cela signifie que les identités des personnes qui ont financé les 'paramilitaires ' - comme il a été vérifié dans le procès - qui l'ont fait même après les attentats aux Tours Jumelles quand les AUC étaient déjà considérés comme un groupe terroriste, resteront secrètes Plusieurs éditorialistes étasuniens ont considéré qu'une décision semblable est "scandaleuse" puisque n'importe qui peut apporter de l'argent à un groupe terroriste et "simplement après parvenir à un accord économique" qui lui permettent l'impunité…’  ….pour terminer …mon article du blog  le  21-02-2007, ‘…et puis ,  si je comprend bien.. La dénonciation à l’époque ,  de Mme Betancourt sur la corruption galopante en Colombie et ses imbrications –état – privé – risquait  en fin de parcourt de dénoncer aussi les liens étroits entre le Gouvernement U.S et ses accointances avec les milieux privés mêlés eux même indirectement ( SMP , AUC ) aux Mafia.qui  elles mêmes ont l’opportunités de réintégrer  le marché par l’intermédiaire des paradis fiscaux ou tout simplement par le circuit des banques ( scandale de la Riggs Bank .. blanchisseuse des dictateurs..monde diplomatique de Aout 2005)  Quid de la Mondialisation ??De la globalisation ? De la main invisible du marché ?( En fait la guerre  ‘ contrôlée et partout  pour alimenter les coupons d’actionnaires ?  )  .et des projets belliqueux comme débauchés ? style de ceux  de l’administration Bush (  Ou d’Israël sans doute avant .. ) …’   A peluch’ !