16/10/2007

La chasse aux terroristes de plus en plus fructueuse en Irak et ailleurs ( 1 ) …

    En effet, il semblerait que le gouvernement  Irakien (pas trop pro occidental ds ce cas ...) à contribué  par les conclusions de son enquête à mettre ‘hors d’état de nuire ‘ une force terroriste composée d’au moins 20000 hommes sur son  territoire... Il s’agirait d’une société privée employant des mercenaires (au dessus des lois..) appelée  BlackWater je crois et  une autre organisation terroriste du nom ‘ d'Unity Resources Group (URG)’ , qui sera sans doute aussi  en passe de subir les mêmes sanctions ( 2 ) ...

À moins que le gouvernement de Nouri al-Maliki    ne soit ‘renversé’ d’ici peu, l’aide qu’il apporte aux Etats-Unis s’avère on ne peut plus précieuse… non ? 

à peluch' ! 

    ( 1 ) de Windhoek , Namibie  .

  La Namibie a expulsé deux citoyens américains et décidé de fermer une société américaine de recrutement de mercenaires, accusée de recruter des Namibiens appelés à servir de “gardes de sécurité” en Irak et en Afghanistan, deux pays déchirés par la guerre.  

Le gouvernement a rapidement ordonné la fermeture de la société Special Operations Consulting-Security Management (SOC-SMG), spécialisée dans le traitement des mercenaires, qui s'est installée en Namibie et recrute d'anciens combattants qui sont ensuite envoyés en Irak et en Afghanistan.

 C'est la ministre de l'Information et de la Radiodiffusion, Netumbo-Nandi Ndaitwah, qui a révélé que les deux Américains (Paul Grimes représentant national de SOC-SMG en Namibie, et Fredric Piry, Chef des Opérations) étaient dorénavant considérés comme des immigrants interdits de séjour.  “Se fondant sur une directive du Conseil des ministres, le comité de la Sécurité d'Etat avait recommandé la fermeture de SOC-SMG. Les deux citoyens américains sont priés de quitter immédiatement le territoire namibien”, a martelé Netumbo-Nandi Ndaitwah, dans un communiqué rendu public samedi.  

La société américaine SOC-SMG avait récemment ouvert une succursale en Namibie.

 La société avait annoncé qu'elle recruterait 4.000 Namibiens ayant une expérience militaire pour les envoyer travailler en Irak et en Afghanistan en qualité de gardes de sécurité.  

Une semaine auparavant, le gouvernement avait mis en garde les Namibiens contre la tentation d'aller combattre dans d'autres pays, expliquant qu'aux termes de la loi sur la Défense, tout citoyen namibien qui s'implique dans la guerre d'un pays tiers sans l'approbation du gouvernement devient un criminel.

 

M. Grimes avait affirmé mercredi que sa compagnie avait mis au point ses opérations en Namibie avec l'approbation des ministères de la Sécurité, Travail ainsi que de l'Industrie et du Commerce.

 

“L'implication des Etats-Unis d'Amérique en Irak n'a jamais été sanctionnée ou soutenue par un accord international et ne peut, par conséquent, être appuyée par la Namibie”, a encore indiqué Mme Nandi-Ndaitwah.

 L'article 96 de la Constitution de la Namibie, qui traite des Relations extérieures, pose des principes tels que ceux de la politique de non-alignement du gouvernement, de la promotion de la coopération, de la paix et de la sécurité internationales et du règlement des conflits internationaux par des voies pacifiques.  “Il en est de même du conflit en Irak et, par conséquent, le gouvernement ne peut permettre à ses citoyens de s'impliquer dans cette guerre", a déclaré la ministre.  Elle a ensuite mis en garde tous ceux qui seraient tentés de se porter volontaires pour s'impliquer dans des pays déchirés par la guerre, leur expliquant qu'ils risquaient tout simplement d'être déchus de leur citoyenneté.   ( 2)  En espérant qu’à l’avenir elle ne réapparaissent pas par l’intermédiaire de sociétés sous traitantes … après tout , elles  ‘ fonctionnent ‘ quand même …comme des ‘  entreprises ‘… 

11/10/2007

L’ire en Colombie ? Pourquoi ?

En mars 2007, le ministre de l’Agriculture a déclaré que la Colombie voulait devenir le premier producteur de biodiesel en Amérique latine…Mais à quel prix ? … La « Loi de Justice et paix » approuvée en juin 2005 fixe à 8 ans d’emprisonnement la peine maximale encourue par les chefs des AUC ayant participé au processus de démobilisation. En février 2006, il est prétendu que quelque 31 000 paramilitaires ont déposé les armes et réintégré la société. Ceci devait rendre le pays moins conflictuel…, mais en 2007, les Nations Unies publient un rapport démontrant que les paramilitaires ont tué des centaines de personnes au cours des dernières années, en violation du cessez-le-feu dans le cadre du processus de leur démobilisation. Aujourd’hui, de nouveaux groupes émergeants ne restent pas inactifs : Águilas Negras, Los Rastrojos ainsi que l’organisation Nueva Generación assassinent de nouveau. Seul le nom change : le paramilitarisme demeure. Ce n’est pas la première fois qu’il se régénère : en 1965 (L’article 25 d’un décret permet la formation de groupes de civils au service de l’armée sous la présidence de Guillermo León Valencia Muñoz), en 1970 le Triple A, Alianza Anticomunista Americana (Alliance anticommuniste américaine), en 1982 le MAS (Mort au Sequestrateurs), en   1994   les CONVIVIR (coopératives rurales de sécurité), en 1997, les AUC (Autodéfenses unies de Colombie). Ces milices  d ’ extrême droite ,  bras  allié de l’armée sont toujours  aussi présentes dans  le Chocó ( 1 ) . Elles sont responsables de 70 % de crimes politiques. En ce moment, la parapolitique bouleverse la vie colombienne, puisque la justice colombienne examine plus de cent cas de collusion présumée entre les paramilitaires et des représentants de l’État.

    En novembre 2006, la Procuraduría General de la Nación (organe de l'État qui contrôle la conduite des fonctionnaires et mène des enquêtes pour faute disciplinaire) a accusé l'ancien directeur du Département administratif de sécurité (DAS) d'entretenir des liens avec des groupes paramilitaires. L’enquête doit démontrer que ce service avait fourni au Bloque Norte (Bloc Nord), un groupe paramilitaire, une liste de 24 noms de dirigeants syndicaux dont plusieurs des responsables cités sur cette liste ont été tués, que  d'autres ont été menacés et que certains auraient fait l'objet de procédures judiciaires arbitraires…

   La Procuraduría General a aussi ouvert une enquête sur le rôle présumé de certains militaires dans des attentats à l'explosif  ( 1 ) perpétrés à Bogotá en juillet et en août, notamment dans un attentat à la voiture piégée le 31 juillet. Les autorités avaient imputé aux FARC cet acte qui a fait un mort (un civil) et 19 blessés (tous des soldats)…

La politique de l’État colombien vise l’implantation à la lettre du modèle néolibéral

( Comme les USA  and Co qui exportent leur  ‘démocratie’ …, Afghanistan , Irak, Iran ?..)

 A cette fin, les communautés paysannes qui pratiquent l’agriculture de subsistance afin de faire place à de mégaprojets de type agro-industriels (palme africaine, exploitation intensive du bois) sont chassées. L’objectif est de « sécuriser » les régions stratégiques. Pour ce faire, les groupes paramilitaires  sont envoyés pour y faire le « ménage » sous prétexte de combattre la guérilla (qui est vrai est là bien présente), puis une fois que des milliers de paysans ont été déplacés, dépossédés de leurs terres et réfugiés dans les villes sans aucune possibilité de survie digne, les grands propriétaires terriens proposent à ces mêmes communautés du travail au sein des méga plantations mises en place sur ces mêmes terres qu’on leur a volées.Uribe lui –même est plus que soupçonné d’avoir entretenu des relations ‘grises’ avec ces milieux ..noirs …  .. mais il est toujours en place …

( 1)  - Cet ‘acte politique ‘ qui consiste à faire endosser la responsabilité de crimes atroces à l’opposition ( pas que islamique !!)  pour se maintenir au pouvoir est de pratique courante de par le monde .. Il  s’appelle ‘ terrorisme d’état ‘ …

( 2 ) …La mobilisation pacifique des Embera du Choco vient d’être réprimée dans le sang par les autorités colombiennes. On dénombre de nombreuses victimes et 26 personnes sont toujours portées disparues suite aux assauts des ‘  forces spéciales ‘ ... La communauté Embera du Choco a dû de nouveau recourir à la mobilisation massive de ses membres pour faire valoir ses droits. Elle a réalisé une action symbolique du 23 au 27 avril passés en montant un campement devant le siège du Gouverneur du Choco afin de revendiquer ses droits sociaux et culturels et, en particulier, son droit à l'éducation. Cette action a mené à la conclusion d'un accord entre les communautés et le gouvernement central colombien.  Cependant, vu le manque de volonté politique visant à l'application de ces accords, les indigènes ont entamé des actions de barrages sur deux artères reliant la ville de Quibdo et les villes de Medellin et de Pereira. Ces manifestations pacifiques ont été très durement réprimées par les forces de police (l'ESMAD) le 26 et le 27 mai.  

Sources :  http://www.icrainternational.org/urgence/366  ,  Alterinfo  et   http://thereport.amnesty.org/fra/Regions/Americas/Colombia

  à peluch' !

21/09/2007

Guère contre le terrorisme ( 3 )

extraits : suite

Extraits : suite ‘ …Après le bombardement de l’Irak, les Etats-Unis se sont retrouvés avec des bases militaires en Arabie Saoudite, au Koweït, Bahreïn, Qatar, Oman et les Emirats Arabes Unis.  Après le bombardement de la Yougoslavie, les Etats-Unis se retrouvèrent avec des bases militaires au Kosovo, en Albanie, en Macédoine, en Hongrie, en Bosnie et en Croatie.  Après le bombardement de l’Afghanistan, les Etats-Unis se retrouvent avec des bases militaires en Afghanistan, au Pakistan, Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizstan, Géorgie et peut-être ailleurs dans la région.  Pas très subtile n’est-ce pas ? Pas très discret. Ceux qui dirigent l’Empire ne se gênent pas trop. Et c’est ainsi que grandit l’Empire, une base dans chaque coin, prête à se mobiliser pour écraser toute menace au règne impérial, réelle ou imaginaire. 57 ans après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, les Etats-Unis ont toujours des bases importantes en Allemagne et au Japon. 49 ans après la fin de la guerre en Corée, l’armée des Etats-Unis est toujours présente en Corée.

…’Concernant l’Irak   ( aujourd’hui  l’Iran ?20/9 /2007 ) , si vous vous posez la question "pourquoi maintenant ?", je crois, comme beaucoup l’ont dit avant moi, que les prochaines élections ont quelque chose à voir. Ces élections vont décider du parti qui contrôlera le Congrès et il n’y a rien de tel que de parler de guerre et de défendre l’Amérique pour obtenir des voix et faire oublier dans le même temps l’économie ( en 2007 .. avec un risque de récession à la clef…) et le système de santé.  En plus de toutes les absurdités et mensonges qu’ils nous ont servies, je trouve remarquable et dérangeant par les temps qui courent l’absence dans les mass média du simple rappel qu’une attaque des Etats-Unis sur l’Irak signifierait des bombes tombant sur des gens, exterminant des maisons, des écoles, des hôpitaux, des emplois, des futurs. La discussion s’est focalisée presque exclusivement sur "faut-il ou non s’en prendre au méchant Saddam et à ses supposées méchantes armes ?". Ce que cela suppose en termes de souffrances humaines ne mérite pratiquement aucune attention. Cela ne vous parait pas étrange ?...’ 

Permettez-moi de conclure avec deux lois de la politique apprises par le scandale du Watergate dans les années 70, que j’aime citer :

 La première loi du Watergate sur la Politique Américaine est : "Quelque soit votre degré de paranoïa, ce que fait le gouvernement est pire que ce que vous imaginez".  La deuxième loi du Watergate est : "Ne croyez en rien tant que cela n’a pas été officiellement démenti".  

Ces deux lois s’appliquent toujours.     De William Blum ...’

 à peluch'  

 

19:34 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usa, iran, irak, guerre, terrorisme |  Facebook |

Guère contre le terrorisme ( 2 )

Extraits : suite  

Il n’est pas facile pour la plupart des Américains de me croire sur parole. Mon discours est difficile à digérer. Ils voient nos dirigeants à la Télé et leur photo dans la presse, ils les voient sourire et rire, raconter des blagues. Ils les voient avec leurs familles, ils les entendent parler de Dieu et d’amour, de paix, de démocratie, de liberté, de droits de l’homme, de justice et même de base-ball... Comment de telles personnes pourraient-elles être des monstres sans morale ?  

Ils se prénomment George, Dick ou Donald, jamais un Mohammed ou Abdulhah parmi eux. Même qu’ils parlent anglais. Enfin, George y arrive presque... Les personnes appelées Mohammed ou Abdulhah coupent les mains et les pieds pour punir un vol. Nous savons que c’est horrible. Nous sommes trop civilisés pour faire de telles choses. Mais les prénommés George, Dick et Donald larguent des bombes à fragmentation sur des villes et des villages, dont beaucoup n’explosent pas et se transforment en mines, et peu après un enfant va en ramasser une ou marcher dessus et perdre un bras ou une jambe, ou les deux bras et les deux jambes, et parfois la vue. Et les bombes à fragmentation qui explosent accomplissent leur propre version de l’horreur.

 Mais nos dirigeants sont peut-être finalement moins immoraux qu’amoraux. Ce n’est pas que cela leur fasse plaisir de provoquer autant de morts et de souffrances. C’est juste qu’ils s’en fichent... au cas où cette distinction en vaille la peine. Tant que la mort et la souffrance font avancer les projets politiques de l’Empire, tant que les bonnes personnes et les bonnes multinationales obtiennent richesse, pouvoir, privilège et prestige, tant que la mort et la souffrance ne les touche pas personnellement ou leurs proches... alors ils s’en fichent de ce qui peut bien arriver aux autres, y compris aux soldats Américains qui sont jetés dans des guerres et qui reviennent - pour les plus chanceux - intoxiqués par l’Agent Orange ou le Syndrome de la Guerre du Golfe qui ronge leurs corps. Nos dirigeants n’occuperaient pas les postes qu’ils occupent s’ils étaient préoccupés par de telles choses. soi dit en passant, je ne crois pas que la pauvreté joue un grand rôle dans la fabrication de terroristes. Il ne faut pas confondre terrorisme et révolution. Et les attaques ne cesseront pas tant que nous continuerons à bombarder des innocents et à dévaster des villages et d’anciennes cités grandioses, à empoisonner l’air et les gênes avec de l’uranium appauvri. Les attaques ne cesseront pas tant que nous continuerons à soutenir les auteurs des atteintes aux droits de l’homme les plus flagrantes, tant que nous continuerons à faire tout un tas de choses terribles. Nous renforcerons les mesures de sécurité qui sont en train de transformer notre société en un état policier, mais nous ne serons pas plus en sécurité.  

Il n’y a pas qu’au Moyen Orient qu’on trouve de bonnes raisons de haïr ce que fait notre gouvernement ; nous avons créé une très longue liste de terroristes potentiels partout en Amérique latine pendant un demi-siècle d’actions Américaines bien pires que celles du Moyen-Orient. Je pense que si les latino-américaines partageaient la croyance des musulmans qu’ils iraient directement au paradis s’ils donnaient leur vie en tant que martyr pour le grand ennemi, nous aurions déjà connu des décennies d’horreurs terroristes qui arriveraient par la frontière sud. Il y a déjà eu de nombreuses attaques terroristes sans suicide contre des Américains et leurs bâtiments en Amérique latine depuis des années.

 

Et il y a l’Asie et l’Afrique. Même histoire.

 Récemment le Département d’Etat a tenu une conférence sur la manière d’améliorer l’image des Etats-Unis à l’étranger et réduire ainsi le niveau de haine ; ils travaillent sur l’image, pas sur un changement de politique.  Mais, sur le tableau de la politique, voici ce qu’on peut lire : de 1945 jusqu’à la fin du siècle, les Etats-Unis ont tenté de renverser plus de 40 gouvernements étrangers et à écraser plus de 30 mouvements populaires qui luttaient contre des régimes insupportables. Dans le même temps, les Etats-Unis ont bombardé plus de 25 pays, provoqué la mort de plusieurs millions de personnes et condamné plusieurs millions à une vie de souffrance et de désespoir.  Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire par au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.  Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.  Le quatrième jour, je serais assassiné… Intéressant ? Non ? À peluch’

19:27 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran, usa, irak, colombie, guerre, terrorisme |  Facebook |

Guère contre le terrorisme ( 1 )

Pour rappel cet article écrit par  William Blum le  1er novembre 2002 ( Voyez la date !!! )

Quelques  extraits de ‘Guerre contre le terrorisme ou expansion de l’Empire Américain ? ‘

…’

  Vous pensez que l’Empire Américain est contre les terroristes ? Comment appelez-vous un type qui fait exploser un avion en plein vol en tuant 73 personnes ? Qui tente d’assassiner plusieurs diplomates ? Qui tire au canon contre des bateaux mouillés dans un port des Etats-Unis ? Qui place des nombreuses bombes dans des bâtiments commerciaux et diplomatiques aux Etats-Unis et ailleurs ? Et des dizaines d’actes similaires. Son nom est Orlando Bosch, il est Cubain et il vit à Miami et les autorités le laissent tranquille. La Ville de Miami a même déclaré une journée en son honneur - une Journée Orlando Bosch. Il sortit d’une prison au Venezuela, où il était détenu pour l’attentat contre l’avion, en partie grâce aux pressions exercées par l’Ambassadeur des Etats-Unis, Otto Reich, qui lui-même a été nommé au Département d’Etat au début de l’année par George Bush.  Bosch retourna aux Etats-Unis en 1988 et le Département de Justice le condamna en tant que terroriste violent et tout avait été préparé pour l’extrader. Mais la procédure fut bloquée par le Président Bush, le père, avec l’aide de son fils Jeb Bush en Floride. Est-ce que George W. et sa famille sont contre le terrorisme ? Et bien oui, ils sont contre les terroristes qui ne sont pas les alliés de l’Empire.  Soit dit en passant, l’avion que Bosch fit exploser était un avion Cubain. Les Cubains le veulent pour ce crime et de nombreux autres. Les Cubains ont demandé à Washington son extradition. Pour Cuba, il est comme Ben Laden pour les Etats-Unis. Mais les Etats-Unis refusent. Pouvez-vous imaginer la réaction à Washington si Ben Laden devait se promener à la Havane et que les Cubains refusent de l’extrader ? Pouvez-vous imaginer la réaction des Etats-Unis si la Havane devait proclamer une "Journée Ben Laden" ?  Le soutien accordé par Washington à d’authentiques organisations terroristes est très vaste. Pour ne donner que quelques exemples au cours de ces dernières années : les Albanais du Kosovo ont mené de nombreuses attaques terroristes pendant des années en différents endroits des Balkans, mais ils sont nos alliés parce qu’ils s’en sont pris à des gens que Washington ne porte pas dans son coeur.  Les paramilitaires en Colombie, aussi cruels soient-ils, seraient incapables de mener à bien leur sale boulot sans le soutien des militaires Colombiens, qui eux-mêmes sont les bénéficiaires d’un soutien quasi illimité des Etats-Unis. Ne serait-ce que pour cette seule raison, Washington est disqualifié pour mener une guerre contre le terrorisme.  Bush vocifère souvent contre l’asile accordé aux  terroristes. Est-ce que ce type est sérieux ? Quel pays héberge plus de terroristes que les Etats-Unis ? Orlando Bosch n’est qu’un exemple parmi les nombreux Cubains anticastristes à Miami qui ont effectué des centaines, sinon des milliers, d’actes terroristes, aux Etats-Unis, à Cuba et ailleurs ; toutes sortes d’incendies volontaires, d’assassinats, d’attentats. Ils sont à l’abri ici depuis des décennies. Tout comme de nombreux autres terroristes amis, tortionnaires et violeurs des droits de l’homme du Guatemala, du Salvador, de Haïti, d’Indonésie et d’ailleurs, tous alliés de l’Empire.  La CIA cherche des terroristes dans les cavernes des montagnes d’Afghanistan tout en sirotant des bières avec les terroristes à Miami…’A suivre

18/09/2007

Retour vers le futur …1984…

Il ne se passe plus un jour sans qu’une ou l’autre mauvais nouvelle économique ou autre bruit  de bottes fassent la une de l’info aussitôt suivie d’une contre info , mais il est évident que le système économique actuel montre de plus en plus des signes de… moribond.       Il est en outre,  de plus en plus évident que la puissance du dollar qui reposait  essentiellement sur les transactions pétrolières libellées en son nom est remise  gravement en cause. Les acheteurs qui  étaient obligés jusqu’alors de négocier avec cette monnaie modifient leur stratégie, à l’instar de l’Iran et du Venezuela qui  utilisent de plus en plus d’autres monnaies dans leurs transactions. De même, en juillet dernier, l’Iran et le Japon qui ont redéfinis leurs accords pétroliers afin de remplacer le dollar par le yen.   À partir de la crise du subprime et de l’engagement des banques dans la bulle spéculative et autres ‘  montages exotiques ‘ bien au-delà de leur capacité , révélateurs   de l’état plus qu’exsangue de l’économie US (  voir de l’effondrement imminent  pur et simple du système capitaliste dans son ensemble   ) ,   le dollar n’en finit pas de  s'effondrer face à un euro qui atteint des records historiques, tandis que le court du brut (le dollar est une monnaie basée sur le pétrole) est à son plus haut niveau jamais atteint, dépassant aujourd’hui la barre des …80 dollars.      La guerre à l’Irak pour garder la mainmise sur son pétrole (  et par conséquent le maintien du dollar et de l’économie US ,  et des autres économies capitaliste dépendantes de celle -ci  en général ) comme unique voie à l'époque  , bien que déjà dénoncée comme immorale,  ne serait que le prélude à des actions militaires très proches   qui n’auront aucunes communes mesures avec ce que nous avons connu jusqu’ici , à partir du fait que l’hégémonie des USA et du système qu’il représente  ne seront  jamais  remis en causes par leurs propres instigateurs , ceux –ci ayant choisis depuis longtemps ( avant le 11 septembre …)  la fuite en avant comme unique prérogative et ce pour que perdurent leurs suprématies quels qu’en soit le coût humain , social et politique mondial futur      Sans doute la raison pour laquelle   les lois liberticides ont fleuris partout en occident sous prétexte de lutte contre le terrorisme, mais il est fort à parier que celles –ci serviront avant tout à contenir …les manifestations populaires  économiques et anti-guerres dans un futur proche…   Voilà aujourd’hui mon opinion par rapport à l’actualité , je ne trouve hélas pas encore ne fusse que l’ombre d’un indice pour la modifier  en attendant ( pas du tout serein)  le jour où il nous sera annoncé que tel ou tel autre acte terroriste commis quelque part en Occident est  à mettre sur le compte de l’Iran (par exemple car il y a d’autres ‘ candidats  potentiels ‘ ,  ... Syrie , Pakistan ,   …)   , avec la suite que vous pouvez deviner … Non ?

A peluch’ !

14:57 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usa, irak, iran, economie, crise, dollar, petrole, crash |  Facebook |

06/09/2007

Quand les rapports de guerre à deux sous n’ont guère que des rapports de sous …

Beaucoup de soldats sur les ‘  théâtres d’opérations ‘ ( qui gagnent en une année ce que les gardes privés peuvent gagner en un seul mois  )  disent que leurs homologues devraient être responsables devant une autorité supérieure, comme ils le sont eux-mêmes ainsi ,  plus de 60 soldats américains en Irak ont été traduits devant la cour martiale pour le meurtre de citoyens irakiens.

… Il faut savoir que des firmes de sécurité gagnent plus de 4 milliards de dollars grâce à des contrats gouvernementaux, mais selon le Government Accountability Office (organe de contrôle des dépenses publiques) le gouvernementignore combien de miliciens privés sont engagés par l’Etat et où ils se trouvent. Et les compagnies privées ne sont pas obligées de rapporter les incidents violents impliquant leurs employés (…même si l’insécurité ainsi créée permet des renouvellements de contrat...)

Les gardes de sécurité constituent maintenant presque le 50% du personnel des firmes sous-traitantes engagées en Irak – un nombre qui a augmenté de manière exponentielle depuis l'invasion de 2003, lorsque le Secrétaire à la Défense d'alors, Donald Rumsfeld ( copain et rémunéré par les ‘ reconstructeurs..) , a déclaré que la reconstruction de l'Irak était la priorité. Mais le mouvement insurrectionnel imprévu et des centaines d'attaques terroristes (dont l’origine n’est pas toujours identifiée..) ont poussé le pays dans le chaos, et maintenant, c'est la sécurité (donc les contrats sécuritaires, avec des gains proportionnels aux risques...)  qui est devenue prioritaire.

Le nombre de gardes privés en temps de guerre est sans précédent. Il en va de même pour leurs tâches, dont la plupart étaient traditionnellement effectuées par des soldats. Ils protègent des opérations militaires et des personnalités importantes, y compris le Général David Petraeus, le commandant états-unien à Bagdad. Ils protègent également des dignitaires étrangers en visite et des milliers de sites en construction.

Ils sont parfois mieux armés que les détachements militaires.

Leur présence a également eu un impact sur l'orientation de la guerre. La bataille de Falloudja [décembre 2004] – un assaut militaire manqué dans lequel on estime à 27 le nombre de Marines tués, ainsi qu'un nombre inconnu de civils – a été déclenchée en représailles après qu'une foule d'insurgés aient lynché, mutilé et brûlé quatre gardes de Blackwater [parmi les plus importantes firmes privées états-unienne devant assurer la «sécurité»] dans cette ville.

"…Ces gars sont des agents libres. Ils ne sont soumis à aucune loi. Ils sont des combattants sans uniforme. Personne n’opère un suivi de leurs activités…"

A fin 2004, le Reconstruction Operations Center (ROC , Centre d'Opérations de Reconstruction) a été ouvert à Bagdad. Son objectif était d'enregistrer les déplacements des sous-traitants armés et des troupes militaires dans tout le pays et d'enregistrer les incidents violents. Néanmoins, la participation est… volontaire.

Selon des chefs militaires, le gouvernement devrait exiger ( la  moindre des choses non ? )  que les sous-traitants armés signalent leurs déplacements et leur utilisation d'armes. L'année dernière, des cadres supérieurs de la 3ème Division d'Infanterie à Bagdad ont dit à des auditeurs du GAO [General Accounting Office] en visite, que le manque de coordination continuait à mettre en danger  les vies des soldats et des sous-traitants armés. Ils ont ajouté que des détachements de sécurité privés continuaient à pénétrer dans des zones de combat sans avertissement. Dans certains cas, des officiers militaires se sont plaints de n'avoir aucun moyen de communiquer avec les détachements de sécurité privés.

Beaucoup de grandes compagnies de sécurité prétendent que leurs gardes se coordonnent avec le ROC, et déposent des rapports des épisodes de fusillades. Mais les auditeurs du gouvernement en Irak ont rapporté l'année dernière que certains des sous-traitants armés disaient qu'ils avaient cessé de signaler de telles fusillades, parce qu'elles avaient lieu tellement souvent qu'il était impossible de faire des rapports pour chaque épisode.

Dangereuse époque ?( 1 )  N’est –il pas ?

A peluch’ !

( 1 ) Il est intéressant de noter que en 1997, avec Donald Rumsfeld , Dick Cheney  et d’autres  fondent  le think tank PNAC (Project for the New American Century) - « Projet pour un nouveau siècle américain » - dont le but est de promouvoir le leadership global des États-Unis au XXIe siècle.

 En 1998, Cheney  est un des signataires d'une lettre adressée à Bill Clinton pour demander le renversement de Saddam Hussein en Irak.

 En 2000, Cheney se choisit lui même pour être candidat républicain à la vice-présidence au côté de George W. Bush sous l'instigation de ce dernier, démissionne de ses fonctions à Halliburton. La même année, Cheney rejoint comme membre , le Conseil consultatif du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA) (Source Web).

En janvier 2001, il devient vice-président des États-Unis.

 …Cet article s'intitule "Cheney parie sur les mauvaises nouvelles" et nous explique où Cheney s'est dépêché de planquer plus de 25 millions de dollars [env. 18 millions d'Euros]. Alors que ces chiffres ne sont peut-être que des estimations, les investissements, eux, sont bien réels. Selon Tom Blackburn du Palm Beach Post, Cheney a investi lourdement dans "un fonds spécialisé en obligations municipales à court-terme, dans un fonds de liquidités exempté de taxes et dans un fonds de titres protégé de l'inflation. Les deux premiers résistent à l'inflation grâce à des taux d'intérêts qui s'ajustent. Le troisième est protégé contre l'inflation".

 Cheney a déversé 10 à 25 autres millions de dollars (estimation) dans un fonds obligataire européen, ce qui montre qu'il compte sur la baisse continue du dollar. Donc, pendant que la classe des travailleurs américains perd du terrain vis-à-vis de l'inflation et de l'augmentation des prix de l'énergie, la fortune de "Darth" Cheney continuera de croître dans la "Vieille Europe". Ainsi que Blackburn le fait sagement remarquer, "Les mauvaises nouvelles ne sont pas toutes mauvaises pour tous".

 ..’Ceci devrait mettre un terme une bonne fois pour toutes à la notion ridicule selon laquelle le "Plan Economique de Bush" n'a rien à voir avec une escroquerie dont le but est de piller les caisses publiques. Toute cette affaire est destinée à transférer la richesse de la nation d'une classe vers l'autre. Il est tout aussi clair que Bush et Cheney( et d’autres…)  n'auraient pas pu mener cela à bien sans l'approbation tacite des voleurs de la Réserve Fédérale qui ont mis au point le projet futile des faibles taux d'intérêt pour endormir les Américains pendant qu'ils leurs faisaient les poches…’

 

09:23 Écrit par Alain dans avis - opinions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cheney, rumfield, usa, guerre, irak, economie |  Facebook |