03/02/2008

J’ai caché mes bouquins …

Huxley et Orwell  se retournent dans leur tombe

   Car pis que quatre vingt quatre  ou Meilleur des mondes

      Se réveille soudain face à cette  odeur immonde …

         Ferrat a son  C4 et internet sa tombe !!

J’ai caché mes bouquins , mes fichiers et mon vin

   Je me suis connecté ..loin …de se monde inhumain

      Mes oreilles souffrent trop de ces vils propagandes

         Comme mes yeux  se plissent  face à ces  noires  harangues

            Mes doigts gribouillent anxieux sur mille feuilles de papier

                Un peu de vérité  vraie …autre que celle falsifiée

J’ai caché mes bouquins , ma haine et mes chagrins

   Ma haine du mensonge pour de beaux lendemains

      Mon chagrin  pour ces veules qui tracent mon destin

         Bref  pour tout ce qui fut mis en place dès 1980…

                          Comme le fut   ce progrès engendrant ces crétins  

          J’ai caché mes bouquins , ma peur et mes idées

              Ma peur pour ces engins qui ne peuvent fonctionner

                 Malgré ces milliards  perdus  pour les réaliser

                    Que mes idées pour demain ne se nucléarisent

                        Pendant trente mille ans , là ça m’électrise !

         J’ai caché mes bouquins , et de folie juste un brin …

              Et j’arrose ces graines  qui poussent  comme l’espoir

           Plus haut … plus fort demain… et ce … malgré ce noir

           Pour des milliards de rires …  sur des visages humains !

22:24 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, poesie, crash, economie |  Facebook |

01/01/2008

Ce que la fumée m’ inspire, ... un tabac ?

L’insécurité sociale nous guette,

même si le dernier mégot tu jettes !

Chacun pour soi ! Que l’obèse paye pour guérir de son poids

Ou que l’alcolo  se doive  de cracher sa bile  pour soigner  sa  foi …

L’état est roi , libre de subventionner  à coup de milliards d’euros

La pollution de l’air pour le marché de l’auto Mazarine

L’état est roi , libre de subventionner l’industrie agros -assassine

Folles sommes  récupérées aussitôt par d’  injustes impôts

L’état est roi, même nu , lui qui encourage illico ,  la pollution

Des rivières et  des sols de par de trop grosses subventions

Tandis que l’individu soumis et  reclus, s’individualise …

Devant son grand écran plasma qui trop  le formatise …

A coup de pixels  Starac ou autres folles seize – neufs sottises ..

La société  de l’info toxique, sans pubs  , nous brutalise …

Pourtant

L’agence Belga filtre déjà l’info prisée qui ferait un  tabac !!  

Comme  le bar à tabac à la carte qui devient    ,  club privé

Comme  les personnes célèbres qui ont pourtant bien fumé

Là ,  le cigare  funeste   d’un Fidel ou  d’un  Che Guevara

Las , de nos livres d’histoire demain  , sûr , disparaitra

Ainsi que celui  non moins célèbre qui empestait Churchill

Et bien moins polluant qu’ à l’est ,   du côté Tchernobyl …

Comme je ne mégotterai pas sur le fétu de paille

Qu’a troqué Luky Luke après bien des batailles

Pour sa sèche célèbre et sa blague à tabac

En perdant par la même un peu de son aura

 Et comme le peignit Magritte ‘Ceci n’est pas une pipe’

Fut –elle celle de Sherlock Holmes   qui en fut l’archétype ..

Allez donc ,

Comme une gitane bien léchée et  bien roulée ,

bien bourrée …comme mon rêve quoi …

J’aligne ces lignes et sniffe .. , des pensées ..sans fumées…

Avec un large sourire et un clin d’œil à la fois

je vous souhaite pour cette nouvelle  année

 à tous ,  avec ou sans tabac hors la loi ,

Que seules  , les plus belles joies soient …prisées !

Smaak ! Et à peluch’

18/04/2007

Paroles de fleurs ...

 

...Quand bout l'eau , et que sur les dômes iniques de  vils pins suent  des pommes de discorde comme des glands moribonds …

...Est-ce là  le charme des chênes ?...

... Tous ces cris en thèmes car cher à leur cœur de Marie couche toi là…, 

... face  à l’amer tune …

...les sabots de Vénus écraseront un jour ces arbres  aux milles écus qui font trop d’ombre aux peuples pliés …

...Et parce que ce que tu lis là te berce de pensées  géantes .., ...parce que ton œil est de poète et qu’ils déshabillent à dessein par un regard neuf ...

...de vierges  et belles reines   des  prés verts  où se berce l’espoir rouge d’une aube épine renversant toutes les corbeilles d’argent et d’or … ,

... comme une promesse rose d y  revoir le ciel où le bleu est si beau …

...Vaine haine , eux et leur trompettes de la mort de leur monde de l’hier qui étouffe nos pensées au parfum violette … 

... et même si ce peuple impatient  mais  peu fou ,  freine pour le mieux ses pensées bien trop mures ...

 

... sûr  que demain sera fait de chants  ayant pignon sur rue d'où cent portes de rêve s’ouvriront  par delà nos soucis pour nous faire découvrir un monde où l’amitié des peuples pliés et l’envie de bâtir ensemble …,  seront ..., ... renouées…,

... remplaçant le   poids de senteurs  lourdes  des noirs passés …

...par des effluves de  baisers rouges cerise immenses …

...sur les jolis chemins de vie fleuris…  de mille   printemps nouveaux …

 …

Alain                 Avril 2007

 

12:17 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poesie |  Facebook |

18/02/2007

.. chuuuut ...

 

                              CHUUUT.....

           

            .. un jour elle fut troublée ..

            ..elle trouva des mots pas sages ..

            .. secrets..  mais chuuut..

            .. tous empreints de sens interdits..

            ..elle fit un vœux... se dévoiler ..

            ..elle hésita .. face à l'amer sujet..

            ..l'âme erre souvent en   corps ..

            ..tu peux l'antre apercevoir ..

            ..dans le halos des regards détruits..

            ..et les songes ..

            ..que tu croises ..

            ..aux pas sages ..

            ..secrets.. mais chuuut...

 

                                       Décembre 2005

18:03 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poesie |  Facebook |

..Comme un clown de la vie ..

Comme un .. clown de la vie...,

..un jour .. ,

 

..naître chauve et nu.. grandir ..face à la forêt de la vie .. m' avancer .. craintif .. dans les chemins créés par mes ainés..

.. connaître un peu de ses  arbres..et quand même déjà rêver du soleil par dessus...

.. déchiffrer des buts... dans les bois profonds  de l'existence..

..défricher les taillis épais des doutes ..

..scier des millions de branches aux épines acérées  de soucis ..

..et pourtant.. oser..oser  construire des radeaux d'espérance..puis ,   m  y hisser ..

 ..parcourir un peu le monde .. ses idées..

..grandir encore ..malgré la lune..

..trouver mon îlot de paix...et un jour...  à deux...

  .. se remettre à scier des branches de vie...

.. pour bâtir des projets fous  .. à deux ... ou plus ..

..abattre d'autres   forêts....

.. parsemer d'autres doutes où mirages...

 ..distants de millier de kilomètres ..

..y trouver ..d'autres havres de paix...

..sous des ciels bleus azur .. aussi..

..jour après jour .. agrandir la clairière d'un passé ..

..déjà riche de moultes friches  de la vie ..

..marcher bien armé désormais .dans de grandes clairières... sans  corps à corps...serein... mais plus vouté

..je trébuche parfois dans les taillis .. sur une souche de souvenirs.. déjà..  .; 

..plus voûté...le pas plus lent...

.. la face tournée déjà trop vers la terre ..

..jusqu'au ponant de ma propre  destinée....

..pour un jour .. disparaître...chauve et nu ..

..et disparaitre  ..même en bon apôtre..

..six pieds sous terre ..foutu ..

..entre quatre planches sciées par d'autres...

.. dans la foret de vie qui renait  derrière moi..

 

 

                                             Janvier 2006

17:58 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poesie |  Facebook |

..recette du coucher de soleil..

RECETTE DE COUCHER DE SOLEIL

 

          ..sur les étals du marché des rêves... dénichez...

 ..de la quiétude en infinie quantité...

 ..un paysage de montagnes au loin...

 ..un ciel noiraud .. bleu étoilé..

 ..quelques cirrus dans le lointain...

 ..une belle au regard de braise..

 ..un amant au langage de fraise..

 ..un arbre.. un coin de verdure...

 ..des soupirs tendres à volonté...

 ..des caresses sans démesure..

 ..des projets fous,  voir insensés...

   

           ..laissez mijoter          ..

 

  ...le  temps  que  baisers cerises  fondent  dans les bouches qui bougent...

                ...et que le grand soleil orange lentement

                                                    ..aussi...

                                          ...se couche..

17:43 Écrit par Alain dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poesie |  Facebook |