18/07/2008

L’hymne migration l’ex… ode à la joie !

Par ses lois l’occident s’emploie dit –il,  à faire  mieux vivre le monde…

Dans une soi disant …‘ humanité ‘ …

Mais les misères qu’elles engendrent  ne sont que  masques  qui tombent…

En enfantant   trop  …d’inhumanité…

 Alain

 … Dans la région d’Alméria, en Andalousie, grâce aux fonds européens votés par les politiques (  complices des lobbies à la recherchent de profits maximums …)  les agriculteurs espagnols ont érigé 45 000 hectares de serres où des travailleurs immigrés récoltent, chaque jour, des tomates que l’on trouve le lendemain sur le marché de Dakar à moitié prix de celui proposé par le « paysan sénégalais », qui ruiné et contraint de cesse de  cultiver ,  va rejoindre la cohorte de ses semblables dans les bidonvilles de la capitale avec comme seul et mince espoir  celui  de trouver un réseau de passeurs  mafieux qui lui permettra  peut être de partir un jour et ce , souvent au péril de sa vie … pour… Alméria où,…tout en  concurrençant  le travailleur autochtone  … dans des conditions de vie et de travail épouvantables, il cueillera des tomates mûres…pour le plus grand profit des multinationales vendeuses de tomates mûres …

Tout est dans ces quelques phrases, le rôle primordial des lobbies, des grands groupes transnationaux dans l’orientation politiques du monde au détriment de la majorité de ses habitants...oui, de la majorité de ses habitants ! Car s’il est certain que les immigrés souffrent davantage que les autochtones déjà, ces derniers ne sont plus  à l’abri... de rien...

En effet, de plus en plus les états se départissent de leurs autonomies et ce à l’échelle de continents ! Le  Traité de Lisbonne pour l’Europe, l’OMC et son cycle de Doha …, avec son alter ego qu’est  l’AGCS, Le plan Colombie …(1) voilà pour les quelques exemples …

 Sachant donc, que les 500 plus puissantes multinationales  ont contrôlé de ‘ diverse manières ‘ l'an passé 52 % du produit mondial brut,… c'est-à-dire de toutes les richesses produites sur la planète …, l'inhumanité de l'ordre du monde ne serait –elle pas  engendrée par l'emprise  des entreprises transcontinentales privées, dirigées par des cosmocrates à leur solde ?

 De même que l’hégémonie du dollar sur la planète terre n’est –elle pas la raison principale des guerres qu’elle engendre pour maintenir les transactions internationales  dans cette monnaie et par là même les politiques ultralibérales qu’elle permet d’appliquer au travers des multiples institutions citées  précédemment ?

 Ainsi , dans mes exemples je citais le plan Colombie (  stratégie militaire financée par les Etats-Unis) , celui –ci sous prétexte de lutter contre les incursions de la guérilla, mais en fait surtout pour pouvoir exercer le contrôle économique et politique de certaines riches régions du pays( en terre et matières premières ) , fut créé …en 1977…déjà !!!

 Les chiffres de déplacés atteignirent alors des sommets inégalés précédemment. Bombardements, arrestations massives, criminalisation des mouvements sociaux, forte présence militaire dans certaines régions permettent de comprendre un tel accroissement.de personnes déplacées depuis lors les chiffres diminuent, tout en restant élevés. Cela s´explique par le fait que d´immenses extensions de terres ont déjà été vidées de leurs populations et que les besoins… des multinationales … ne sont plus aussi grands.

 Le gouvernement colombien ayant par ailleurs  promu une législation qui légalise les expropriations des déplacés et assure l´impunité des nouveaux propriétaires avec des lois comme celle  de développement rural, de justice et paix,  des mines,  du pétrole ou autres lois complices rendant la réalisation de profits maximum pour les nouveaux propriétaires donc mais surtout pour les …multinationales... qui enrichies davantage ‘ grâce’ aux produits de ces vols criminels continueront jusqu’à ce jour à exploiter les autres populations du monde en ‘ téléguidant ‘ les politiques des grandes institutions internationales à leur solde …( AGCS , FMI , OCDE …)….

Déjà , donc , dès 1977 l’ordre et l’avancée du monde était faussé pour la majorité des peuples , d’autant plus que les programmes des partis de gauches  ne se distinguaient plus que dans la forme par rapport à ceux de la droite , ceux –ci s’éloignant de plus en plus de l’engagement militant afin de ‘ratisser large’ et de vivre du revenu d’élu .. sans plus , quand aux syndicats occidentaux  , leurs revendications et leur positions furent amoindries au fur et à mesure que les grandes entreprises minières ,  sidérurgiques et étatiques disparaissaient du paysages économiques de nos pays, l’effondrement d’autres modèles comme l’URSS et le mur de Berlin y contribua également …

Il en résultat la naissance du crédo ultra libéral …,  la mondialisation…,  avec son arsenal d’institutions  prêt à acculer tout les peuples du monde face à son dictat …dut-il passé pour cela par des prétextes fallacieux comme le ‘choc des civilisations ‘ ou autre ‘ lutte contre le terrorisme ‘pour contrer les derniers remparts de pays insoumis qui empêcheraient  les personnes qui pilotent ces projets et qui  n’ont somme toute que pour finalité …une dictature mondiale du monde qui les serviraient eux …mais qui ne porte pas encore ce nom …

 Dans la série "Relisons nos classiques", ce texte de Martin Niemöller, ce pasteur protestant, arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen puis transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau, où il écrivit ces lignes que vous devez connaître…

«Quand ils sont venus chercher les communistes,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas catholique.

Quand ils sont venus chercher le travailleur étranger illégal

Je n’ai rien dit 

Je n’étais pas travailleur étranger illégal   (mon ajout)

Puis ils sont venus me chercher

Et il ne restait personne pour protester

 Si ?

À peluch’ !

13/04/2008

La bourse ou la mie ? !

Mme Lagarde a donc fait valoir récemment que traiter la crise financière était la manière qui convient  de résoudre pour partie cette envolée des prix alimentaires. "Traitons la crise financière et on fera disparaître une partie de la pression( 1 )  qui s'exerce" sur les prix alimentaires, a-t-elle assuré.Mais que dévoilent donc ces paroles ? Parlons du FMI …

 

Le FMI est gouverné par ses 185 pays membres, chacun ayant une voix pondérée par sa participation financière à l’organisation (sa « quote-part »). Il prend de nombreuses décisions en concertation avec la Banque mondiale au sein du « Comité de développement ». Sa gestion courante est confiée à un conseil d’administration composé du président de l’organisation et de 24 administrateurs représentant chacun une nation. 8 d’entre elles ont un représentant permanent (États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Japon, Chine, Russie et Arabie saoudite), les 16 autres sont élus par les pays membres. La plupart des décisions sont prises dans les faits à l’unanimité. Cependant, compte tenu des modalités de prise de décision au sein du FMI, qui supposent une majorité qualifiée correspondant à 85 % des droits de vote, les États-Unis, ou l’Union européenne dans son ensemble, disposent de fait d'un droit de veto sur les décisions du FMI puisqu'ils disposent chacun de plus de 15 % des droits de vote. Cependant, les pays de l’UE ne sont pas toujours coordonnées ( sauf quand les intérêts de leurs grands groupes financiers ou industriels sont menacés  comme maintenant ! . ..ndr )    Les ressources du FMI liées aux quotes-parts sont d’environ 210 milliards de DTS (soit 300 milliards de dollars américains), auxquels s’ajoute la possibilité pour le FMI de recourir à des emprunts envers les grandes puissances économiques (ces crédits sont de l’ordre de 50 milliards de dollars), auxquels il faut encore  ajouter le produit de la vente récente de 400 tonnes d’or …   La répartition des droits de vote pose pour certains la question de l'équité du FMI : dans La Grande Désillusion, l'économiste américain Joseph Stieglitz fait par exemple du FMI une institution au service de son principal actionnaire, les États-Unis. Sa critique met régulièrement en lumière la partialité du FMI qui risque d'entraîner le déclin de cette institution : « si l'analyse des déséquilibres mondiaux par le FMI n'est pas équitable, si le Fonds n'identifie pas les États-Unis comme étant le principal coupable, s'il ne concentre pas son attention sur la nécessité de réduire le déficit budgétaire américain par des impôts plus élevés pour les citoyens les plus riches et de dépenses plus faibles en matière de défense, la pertinence du FMI risque fort de décliner au cours du XXIe siècle »( 2 )   

Quand à Jean Ziegler , au travers de son nouvel essai, L'Empire de la honte (Fayard), qui paraît le 10 mars, le sociologue et intellectuel subversif genevois - aujourd'hui rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation de la commission de l'ONU pour les droits de l'homme - part à l'attaque des "sociétés transcontinentales privées".…«  Accusées d'entretenir la famine, de détruire la nature et de subvertir la démocratie, elles étendent leur emprise sur le monde et veulent réduire à néant les conquêtes des Lumières. Pour leur résister, il faut retrouver l'esprit de la Révolution française et relever la tête, comme le fait déjà au Brésil le président Lula da Silva. L'empire de la honte? Ce pourrait être cette emprise généralisée du sentiment de honte provoqué par l'inhumanité de l'ordre du monde. En fait, il désigne l'empire des entreprises transcontinentales privées, dirigées par les cosmocrates.

Les 500 plus puissantes d'entre elles ont contrôlé l'an passé 52 % du produit mondial brut, c'est-à-dire de toutes les richesses produites sur la planète .

Dans votre livre, vous parlez d'une "violence structurelle". Qu'entendez-vous par là ? Jean Ziegler : Dans l'empire de la honte, gouverné par la rareté organisée, la guerre n'est plus épisodique, elle est permanente. Elle ne constitue plus une crise, une pathologie, mais la normalité. Elle n'équivaut plus à l'éclipse de la raison - comme le disait Horkheimer -, elle est raison d'être même de l'empire. Les seigneurs de la guerre économique ont mis la planète en coupe réglée. Ils attaquent le pouvoir normatif des Etats, contestent la souveraineté populaire, subvertissent la démocratie, ravagent la nature, détruisent les hommes et leurs libertés. La libéralisation de l'économie, la "main invisible" du marché sont leur cosmogonie ; la maximalisation du profit, leur pratique. J'appelle violence structurelle cette pratique et cette cosmogonie. Vous parlez également d'une "agonie du droit". Que veut dire cette formule? Jean Ziegler : Désormais, la guerre préventive sans fin, l'agressivité permanente des seigneurs, l'arbitraire, la violence structurelle règnent sans entraves. La plupart des barrières du droit international s'effondrent. L'ONU elle-même est exsangue. Les cosmocrates sont au-dessus de toute loi. Mon livre fait le récit de l'effondrement du droit international, citant de nombreux exemples tirés directement de mon expérience de rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation. Vous qualifiez la famine d'"arme de destruction massive". Quelles solutions préconisez-vous? Jean Ziegler : Avec la dette, la faim est l'arme de destruction massive qui sert aux cosmocrates à broyer - et à exploiter - les peuples, notamment dans l'hémisphère Sud. Un ensemble complexe de mesures, immédiatement réalisable et que je décris dans le livre, pourrait rapidement mettre un terme à la faim. Il est impossible de les résumer en une phrase. Une chose est certaine : l'agriculture mondiale, dans l'état actuel de sa productivité, pourrait nourrir le double de l'humanité d'aujourd'hui. Il n'existe donc aucune fatalité: la faim est faite de main d'homme. »     Le problème devient immoral surtout,  dans la mesure ou les grandes banques Occidentales ( US pour la plupart …) sont en grandes difficultés pour avoir jouer à l’économie casino et que le FMI par l’intermédiaire du socialiste ( ? ) Strauss Khan suggère dans ses mesures pour rétablir la confiance de racheter les crédits pourris de celles –ci avec ses fonds propres  mais surtout aussi avec l’argent public  emprunter auprès des pays membres...donc de leur populations , lesquels pour la plupart ont été victimes de ces  mêmes banques que Khan suggère de renflouer  !!   Mais le problème devient dangereux par contre,  si on y ajoute l’autre commentaire de ce même  Strauss Khan qui menace « "Des centaines de milliers de personnes vont mourir de faim... ce qui entraînera des cassures dans l'environnement économique", a-t-il mis en garde. …Les progrès réalisés par les pays pauvres depuis cinq à dix ans en matière de développement pourraient se retrouver "complètement détruits", a-t-il dit, en soulignant que ce problème dépassait le cadre strict des préoccupations humanitaires. "Comme nous le savons, en apprenant du passé, ce type de problèmes débouche quelques fois sur la guerre". Si le monde veut éviter "ces terribles conséquences", la hausse des prix doit être endiguée… » (3)

Ce message sous  forme  de chantage à peine voilé est clair ! Soit tout les pays concourent au sauvetage du système (qui les exploitent (4) ou à défaut …l’autre forme politique pour préserver le système capitaliste ,  en train de s’effondrer ,  risque de renaitre  …             

La guerre !   Inquiétant ? Non ?            A peluch’ !   (1) la pression est la spéculation qui s’exerce sur les prix des matières premières(en plus des  problèmes  liés  aux biocarburants, à la pollution des sols …), les détenteurs de  capitaux fuyant le marché des actions en disgrâce pour le moment...,  auquel il faut ajouter l'inflation qui exerce une autre pression sur le pouvoir d'achat des gens ...  (2) source : Wikipédia + Le nouveau directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, cherche à profiter de la crise financière pour tenter de remettre au centre du jeu mondial cette institution vieillissante et décriée."Le FMI est de retour", a lancé jeudi l'ancien ministre français des Finances, en réponse à la polémique suscitée par les prévisions - jugées excessivement pessimistes par nombre de capitales - de l'institution."Aucune autre institution que le FMI n'est susceptible de travailler sur les liens entre le secteur financier et l'économie réelle", a jugé l'ancien ministre socialiste, qui présidait pour la première fois ce week-end l'assemblée semestrielle du Fonds, à Washington."Or c'est bien de cela qu'il est question aujourd'hui", a-t-il dit, en peignant le sombre tableau d'une économie mondiale prise entre "le gel" de la croissance et "le feu" de l'inflation."La crise des subprimes et ses conséquences constituent évidemment une crise mondiale", a-t-il expliqué: "nous avons besoin de plus en plus de surveillance multilatérale".Mais pour assurer pareille mission, le Fonds doit convaincre qu'il jouit d'une autorité suffisante. Aussi le successeur de Rodrigo Rato a-t-il voulu persuader que la réforme des instances de gouvernance du fonds était désormais derrière lui. Et qu'elle était un succès."Le conseil d'administration devait régler cette question et il l'a réglée", a-t-il dit, en référence au projet de transférer un bloc de droits de vote fixé à 2,7 point de pourcentage des pays du Nord (57,9%) et les pays du Sud (42,1%). Et même s'il a de bonnes chances d'être approuvé individuellement par 85% des 185 Etats membres, ce projet de réforme est critiqué par plusieurs experts et organisations spécialisée dans le développement."Les pays industrialisés du G8 disposent encore à eux seuls de près de la moitié des quotes-parts dans les deux institutions, souligne Sébastien Fourmy, de l'organisation non-gouvernementale Oxfam.( WASHINGTON (AFP) - 13/04/2008 )  

(3) RTL info, WASHINGTON (AFP)  ( 13/04/2008 )  

 (4) OCDE , BM  ,lobbies , Traitre de Lisbonne , OTAN , Patriot Act ,        Directive Bolkestein …OMC =  BIRD et l’IDA  l'Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI), la Société financière internationale (SFI), et enfin le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), directive Bolkestein …

16/11/2007

Novembre le mois des crises en thème…

En France ( ou ailleurs ! ) là où en principe le chef de l’état doit montrer l'exemple.. , celui -ci s’octroie une augmentation de salaire de 172´%

..Tandis que la France d’en bas fait face à des « conditions de travail difficile, mal payées  pour preuve le témoignage ( sur France24 ) de ce qui attend de + en + le travailleur français,  comme cet intérimaire journalier dans le déménagement :‘’Je travaille, je suis payé, je ne travaille pas, je ne suis pas payé, et tout cela toujours au smic dans des conditions pas toujours très agréables. ».. Combien de personnes déjà super exploitées dans la restauration , les hôpitaux , les saisonniers , j’en passe … combien avec ce qu’ils gagnent péniblement peuvent seulement survivre , combien de pauvres dans ce pays ? 

      Et les Unif’ en grève … elles ne veulent pas du modèle US .. sans doute parce que celles –ci ne sont qu’un réservoir d’attente avant que l’étudiant ne se lance sur le marché de l’emploi .. précaire… voir de l’emploi occupé par un ‘ immigré’ choisi La France est riche , les choix de ces politiques vont vers ceux qui le sont aussi ( et la gauche est coupable depuis 20 ans d’ y contribuer ! ) Si ceux qui en ont les moyens étaient taxés en proportion de ce qu’ils gagnent , les caisses de l’état permettraient des choix + humains mais vider les caisses est déjà un acte politique.. Danss quel but si ce n’est que de préparer le terrain pour un  modèle de société du style US !

Crise et  ‘ style’ Us parlons en … crise du subprime, la FED qui n’arrête pas de renflouer le circuit bancaire qui déraille de plus en plus  (1)

Crise au sein de l’administration avec Bush qui y va à coup de veto contre les programmes sociaux de ses compatriotes mais demande rallonges sur rallonges pour ‘ sa ‘ guerre en Irak , dont près de la moitié des forces guerrières en place ne sont autres que des mercenaires !!

Crise du pétrole et des matières premières dont les prix manipulés par de grands groupes flambent à tout va ..

Crise à la banque mondiale et au fond monétaire qui doivent trouver une parade aux investissements chinois ou autres grands fonds souverains ( 2 ) envahissant leurs prés carrés …( Afrique ..        Moyen Orient et rachat de sociétés occidentales , le comble ! )  un peu partout dans le monde .

Crise au Liban où les jeux ont depuis trop longtemps été pipés … des personnages comme

Feu Mr Rafic Hariri , puis Fouad Siniora  le ministre des finances des gouvernements successifs qui ont creusé la dette et désormais 1er  ministre controversé du pays ,  pays partitionné en clan mafieux en général …avec Mr Ziad K. Abdelnour qui attend son tour en coulisse … pour le pognon à se faire ..

Crise au Darfour .. en fait crise par-dessus les réserves pétrolières ,  matières ‘ stratégiques ‘ou

le long de divers pipelines …

Crise au Pakistan…, avec le PKK et la Turquie .., crise avec l'Iran malmené par l'occident , ..

Crises… en thème de novembre n’augure rien de bon … Non ?

A peluch’

 

( 1 ) Encore 47,25 milliards hier ( virgule 25.. sic..) soit 121 milliards de dollars depuis le 25 octobre !! Des centaines depuis le 9 Aout …

( 2 ) L'émirat d'Abu Dhabi va prendre, via un fonds à capitaux publics, une participation de 9% dans le deuxième fabricant américain de microprocesseurs, Advanced Micro Devices (AMD). Un investissement d'un montant de 700 millions de dollars qui risque de faire polémique aux Etats-Unis, du fait du caractère stratégique de la société.

Les fonds souverains sont actuellement accusés dans certains milieux de fausser le jeu du marché du fait de leurs actionnariats gouvernementaux et de leurs énormes moyens financiers. Mercredi, le Trésor américain a d'ailleurs demandé au Fonds monétaire international (FMI) et à la Banque mondiale de rédiger un code de bonne conduite pour ces fonds souverains.

11:18 Écrit par Alain dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : crise, pkk, turquie, france, greve, greves, usa, pakistan, bm, fmi, subprime, fed |  Facebook |

10/10/2007

Chinoiseries et autres comptes..

Quand les chinois avec leur énorme réserve de devises investissent ' gagnant – gagnant  ' en RDC  ça fait jaser les institutions vampires and co comme FMI  , OCDE  ou autre BM ( 1 )  … pourtant .. lisez plutôt …

 De  ‘ AMT  [Kinshasa, le 09-10-2007] » A Chaud A propos de milliards de la Chine qui font jaser : Les 5 raisons de Matthieu Kalele pour soutenir l’accord Chine-RDC L’exercice aura été simple pour Matthieu Kalele Kabila, professeur d’Université et président national du Front pour un Nouveau Type de Congolais (FNTC). Jeudi dernier au restaurant El Patio, à quelques pas du Grand Hôtel Kinshasa, il s’est soumis volontiers au jeu de questions et réponses des journalistes. L’occasion lui était tout indiquée d’entrer en profondeur et même d’aller au-delà de la polémique inutilement soulevée autour du contrat de 8,5 milliards USD conclu, il y a peu, entre la Chine et la RDC. Matthieu Kalele voulait particulièrement répondre à une certaine agitation observée sur la scène internationale depuis la signature de ce contrat, il y a peu. D’après lui, il y a des gens qui pensent que la signature d’un contrat d’une telle ampleur remettrait en cause les relations avec les partenaires ‘’traditionnels’’ de la RDC.  Les arguments pour détruire les détracteurs  Primo, l’histoire du Congo. L’ancien ministre des Mines rappelle que la coopération entre la Chine et la RDC est vieille de plus de 39 ans. Elle a pris de l’envol en 1968 quand Mobutu rencontre le grand timonier chinois Mao à Pékin. Pourtant, c’est connu de tous que Mobutu était une fabrication, un suppôt, un valet local de l’impérialisme Us au Congo. Son inféodation à l’Occident n’avait pas empêché à Mobutu de s’imprégner de l’esprit de Yu Kong. Les Zaïrois de l’époque étaient soumis au Salongo chaque samedi. De la Chine, le défunt dictateur ramenait à Kinshasa l’Abacos avec la cuisine chinoise. La coopération ne se limitait là. Il y avait ce qu’on appelle les grands travaux réalisés par les Chinois : Stade des Martyrs, Palais du Peuple, Ferme de la N’Sele, Ferme de Kisanga à Lubumbashi, Ferme de Lukelenge à Mbuji-Mayi. Mobutu va étendre la coopération dans le domaine militaire. Des militaires chinois vont former des commandos congolais à Kisangani. Sous M’zee Laurent Désiré Kabila, des militaires congolais iront en Chine pour être formés aux techniques de répression.   Secundo, ne pas prêter le flanc aux prophètes des malheurs. Le professeur Matthieu Kalele n’accorde aucune importance aux profanateurs des relations entre la Chine et la RDC. Pour ceux qui ne le savent pas, dit-il, les pays occidentaux, réputés partenaires traditionnels du Congo, entretiennent de très bonnes relations avec la Chine qui détient le 2ème bon de trésor américain. La France, par exemple, a signé récemment avec l’Empire du milieu un contrat de vente de 20 Airbus à coup de milliards de dollars. ‘’Qui a demandé à la France de nous donner la copie du contrat ? Bush, s’interroge Matthieu Kalele, a signé dernièrement pour 17 milliards de dollars. Qui lui a demandé la copie ? Il n’y a pas débat, conclut-il.   Tertio, la correspondance entre le contrat chinois et les exigences du Code minier congolais. Le prof est convaincu qu’il existe dans ce Code minier la clause sociale et environnementale. Partout où les Chinois extraient les minerais, ils ont l’obligation de respecter cette clause.   Quarto, l’Occident a besoin de la Chine pour résoudre certaines questions internationales brûlantes. Les menaces répétées des USA, leur politique d’agression n’ont pas suffi pour faire plier le régime Nord-Coréen sur le nucléaire. Il a donc fallu l’intervention efficace de la Chine pour que la situation se décante. Au Soudan, on n’aurait jamais obtenu le déploiement de la force conjointe UA-ONU au Darfour sans la médiation de Pékin. Les américains et leurs alliés européens, malgré les menaces de tout genre, n’y seraient pas parvenus.   Quinto, les conventions internationales en matière de commerce. L’heure est au jour d’aujourd’hui au libéralisme, à l’économie du marché. Le système de monopole est banni. Et la RDC a ratifié la convention sur l’ouverture du bassin du Congo. On a besoin de tout le monde. Quelle conclusion tirer ? Matthieu Kalele tranche. D’un, l’argent de la Chine, ce n’est pas un endettement, pas un montant remboursable avec intérêt. Les Chinois veulent des minerais et construisent des routes. De deux, en dehors du contrat chinois, la RDC tend la main à d’autres pays du monde. Il formule ainsi deux recommandations. Il faut d’abord activer l’adage qui dit que qui se ressemble, s’assemble. Une façon d’inviter tous les pays du monde qui ‘’s’apitoient’’ sur la misère des Congolais à travailler ensemble. « Les occidentaux parlent de millions avec un taux d’intérêt très élevé, là où les Chinois mettent des milliards ». Il ne faudrait pas redouter la concurrence... Ensuite, les Congolais doivent bannir la peur et l’agitation. « Nous devons nous assurer de notre souveraineté ». Et il serait presque temps pour ce peuple trop souvent … spolié … non ?  A peluch’ !  ( 1 ) 2 remarques .. les stat’ de la Banque Mondiale …sic …( 2 )  … et le paradoxe .. l’inquiétude de l’occident vis-à-vis des investissements en RDC …

( 2 ) La République démocratique du Congo (RDC) est le pays au monde où il est le plus difficile de se lancer dans les affaires. Il faut prévoir 155 jours en moyenne pour y créer une entreprise, selon un rapport de la Banque mondiale (Doing business 2008) publié il y a quelques jours. La gouvernance n'est pas le point fort de la RDC (ex-Zaïre). En classant les 48 pays africains selon différentes variables (respect de la loi, ampleur de la corruption, degré de développement humain...), des économistes viennent d'établir un index de "la gouvernance africaine". La RDC y occupe l'avant-dernière position. Seule la Somalie fait pire.

20:51 Écrit par Alain dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, rdc, chine, bm, fmi, ocde, kabila, corruption, aide |  Facebook |