16/10/2007

La chasse aux terroristes de plus en plus fructueuse en Irak et ailleurs ( 1 ) …

    En effet, il semblerait que le gouvernement  Irakien (pas trop pro occidental ds ce cas ...) à contribué  par les conclusions de son enquête à mettre ‘hors d’état de nuire ‘ une force terroriste composée d’au moins 20000 hommes sur son  territoire... Il s’agirait d’une société privée employant des mercenaires (au dessus des lois..) appelée  BlackWater je crois et  une autre organisation terroriste du nom ‘ d'Unity Resources Group (URG)’ , qui sera sans doute aussi  en passe de subir les mêmes sanctions ( 2 ) ...

À moins que le gouvernement de Nouri al-Maliki    ne soit ‘renversé’ d’ici peu, l’aide qu’il apporte aux Etats-Unis s’avère on ne peut plus précieuse… non ? 

à peluch' ! 

    ( 1 ) de Windhoek , Namibie  .

  La Namibie a expulsé deux citoyens américains et décidé de fermer une société américaine de recrutement de mercenaires, accusée de recruter des Namibiens appelés à servir de “gardes de sécurité” en Irak et en Afghanistan, deux pays déchirés par la guerre.  

Le gouvernement a rapidement ordonné la fermeture de la société Special Operations Consulting-Security Management (SOC-SMG), spécialisée dans le traitement des mercenaires, qui s'est installée en Namibie et recrute d'anciens combattants qui sont ensuite envoyés en Irak et en Afghanistan.

 C'est la ministre de l'Information et de la Radiodiffusion, Netumbo-Nandi Ndaitwah, qui a révélé que les deux Américains (Paul Grimes représentant national de SOC-SMG en Namibie, et Fredric Piry, Chef des Opérations) étaient dorénavant considérés comme des immigrants interdits de séjour.  “Se fondant sur une directive du Conseil des ministres, le comité de la Sécurité d'Etat avait recommandé la fermeture de SOC-SMG. Les deux citoyens américains sont priés de quitter immédiatement le territoire namibien”, a martelé Netumbo-Nandi Ndaitwah, dans un communiqué rendu public samedi.  

La société américaine SOC-SMG avait récemment ouvert une succursale en Namibie.

 La société avait annoncé qu'elle recruterait 4.000 Namibiens ayant une expérience militaire pour les envoyer travailler en Irak et en Afghanistan en qualité de gardes de sécurité.  

Une semaine auparavant, le gouvernement avait mis en garde les Namibiens contre la tentation d'aller combattre dans d'autres pays, expliquant qu'aux termes de la loi sur la Défense, tout citoyen namibien qui s'implique dans la guerre d'un pays tiers sans l'approbation du gouvernement devient un criminel.

 

M. Grimes avait affirmé mercredi que sa compagnie avait mis au point ses opérations en Namibie avec l'approbation des ministères de la Sécurité, Travail ainsi que de l'Industrie et du Commerce.

 

“L'implication des Etats-Unis d'Amérique en Irak n'a jamais été sanctionnée ou soutenue par un accord international et ne peut, par conséquent, être appuyée par la Namibie”, a encore indiqué Mme Nandi-Ndaitwah.

 L'article 96 de la Constitution de la Namibie, qui traite des Relations extérieures, pose des principes tels que ceux de la politique de non-alignement du gouvernement, de la promotion de la coopération, de la paix et de la sécurité internationales et du règlement des conflits internationaux par des voies pacifiques.  “Il en est de même du conflit en Irak et, par conséquent, le gouvernement ne peut permettre à ses citoyens de s'impliquer dans cette guerre", a déclaré la ministre.  Elle a ensuite mis en garde tous ceux qui seraient tentés de se porter volontaires pour s'impliquer dans des pays déchirés par la guerre, leur expliquant qu'ils risquaient tout simplement d'être déchus de leur citoyenneté.   ( 2)  En espérant qu’à l’avenir elle ne réapparaissent pas par l’intermédiaire de sociétés sous traitantes … après tout , elles  ‘ fonctionnent ‘ quand même …comme des ‘  entreprises ‘…