13/04/2007

L’écot de guerre …

 

Irak : la guerre en privé vendredi 6 avril 2007  Yves Eudes - Le Monde extraits :

 ' Irak : la guerre, nouveau marché pour les compagnies privées. Près de 50 000 agents de sécurité privés travaillent aujourd’hui en Irak, pour renforcer l’armée américaine ou protéger les diplomates. Un marché énorme, qui s’étend dans toutes les zones à risque.

   République tchèque, novembre 2006. Le club de tir de la petite ville de Jelen, construit dans une forêt à une heure de Prague, est fermé au public pour quelques jours. Il a été loué par la société britannique Ronin Concept, spécialisée dans la formation d’agents de sécurité armés et de "PSD" (personal security detail, gardes du corps), opérant en zone de conflit.

    Les cours théoriques ont lieu en Grande-Bretagne, mais la loi britannique interdit aux civils de manier des armes automatiques. Pour la dernière partie du stage, M. Geddes doit donc transporter ses élèves en République tchèque, où les règles en la matière sont beaucoup plus souples( l’AGSC pourrait bien régler sous peu ce genre de ‘ problème ’ndr  )

    Les stagiaires apprennent vite, car presque tous sont d’anciens militaires ou policiers, aguerris et disciplinés. S’ils obtiennent le diplôme délivré par Ronin Concept, ils enverront leurs CV aux centaines de sociétés de sécurité présentes sur Internet. Les quadragénaires rêvent d’un contrat un peu risqué, mais pas trop : protéger des puits de pétrole au Nigeria ou une mine en Amérique latine. Leur salaire s’ajoutera à leur retraite.

      En revanche, les plus jeunes veulent aller en Irak ou en Afghanistan. C’est là-bas qu’ils seront les mieux payés : de 250 à 600 dollars par jour, selon le type de travail et le niveau de risque.

 Dès la fin de son stage, Paul Palmer a été embauché par la société Control Risk Group (CRG). Aujourd’hui, il travaille à Bagdad, dans une équipe composée d’Anglais, d’Australiens et de Néo-Zélandais chargée de la protection d’un diplomate britannique, et gagne 7 000 dollars (5 300 euros net) par mois. Il correspond avec le monde extérieur par Internet : "J’habite dans la "zone verte", censée être l’endroit le plus sûr de Bagdad, mais en fait, il y a des kidnappings à l’intérieur, et un soldat américain a été abattu ici il y a deux jours. (...)L’employeur de Paul Palmer, CRG, est la plus grande société de sécurité britannique. Fondée il y a trente ans par trois anciens SAS pour aider les compagnies d’assurances à gérer les affaires de kidnapping, elle propose aujourd’hui aux entreprises et aux gouvernements du monde entier une gamme complète de services, allant de la protection rapprochée à la sécurité informatique. Elle a plus de 700 employés permanents, dont 300 dans ses locaux londoniens, et 18 bureaux répartis sur tous les continents. Depuis 2003, CRG fournit aussi des PSD( agents de sécurités privés )  armés.

   

A lui seul, le département d’Etat américain a dégagé un budget de 1 milliard de dollars sur cinq ans pour la protection de son personnel et de certains dignitaires étrangers. Cette demande inédite a aussitôt suscité des vocations. D’anciens militaires et des aventuriers ont monté des petites sociétés dans l’improvisation et embauché des agents à la va-vite. Pour réduire les coûts de main-d’oeuvre, certains sont allés chercher des soldats à la retraite en Amérique latine et en Asie du Sud-Est. Quelques entrepreneurs ont fait fortune à toute vitesse : à elle seule, la société américaine Blackwater a touché du gouvernement fédéral plus de 570 millions de dollars en cinq ans. Sa concurrente Triple Canopy, créée en 2003 par trois personnes, figurait trois ans plus tard sur la liste des 100 plus grosses entreprises de la région de Washington. Pour un client individuel - homme d’affaires ou journaliste -, une équipe de protection rapprochée peut coûter jusqu’à 6 500 dollars par jour.

     Fin 2006, on comptait en Irak plus de 180 sociétés de sécurité employant environ 48 000 personnes, dont la majorité accomplissaient des missions paramilitaires. Les Britanniques sont plusieurs milliers - presque aussi nombreux que les soldats de l’armée régulière de Sa Majesté… Autre avantage des privés : tout le monde semble indifférent à leur sort…

 

." Selon les statistiques publiées par le ministère du travail à Washington, au moins 770 agents de sécurité étrangers ont été tués en Irak entre 2003 et 2006, et près de 7 800 ont été blessés.

 

Cela dit, l’Irak est une opportunité commerciale( sic)  qui ne durera pas éternellement.( à moins que les lobbies ne poussent un peu mieux vers d’autre ‘commerces futurs comme l’Iran , ou pis ..que celles -ci ne 'créent elles même des 'marchés ' en rémunérant des 'groupes terroristes ' par ex .ndr  )  Paradoxalement, l’aggravation extrême de la violence dans le pays a fait chuter la demande pour certaines missions comme les escortes armées : la reconstruction est abandonnée, les officiels étrangers réduisent leurs déplacements au strict nécessaire. La contraction de ce segment du marché a des conséquences sociales inattendues : lors du renouvellement d’un de ses contrats, CRG a dû baisser ses tarifs, et a décidé de répercuter ce manque à gagner sur les salaires de ses employés. Ces derniers ont protesté et ont lancé une série d’actions revendicatives, menaçant de faire grève en plein Bagdad, avant d’obtenir un compromis.( manquerait plus qu’une bataille où une guerre ne soit perdue parce que les soldats privés étaient en grêve au moment de l’attaque.. )

   Sur le plan éthique, les privés ne sont pas des anges, mais ils ne sont pas pires que les soldats de nombreux pays : "On virera les mauvais, on gardera les bons, ce qu’une armée ne peut pas faire." Et, tant que les salaires resteront élevés, il n’y aura pas de pénurie de main-d’oeuvre.  Fin des écots de la guerre …'

 

                      A peluch’ !