20/11/2008

Quand les français endettés ne font plus crédit à l’info économique !

Dans le Figaro de ce matin , extrait :’… Les trois quarts des Français jugent que l'information économique n'est «ni accessible, ni compréhensible».

 

‘…Les Français - surtout les jeunes - sont persuadés qu'ils comprendraient mieux le monde actuel et réussiraient mieux dans la vie s'ils comprenaient mieux l'économie. C'est l'enseignement d'un sondage TNS Sofres publié mercredi pour le Conseil de la diffusion de la culture économique (Codice), en vue des Journées de l'économie qui se tiennent la semaine prochaine à Lyon…’’

Que voilà une bonne résolution après la Console de jeu , la presse à ‘ sensation ‘ ou les émissions TV people en haute définition insipide  , voilà que les français semblent se  réveiller un peu sur le plan politique , car c’est un fait ,  s’inquiéter de l’économique à pour corolaires de s’inquiéter  des milles et une choses qui font fonctionner la société à laquelle ils pensaient jusqu’il y a peu participer …Et la réputation révolutionnaire historique des français pourrait être le signe de grands  changements dans un proche avenir !  

Ce qui est vrai pour les français, l’est aussi pour les peuples du monde !

 Car se réapproprier la chose politique, c’est se réapproprier ( un peu ) la conduite des affaires du monde , surtout si Mr Le Marché ( derrière lequel se cache trop de banksters ) se plante comme il est en train de le faire ! Non ?

À peluch’ !

           

11:45 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise, economie |  Facebook |

07/02/2008

De la société en ...général...?

Extrait de ‘’ Nouvelle Solidarité ‘’

…’’ - Présenté comme « une autre affaire qui embarrasse la Société Générale »,

 le journal satirique Bakchich.info révèle que fin décembre 2007, après plus d’un an d’enquête, la section anti-fraude de la banque a « relevé de curieuses anomalies concernant le fonctionnement de près de 900 comptes bancaires ouverts dans des agences parisiennes et en Ile-de-France » par où transitaient des centaines de millions d’euros d’origine douteuse investi par la suite dans des projets immobiliers de grande ampleur à Paris ou sur la Côte d’Azur. Au centre du dispositif, un groupe investissant dans la pierre, contrôlé par deux frères dans l’orbite des oligarques milliardaires russes basés à Londres, connus comme la « nébuleuse Eltsine » : Roman Abramovitch, Oleg Deripaska et Lev Tchernoy.

Bakchich.info  : « d’effrontés journalistes ont voulu associer ces deux frères à la mafia. Pour des businessmen qui recourent aux services des plus grands cabinets d’avocats de Londres, Genève et Paris, quelle insolence ! »

La Société Générale a donc, en décembre 2007, adressée une déclaration de soupçon de blanchiment circonstancié à Tracfin, le service anti-blanchiment de Bercy. Selon Le Parisien d’hier, Tracfin aurait, de son côté, « d’ores et déjà » déclenché une enquête.

Les enquêteurs de la Société Générale auraient identifié le circuit de blanchiment des millions douteux.

Selon Bakchich.info, « les fonds transitant sur les comptes bancaires n’ont pas suivi non plus un parcours très clair. L’argent arrivait du Luxembourg après être passé aux Pays-Bas, au nom de sociétés dont les ayant droits ne sont pas toujours ceux qu’on croit. Le Luxembourg et les Pays-Bas appartiennent à l’UE et sont intégrés au Gafi (le groupe de travail des pays industrialisés sur le blanchiment), mais la transparence y reste, encore aujourd’hui, un concept assez élastique. Et nos amis milliardaires ont un goût prononcé pour les sociétés off-shore aux Bermudes, au Luxembourg, en Suisse... »

Si avant, tous les chemins conduisaient à Rome, ils mènent désormais à Londres.

J’ajouterai juste à cet article , que ces mêmes ‘ malversations ‘ ont quand même pour les communs  consommateurs  que nous sommes des conséquences sur le prix du loyer ou le prix de l’immobilier devenu inabordable entre temps  pour la plupart d’entre nous et ce à cause de l’existence de tout ces ‘ trafics mafieux ‘ transitant par des paradis fiscaux …

Non ?

A peluch’

03/02/2008

J’ai caché mes bouquins …

Huxley et Orwell  se retournent dans leur tombe

   Car pis que quatre vingt quatre  ou Meilleur des mondes

      Se réveille soudain face à cette  odeur immonde …

         Ferrat a son  C4 et internet sa tombe !!

J’ai caché mes bouquins , mes fichiers et mon vin

   Je me suis connecté ..loin …de se monde inhumain

      Mes oreilles souffrent trop de ces vils propagandes

         Comme mes yeux  se plissent  face à ces  noires  harangues

            Mes doigts gribouillent anxieux sur mille feuilles de papier

                Un peu de vérité  vraie …autre que celle falsifiée

J’ai caché mes bouquins , ma haine et mes chagrins

   Ma haine du mensonge pour de beaux lendemains

      Mon chagrin  pour ces veules qui tracent mon destin

         Bref  pour tout ce qui fut mis en place dès 1980…

                          Comme le fut   ce progrès engendrant ces crétins  

          J’ai caché mes bouquins , ma peur et mes idées

              Ma peur pour ces engins qui ne peuvent fonctionner

                 Malgré ces milliards  perdus  pour les réaliser

                    Que mes idées pour demain ne se nucléarisent

                        Pendant trente mille ans , là ça m’électrise !

         J’ai caché mes bouquins , et de folie juste un brin …

              Et j’arrose ces graines  qui poussent  comme l’espoir

           Plus haut … plus fort demain… et ce … malgré ce noir

           Pour des milliards de rires …  sur des visages humains !

22:24 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, poesie, crash, economie |  Facebook |

11/11/2007

Le détecteur de mensonge SFAS157…

À partir du 15 novembre , date à laquelle un ‘ nouvel outil’ à destination du contrôle renforcé des banques prendra effet de manière non contraignante , mais l’obligation aux banques de déclarer quelles parts d’actifs financiers et dans quel domaine sera , en réalité vraiment effective le 28 février 2008. 

Face à cette impasse vis-à-vis de ‘ l’ interprétation’ très personnelle des banques concernant leur implication dans des transactions douteuses, voir catastrophiques  ,  Merrill Lynch prenant les devant de la lois a  passé par pertes et profits 8,4 milliards de dollars dans ses affaires de prêts hypothécaires "subprime", un chiffre qui a été révisé car la nouvelle règle comptable aux Etats-Unis   SFAS157 )  contraint  les banques à diviser leurs actifs commercialisables en trois "niveaux", selon qu'il est facile ou non de fixer un prix de marché pour ces actifs.

Les actifs de Niveau 1 ont des prix cotés sur les marchés.

La frontière entre le Niveau 2 et le Niveau 3 est floue et il est sans aucun doute dans l'intérêt des banques de classer autant d'actifs que possible au Niveau 2  (  là où les analystes ne s'en préoccuperont pas  )  

A l'autre extrémité, au Niveau 3, les actifs sont déterminer selon les critères (  souvent farfelus…)  de la seule banque concerné  et là ils sont trop souvent surévalués,  car cette appréciation permet de distribuer des bonus ( stock option..) à partir de chiffres fantaisiste avec par exemple en période favorable ,  Goldman Sachs et Merrill Lynch ont toutes deux fait des profits ( malhonnêtes ! )  de plus d'un milliard de dollars ( 1 )  sur leurs avoirs en actifs de Niveau 3 au cours du premier semestre de 2007 ( combien d’autres milliards depuis que cette supercherie existe ?..)

Les crédits subprime qui, estime-t-on, ont causé des pertes de 400 à 500 milliards de dollars sur l'ensemble du marché (mais une seule fraction de cette somme à Wall Street) n'ont été que les premiers désastres d'actifs de Niveau 3 à faire surface. Le potentiel de pertes supplémentaires reste… immense parmi les actifs dont la valeur n'a jamais eu , en fait , de base solide.

La réalité chiffrée de manière moins approximatives des avoirs des banques risque de nous dévoiler des chiffres jusqu’à dix fois supérieurs !!! Alors ? fuite en avant ?

Spéculation sur les matières premières … , pétrole où autres…et  ‘ entreprise ‘ guerrière ( Iran …) pour permettre  aux  plus grandes banques de se ‘refaire’ ainsi que leur reconversion ailleurs ?

 

Plutôt catastrophique la gestion ultralibérale de l’économie mondiale  …Non ?

 

A peluch’

 ( 1 ) milliards ( bien réels eux ! ! ) qui iront rejoindre le parasitage de l’économie avec des rachat d’actions dans les matières 1ères où autres placement juteux…

18/09/2007

Retour vers le futur …1984…

Il ne se passe plus un jour sans qu’une ou l’autre mauvais nouvelle économique ou autre bruit  de bottes fassent la une de l’info aussitôt suivie d’une contre info , mais il est évident que le système économique actuel montre de plus en plus des signes de… moribond.       Il est en outre,  de plus en plus évident que la puissance du dollar qui reposait  essentiellement sur les transactions pétrolières libellées en son nom est remise  gravement en cause. Les acheteurs qui  étaient obligés jusqu’alors de négocier avec cette monnaie modifient leur stratégie, à l’instar de l’Iran et du Venezuela qui  utilisent de plus en plus d’autres monnaies dans leurs transactions. De même, en juillet dernier, l’Iran et le Japon qui ont redéfinis leurs accords pétroliers afin de remplacer le dollar par le yen.   À partir de la crise du subprime et de l’engagement des banques dans la bulle spéculative et autres ‘  montages exotiques ‘ bien au-delà de leur capacité , révélateurs   de l’état plus qu’exsangue de l’économie US (  voir de l’effondrement imminent  pur et simple du système capitaliste dans son ensemble   ) ,   le dollar n’en finit pas de  s'effondrer face à un euro qui atteint des records historiques, tandis que le court du brut (le dollar est une monnaie basée sur le pétrole) est à son plus haut niveau jamais atteint, dépassant aujourd’hui la barre des …80 dollars.      La guerre à l’Irak pour garder la mainmise sur son pétrole (  et par conséquent le maintien du dollar et de l’économie US ,  et des autres économies capitaliste dépendantes de celle -ci  en général ) comme unique voie à l'époque  , bien que déjà dénoncée comme immorale,  ne serait que le prélude à des actions militaires très proches   qui n’auront aucunes communes mesures avec ce que nous avons connu jusqu’ici , à partir du fait que l’hégémonie des USA et du système qu’il représente  ne seront  jamais  remis en causes par leurs propres instigateurs , ceux –ci ayant choisis depuis longtemps ( avant le 11 septembre …)  la fuite en avant comme unique prérogative et ce pour que perdurent leurs suprématies quels qu’en soit le coût humain , social et politique mondial futur      Sans doute la raison pour laquelle   les lois liberticides ont fleuris partout en occident sous prétexte de lutte contre le terrorisme, mais il est fort à parier que celles –ci serviront avant tout à contenir …les manifestations populaires  économiques et anti-guerres dans un futur proche…   Voilà aujourd’hui mon opinion par rapport à l’actualité , je ne trouve hélas pas encore ne fusse que l’ombre d’un indice pour la modifier  en attendant ( pas du tout serein)  le jour où il nous sera annoncé que tel ou tel autre acte terroriste commis quelque part en Occident est  à mettre sur le compte de l’Iran (par exemple car il y a d’autres ‘ candidats  potentiels ‘ ,  ... Syrie , Pakistan ,   …)   , avec la suite que vous pouvez deviner … Non ?

A peluch’ !

14:57 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usa, irak, iran, economie, crise, dollar, petrole, crash |  Facebook |

17/09/2007

Kouchner de la guerre ?

…M. Kouchner a estimé "qu’il n’y a pas de plus grande crise" à l’heure actuelle (euh ? Il commet un’ péché par omission’  en oubliant la récession très proche de l’économie mondiale …) que celle du programme nucléaire iranien, suspecté de servir de paravent à des activités militaires malgré les démentis de Téhéran……Il a indiqué "qu’aucun signe ne nous permet de penser en dehors des préparations militaires"( sic .., càdire la présence massive d’arsenaux dans le Golfe , l’irruption de chasseur israélien ds le ciel syrien... ) qu’un bombardement américain de l’Iran soit proche. "Je ne crois pas que nous en soyons là" mais il "normal qu’on fasse des plans", a-t-il dit……"Nous avons décidé, pendant que la négociation se poursuit --et elle doit s’amplifier-- de nous préparer à des sanctions éventuelles en dehors des sanctions de l’ONU, qui seraient des sanctions européennes", a-t-il déclaré……Sans attendre ces sanctions supplémentaires, Paris, a-t-il ajouté, a décidé de demander aux grandes entreprises françaises de ne plus investir en Iran, en particulier dans l’important secteur des hydrocarbures, a-t-il dit. Cette démarche a concerné la compagnie pétrolière Total ( qui est servie depuis peu avec le rapprochement effectué avec Chevron pour exploiter le pétrole irakien … ) ainsi que Gaz de France "et d’autres", a-t-il dit…  Fuite en avant guerrière  face à une grave récession qui frappe à nos portes ? Non ? A votre avis ?  À peluch’

08:48 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kouchner, crise, economie, guerre |  Facebook |

06/09/2007

Quand les rapports de guerre à deux sous n’ont guère que des rapports de sous …

Beaucoup de soldats sur les ‘  théâtres d’opérations ‘ ( qui gagnent en une année ce que les gardes privés peuvent gagner en un seul mois  )  disent que leurs homologues devraient être responsables devant une autorité supérieure, comme ils le sont eux-mêmes ainsi ,  plus de 60 soldats américains en Irak ont été traduits devant la cour martiale pour le meurtre de citoyens irakiens.

… Il faut savoir que des firmes de sécurité gagnent plus de 4 milliards de dollars grâce à des contrats gouvernementaux, mais selon le Government Accountability Office (organe de contrôle des dépenses publiques) le gouvernementignore combien de miliciens privés sont engagés par l’Etat et où ils se trouvent. Et les compagnies privées ne sont pas obligées de rapporter les incidents violents impliquant leurs employés (…même si l’insécurité ainsi créée permet des renouvellements de contrat...)

Les gardes de sécurité constituent maintenant presque le 50% du personnel des firmes sous-traitantes engagées en Irak – un nombre qui a augmenté de manière exponentielle depuis l'invasion de 2003, lorsque le Secrétaire à la Défense d'alors, Donald Rumsfeld ( copain et rémunéré par les ‘ reconstructeurs..) , a déclaré que la reconstruction de l'Irak était la priorité. Mais le mouvement insurrectionnel imprévu et des centaines d'attaques terroristes (dont l’origine n’est pas toujours identifiée..) ont poussé le pays dans le chaos, et maintenant, c'est la sécurité (donc les contrats sécuritaires, avec des gains proportionnels aux risques...)  qui est devenue prioritaire.

Le nombre de gardes privés en temps de guerre est sans précédent. Il en va de même pour leurs tâches, dont la plupart étaient traditionnellement effectuées par des soldats. Ils protègent des opérations militaires et des personnalités importantes, y compris le Général David Petraeus, le commandant états-unien à Bagdad. Ils protègent également des dignitaires étrangers en visite et des milliers de sites en construction.

Ils sont parfois mieux armés que les détachements militaires.

Leur présence a également eu un impact sur l'orientation de la guerre. La bataille de Falloudja [décembre 2004] – un assaut militaire manqué dans lequel on estime à 27 le nombre de Marines tués, ainsi qu'un nombre inconnu de civils – a été déclenchée en représailles après qu'une foule d'insurgés aient lynché, mutilé et brûlé quatre gardes de Blackwater [parmi les plus importantes firmes privées états-unienne devant assurer la «sécurité»] dans cette ville.

"…Ces gars sont des agents libres. Ils ne sont soumis à aucune loi. Ils sont des combattants sans uniforme. Personne n’opère un suivi de leurs activités…"

A fin 2004, le Reconstruction Operations Center (ROC , Centre d'Opérations de Reconstruction) a été ouvert à Bagdad. Son objectif était d'enregistrer les déplacements des sous-traitants armés et des troupes militaires dans tout le pays et d'enregistrer les incidents violents. Néanmoins, la participation est… volontaire.

Selon des chefs militaires, le gouvernement devrait exiger ( la  moindre des choses non ? )  que les sous-traitants armés signalent leurs déplacements et leur utilisation d'armes. L'année dernière, des cadres supérieurs de la 3ème Division d'Infanterie à Bagdad ont dit à des auditeurs du GAO [General Accounting Office] en visite, que le manque de coordination continuait à mettre en danger  les vies des soldats et des sous-traitants armés. Ils ont ajouté que des détachements de sécurité privés continuaient à pénétrer dans des zones de combat sans avertissement. Dans certains cas, des officiers militaires se sont plaints de n'avoir aucun moyen de communiquer avec les détachements de sécurité privés.

Beaucoup de grandes compagnies de sécurité prétendent que leurs gardes se coordonnent avec le ROC, et déposent des rapports des épisodes de fusillades. Mais les auditeurs du gouvernement en Irak ont rapporté l'année dernière que certains des sous-traitants armés disaient qu'ils avaient cessé de signaler de telles fusillades, parce qu'elles avaient lieu tellement souvent qu'il était impossible de faire des rapports pour chaque épisode.

Dangereuse époque ?( 1 )  N’est –il pas ?

A peluch’ !

( 1 ) Il est intéressant de noter que en 1997, avec Donald Rumsfeld , Dick Cheney  et d’autres  fondent  le think tank PNAC (Project for the New American Century) - « Projet pour un nouveau siècle américain » - dont le but est de promouvoir le leadership global des États-Unis au XXIe siècle.

 En 1998, Cheney  est un des signataires d'une lettre adressée à Bill Clinton pour demander le renversement de Saddam Hussein en Irak.

 En 2000, Cheney se choisit lui même pour être candidat républicain à la vice-présidence au côté de George W. Bush sous l'instigation de ce dernier, démissionne de ses fonctions à Halliburton. La même année, Cheney rejoint comme membre , le Conseil consultatif du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA) (Source Web).

En janvier 2001, il devient vice-président des États-Unis.

 …Cet article s'intitule "Cheney parie sur les mauvaises nouvelles" et nous explique où Cheney s'est dépêché de planquer plus de 25 millions de dollars [env. 18 millions d'Euros]. Alors que ces chiffres ne sont peut-être que des estimations, les investissements, eux, sont bien réels. Selon Tom Blackburn du Palm Beach Post, Cheney a investi lourdement dans "un fonds spécialisé en obligations municipales à court-terme, dans un fonds de liquidités exempté de taxes et dans un fonds de titres protégé de l'inflation. Les deux premiers résistent à l'inflation grâce à des taux d'intérêts qui s'ajustent. Le troisième est protégé contre l'inflation".

 Cheney a déversé 10 à 25 autres millions de dollars (estimation) dans un fonds obligataire européen, ce qui montre qu'il compte sur la baisse continue du dollar. Donc, pendant que la classe des travailleurs américains perd du terrain vis-à-vis de l'inflation et de l'augmentation des prix de l'énergie, la fortune de "Darth" Cheney continuera de croître dans la "Vieille Europe". Ainsi que Blackburn le fait sagement remarquer, "Les mauvaises nouvelles ne sont pas toutes mauvaises pour tous".

 ..’Ceci devrait mettre un terme une bonne fois pour toutes à la notion ridicule selon laquelle le "Plan Economique de Bush" n'a rien à voir avec une escroquerie dont le but est de piller les caisses publiques. Toute cette affaire est destinée à transférer la richesse de la nation d'une classe vers l'autre. Il est tout aussi clair que Bush et Cheney( et d’autres…)  n'auraient pas pu mener cela à bien sans l'approbation tacite des voleurs de la Réserve Fédérale qui ont mis au point le projet futile des faibles taux d'intérêt pour endormir les Américains pendant qu'ils leurs faisaient les poches…’

 

09:23 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cheney, rumfield, usa, guerre, irak, economie |  Facebook |